©Netflix

Les 5 questions auxquelles la saison 2 de Ragnarök devra répondre

Attention, spoilers ! On vous recommande chaudement d'avoir regardé la première saison de Ragnarök avant de lire cet article.

En attendant que Netflix se décide – ou non – à renouveler sa série ado signée Adam Price, qui revisite ici très librement la mythologie nordique, revenons sur une première saison inégale, mais prometteuse, qui nous a soufflé·e·s par ses paysages incroyables. Du côté des intrigues, il va toutefois falloir muscler le jeu en saison 2 et répondre à quelques questions.

#1 Magne est-il vraiment Thor ?

Ragnarök ne manque pas de charme, mais l’un des reproches que l’on peut faire à la série d’Adam Price, c’est de rester particulièrement minimaliste quant au pourquoi du comment. Il faut alors creuser soi-même pour établir des liens. On ne sait pas pourquoi Magne est choisi par Wenche (la dame âgée et très chill qui lui confère ses pouvoirs dans le premier épisode et qui représente sûrement elle aussi une créature mythologique) pour posséder les pouvoirs de Thor… Mais un petit tour du côté des légendes nordiques nous indique que l’un des fils de Thor se prénomme… Magni. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Publicité

#2 Quelles créatures nordiques représentent les Jutul ?

On sait que les membres de la riche famille des Jutul sont des géant·e·s, qui contrôlent la petite ville norvégienne d’Edda (référence à L’Edda, le recueil de mythologies nordiques le plus complet qui existe) et provoquent des catastrophes écologiques dans la région. Le foyer se compose de Vidar et Ran qui jouent le rôle des parents, et de Saxa et Fjor dans la peau des ados. A priori, ils ont tous à peu près le même âge, même si rien n’est sûr à ce niveau-là. Ces géant·e·s (jötunn en version originale) personnifient des forces primordiales, sauvages (d’où leurs danses flippantes) et chaotiques.

Dans la mythologie nordique, Vidar est censé être le fils d’Odin et de la géante Gríðr. Presque aussi fort que Thor, il tient un rôle essentiel dans la bataille prophétique du Ragnarök, où la fin du monde est censée avoir lieu après un hiver de trois ans et une grande bataille. Il doit même y survivre pour aider à repeupler le monde. Sa femme, Ran est une déesse qui personnifie la mer, tandis que sa fille Saxa renvoie probablement à la géante Járnsaxa, l’une des amantes de Thor. Là où ça devient drôle, c’est qu’elle est censée être la mère de Magni. La série proposera-t-elle un twist similaire en saison 2 ?

© Netflix

Publicité

Rien n’est moins sûr. Adam Price semble davantage proposer un joyeux mashup de la mythologie nordique, fidèle uniquement dans les grandes lignes. Par exemple, le gros chien qui s’en prend à Magne dans la série évoque Fenrir, un loup gigantesque, fils du dieu Loki qui devait prendre part au Ragnarök et se faire tuer par Vidar. Or, dans le show, il est tué par Magne et semble appartenir aux Jutul. Enfin, Fjor, le petit dernier (incarné par Herman Tømmeraas, vu dans Skam) peut renvoyer à un couple divin un peu mystérieux, Fjörgynn et Fjörgyn, proches d’Odin et Thor. Ils semblent représenter un amour indissociable. Dans la série, le jeune homme tombe amoureux d’une humaine, Gry, ce qui ne plaît pas du tout à sa famille de géant·e·s…

On sait que les géant·e·s s’entendent mal avec les dieux et déesses arrivé·e·s après eux, mais aussi que les alliances et rapprochements charnels entre les deux sont légion dans les récits. Dans la série, les Jutul peuvent prendre différentes formes, dont humaine, et possèdent une grande force physique. On note que Vidar semble plus fort que son "fils", Fjor à qui il met plus d’une rouste. Espérons en tout cas qu’après cette saison d’exposition, la deuxième livraison tisse une mythologie un peu plus creusée et cohérente.

#3 Laurits est-il vraiment Loki ?

On reste dans le domaine de la mythologie nordique avec cette question. Le jeune frère de Magne est une vraie fripouille, mi-cool mi-exaspérant. Dès qu’il semble altruiste et sur le point d’aider son frère, c’est pour le "trahir" la minute suivante. De plus, l’acteur qui incarne Laurits, Jonas Strand Gravli, a été choisi pour son physique grand, mince et ses cheveux longs et brun foncé, qui évoquent forcément Tom Hiddleston dans la saga ciné Thor. Est-ce un simple clin d’œil ou Laurits va-t-il développer des pouvoirs propres au Dieu de la malice ? On imagine bien la deuxième option, sachant que le petit frère farceur rejoint les Jutul dans leurs danses primales dans l’un des épisodes et semble complètement à l’aise… En tout cas, qu’il se déguise en la principale du lycée pour se moquer d’elle ou vole la chemise stylée de sa mère, Laurits est le personnage de Ragnarök avec le sens de la fashion le plus développé ! Il dégage aussi un petit côté queer (il est initialement attiré par Fjor) qui ne demande qu’à être développé.

Publicité

#4 Reverra-t-on un personnage aussi cool qu’Isolde ?

Tant qu’on parle de queer, il est grand temps de protester contre ce choix narratif qui ajoute Ragnarök à la triste (et malheureusement longue) liste des séries tombées dans le trope "bury your gays". On a à peine le temps de s’attacher à Isolde (Ylva Bjørkaas Thedin), la nouvelle BFF de Magne, que la jeune activiste écolo aux cheveux bleus, qui a un crush pour Saxa, se fait tuer par Vidar au bout de deux épisodes. Elle devient alors la raison de la colère du jeune homme. D’autant que son assassinat est masqué en accident de parapente.

© Netflix

Publicité

Son ombre plane sur le reste de la saison. Les scénaristes n’hésitent pas à faire réapparaître ses vêtements ensanglantés dans les mains de Magne plusieurs épisodes après sa mort. Les vidéos de la youtubeuse passionnée qui s’insurge contre la fonte des glaces de la ville et la corruption des Jutul sont aussi montrées régulièrement. Si Isolde était si importante, pourquoi ne pas la garder en vie ? RIP justicière Isolde, tu méritais mieux. Encore un personnage queer mort pour faire avancer l’intrigue du personnage principal… par ailleurs hétéro.

#5 Magne (Thor) a-t-il tué Vidar ?

© Netflix

C’est le cliffhanger sur lequel se termine cette première saison. Complètement à bout suite à la mort de sa pote Isolde et à deux doigts de passer pour un fou auprès de tout son lycée, Magne finit par affronter comme il se doit le plus vicieux des géants de la famille Jutul, le cruel patriarche Vidar. Sauvant au passage Gry et Fjor, notre réincarnation de Thor se livre à un combat sans merci… et se fait éclater la tronche, avant de se souvenir qu’il peut contrôler la foudre.

Au final, les deux hommes semblent avoir pris un sérieux coup de jus et on les laisse étalés et inconscients sur le bitume. Mais à la toute fin de l’épisode, un gros plan sur la main de Magne/Thor qui bouge et forme un poing est là pour ne pas laisser planer le mystère : notre héros est bien vivant. Quant à Vidar, c’est une autre paire de manches, mais on imagine que oui. Il s’agit de leur première vraie confrontation et il paraît peu probable que le géant soit terrassé en une seule fois. Affaire (nordique) à suivre…

La première saison de Ragnarök, composée de six épisodes, est disponible sur Netflix.

Par Marion Olité, publié le 20/02/2020