AccueilCritique

Central Park, la série animée musicale subtilement engagée

Publié le

par Florian Ques

© Apple TV+

La toute première offre d'Apple TV+ en matière d'animation est au carrefour entre la sitcom familiale et la comédie musicale.

Depuis son lancement, la plateforme de streaming d’Apple s’est distinguée d’entrée de jeu avec un panel de productions maison suffisamment éclectiques. Il y a eu The Morning Show, incursion exaltante et "soapesque" dans les coulisses d’une matinale télévisée, ainsi que Dickinson, comédie décalée et féministe cumulant les anachronismes assumés. Puis Servant, conte horrifique à échelle humaine, presque intégralement en huis clos. Dans cette perspective de diversification, Apple TV+ inaugure Central Park, sa première fiction animée tout en chansons.

À mi-chemin entre une pièce de Broadway et une sitcom de prime time, Central Park dépeint le quotidien d’une famille, les Tillerman, dont le père est en charge de surveiller l’immense parc de la Grosse Pomme donnant son nom à la série. Lorsqu’ils apprennent que ce lieu iconique de New York est sur le point d’être racheté par une entrepreneuse richissime et misanthrope, Owen, Paige et leurs enfants se donnent pour mission d’empêcher la transaction avant qu’il ne soit trop tard.

© Apple TV+

"On s’est posé la question de savoir ce que ça voulait dire si Central Park était en danger, explique Loren Bouchard, cocréateur de la série. Que représente un parc ? Que représente l’espace public ? On a cette discussion tout au long des épisodes. Oui, c’est une comédie, mais ce qui s’y passe n’est pas rien. C’est une grosse affaire. Elle [Bitsy Brandenham, l’antagoniste du programme, ndlr.] veut acheter cet énorme espace public et capitaliser dessus, parce qu’elle ne voit pas sa valeur ou ce qu’il symbolise, mais les Tillerman savent profondément que le parc a de la valeur en tant que lieu public et on voulait creuser ça. Pas pour faire un nouveau Parks and Recreation, mais pour voir plus grand et essayer de comprendre le monde dans lequel nous vivons à travers ce conflit-là".

Dans sa forme, Central Park fait irrémédiablement penser à Bob’s Burgers, de par son style d’animation peu ou prou similaire, mais aussi grâce à son atmosphère très bienveillante. La comparaison a lieu d’être, puisque Loren Bouchard est également la tête pensante de Bob’s Burgers et qu’il a embarqué pour ce projet une grosse partie de son équipe créative. Comme son aînée, la série d’Apple TV+ s’impose comme une œuvre possédant deux niveaux de lecture, étant aussi bien conçue pour une cible juvénile qu’un public plus mature et plus réfléchi. C’est grâce à cette deuxième strate analytique que Central Park devient tout de suite plus intéressante à décortiquer.

Car si les premiers épisodes de la série jonglent beaucoup avec les codes de la sitcom, elle se pare d’un réel propos, d’autant plus mis en exergue au vu du contexte global actuel. En effet, les personnages de Central Park unissent leurs forces pour protéger un endroit majeur et symbolique.

"La première chanson de la série fait référence à Central Park en le qualifiant de 'grand égaliseur', détaille Josh Gad, narrateur et cocréateur. Tu peux marcher dans ce parc et c’est le seul endroit à New York où ça n’a pas d’importance que tu sois un milliardaire ou la personne la plus pauvre au monde. Vous êtes sur un pied d’égalité. C’est ça qui nous a beaucoup séduits d’un point de vue narratif."

Une portée qui a une tout autre saveur aujourd’hui, quand on voit les fractures socio-économiques qui criblent les États-Unis.

© Apple TV+

Ainsi, sous ses nombreuses envolées lyriques – si vous êtes allergique aux comédies musicales pures et dures, passez clairement votre chemin –, Central Park possède une véritable portée fédératrice. Cela se traduit aussi par sa volonté de présenter, au premier plan, une famille mixte : Owen Tillerman est noir, à l’instar de son interprète Leslie Odom Jr. (Hamilton) et sa femme Paige est blanche, tout comme l’actrice qui lui prête sa voix, Kathryn Hahn (Mrs. Fletcher). Un effort d’inclusivité qui s’est imposé de lui-même, puisque les comédien·ne·s de la série ont été casté·e·s avant même que les personnages soient créés.

Bien que l’humour de Central Park ne soit pas toujours des plus affûtés, la série se rattrape avec son grand cœur et sa discographie sur mesure, aux influences variées, mais toujours sublimées par son casting vocal au diapason. "Je me suis dit que si on voulait s’en tirer avec une gigantesque comédie musicale, il fallait avoir une team façon Avengers de Broadway", avance Josh Gad sur le ton de la blague. C’est bien vu, en tout cas et la sauce prend. Malgré quelques soucis de rythme, la première série d’animation signée Apple TV+ est une bulle d’optimisme et de joie de vivre, illuminant une période peu enthousiasmante.

Central Park est disponible sur Apple TV+ depuis le 29 mai à l’international.

À voir aussi sur biiinge :