AccueilAnalyse

Plaisir coupable : Docteur Quinn, la série western aux tendances féministes

Publié le

par Marine Pérot

© CBS

Cette fresque au Wild West mettait en avant le girl power.

En 1993, Docteur Quinn, femme médecin débarque sur M6 pour conquérir le cœur des Français·es avec l’histoire d’une femme médecin de Boston partant refaire sa vie dans l’Ouest américain. Près de 30 ans plus tard, Docteur Quinn est toujours une série chère à ses fans. Rediffusé de multiples fois, le show est un peu comme Pokémon : on ne s’en lasse pas et il trouve toujours son public.

Malgré son flot de bons sentiments et de mièvreries, Docteur Quinn a perduré car c’est une série à la fois intemporelle et relativement moderne dans son propos. Pour certain·e·s, elle est trop fleur bleue et a mal vieilli. Pour d’autres, c’est un plaisir coupable qu’il est toujours bon de retrouver. Surtout pour ce générique inoubliable :

"Je ne suis pas une femme, je suis médecin"

Les aventures de Michaela Quinn commencent fin 1860, lorsqu’elle déménage dans le Colorado suite à une annonce. Quand elle arrive, les habitants de Colorado Springs se rendent compte qu’il y a eu une erreur : ils pensaient avoir recruté un homme. Michaela doit alors se faire une place dans une ville qui est loin d’avoir les mêmes mœurs que Boston. Et c’est là toute la beauté du personnage de Dr Quinn : c’est une briseuse de conventions, qui a mis de nombreuses années à obtenir la liberté d’être elle-même, et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Pourtant, elle part avec certains handicaps aux yeux des habitants : elle est médecin, certes, mais c’est une femme, et qui plus est célibataire. À près de 35 ans, Michaela est une anomalie dans la société de l’époque, mais pour le public des années 1990 ou d’aujourd’hui, c’est un modèle à suivre car son indépendance et sa résolution sont admirables.

Une série pleine de bienveillance

© CBS

Michaela est une féministe du Wild West ne défendant pas que les droits des femmes. Elle n’a de cesse d’aider autrui, prône la tolérance, et vient toujours en aide aux opprimés. Et ce n’est pas la seule femme de la série à occuper un "rôle d’homme". Entre autres, Dorothy est journaliste, Grace (une femme noire ex-esclave) tient son propre restaurant, et Colleen choisit elle aussi de faire médecine.

Alors certes, pour le réalisme de l’époque, on repassera, mais Docteur Quinn est une série bienveillante abordant des questions de société valides quelle que soit l’époque. Que ce soit les inégalités femmes-hommes, le racisme, les violences conjugales, ou les relations interraciales, tout y passe. Entre Jake et son alcoolisme, Horace et sa tentative de suicide, ou encore Matthew et son addiction au jeu, la série n’hésite pas à aborder de multiples sujets difficiles.

Michaela Quinn, Claire Fraser, même combat

© Starz/CBS

L’une des scénaristes de Docteur Quinn, Toni Graphia, est devenue co-showrunneuse d’une autre série centrée sur une femme médecin en avance sur son temps : Outlander. Sans aucun doute, Claire Fraser et Michaela Quinn sont deux personnages qui s’entendraient à merveille. Toutes deux ont fait le vœu d’aider leur prochain, passent leur temps à lutter contre les préjudices, et veillent sans arrêt à protéger les plus faibles.

Là où Michaela vient au secours de Robert E et Grace quand le Ku Klux Klan débarque à Colorado Springs, Claire refuse de posséder des esclaves. Alors que le Docteur Quinn apprend beaucoup de la médecine cheyenne grâce à Nuage Dansant, Claire se lie d’amitié avec Adawehi, guérisseuse d’une tribu Cherokee. Et même si Outlander se déroule près d’un siècle avant les aventures du Docteur Quinn, les deux femmes font souvent face à des problèmes similaires, tant dans leur rapport aux hommes que d’un point de vue sociétal.

À voir aussi sur biiinge :