AccueilCritique

On My Block a-t-elle réussi sa sortie dans son ultime saison 4 ?

Publié le

par Farah El Amraoui

Une saison pour dire au revoir à notre bande d’amis attachants, mais où le scénario laisse nombre de questions en suspens.

C’est l’une des séries au casting le plus diversifié sur Netflix. Les teen shows font en effet partie des séries les plus regardées du catalogue et pour cause, ce sont souvent ceux où les jeunes peuvent se reconnaître à travers des castings composés souvent d’acteurs aux origines différentes. On My Block en fait partie et est l’une des rares séries à se focaliser sur la population latino-américaine. Netflix vient d’ailleurs de commander un spin-off qui portera le nom de Freeridge et racontera les vies d’un autre groupe d’amis. 

C’est après quatre saisons que On My Block décide de nous dire au revoir. Lancée en 2018, elle prend place dans le quartier de Freeridge, à Los Angeles, ou règne une guerre des gangs. Mais, au milieu de ce chaos, un super groupe de potes va s’entraider et tisser des liens.

Dans cette saison 4, mise en ligne le 4 octobre dernier sur Netflix, beaucoup de choses ont changé. Les relations se complexifient. Le groupe s’est séparé en fin de saison 3, et chacun·e· est parti·e de son côté. Mais quand les problèmes sont de retour, la bande ne va plus pouvoir rester séparée bien longtemps. Les jeunes vont alors devoir une fois de plus se soutenir pour affronter le climat d’insécurité qui règne à Freeridge.

Une saison courte mais riche en émotions

Cette saison aurait pu être idéale pour conclure cette série. Quatre saisons étaient bien suffisantes pour arriver à terme des péripéties de notre groupe d’amis haut en couleur. Dans les premiers épisodes, l’intrigue met du temps à arriver, et laisse place surtout à des querelles et des problèmes de relations amoureuses.

C’est à partir de l’épisode 5 que les émotions finissent par être au rendez-vous. Finalement, les moments soft du début de saison n’étaient pas si mal, puisqu’ils apportaient un sentiment de légèreté et on en oubliait vite la guerre des gangs et tout ce qui s’ensuit.

La série prend une tournure dramatique en perdant (attention spoiler) Oscar, l’un de ses personnages importants, dès l’épisode 5, à qui l’on souhaitait un happy ending. Un choix discutable puisque, par la suite, l’accident n’est pas assez exploité et cette mort est vite mise de côté. Côté casting, on sent les acteurs un peu gênés au moment de transmettre certaines émotions poignantes. Beaucoup d’éléments ont été bâclés, donnant le sentiment que l’on a voulu expédier la série trop rapidement.

On My Block peine à proposer une conclusion satisfaisante. Elle ne répond pas à toutes les questions que l’on a pu avoir dès le premier épisode. En effet, cette fin nous laisse sur notre faim. Alors que la série se termine, les spectateur·rice·s se demandent qui a tué Oscar, à quoi va ressembler l’avenir de Jasmine sans université, où mène la carte laissée par Abuelita avant de mourir…

Une comédie solaire peuplée de personnages attachants

Toutefois, l’un des aspects forts de la série est la réussite de plusieurs de ses personnages. Finalement, l’intrigue peut passer au second plan tant ce groupe d’amis s’est révélé attachant. Le personnage excessivement drôle et solaire de Jamal Turner permet de ne pas laisser son public sombrer dans l’ennui. Quant aux échanges entre Abuelita et Jamal, on n’en ressort jamais déçu·e·s puisque la différence d’âge entre ces personnages ne les empêche pas de partager des points communs, dont un humour sans pareil. C’est aussi ça qui est magique.

Passée de personnage très secondaire à récurrent, Jasmine (interprétée par Jessica Marie Garcia) grandit au fil des saisons et finit par incarner le concept de self love, nous rappelant qu’il est parfois important de prendre soin de soi avant de prendre soin des autres, comme elle en avait l’habitude. Il faut dire que tous nos amis de Freeridge grandissent et apprennent des leçons de vie avant d’entrer à l’université.

C’est pourquoi Ruby aussi a réussi à vaincre son traumatisme après la fusillade de la saison 2, en rendant visite à son tireur en prison. Nous pouvons noter l’importance de cette scène dans un contexte social où beaucoup de mineurs, n’ayant pas eu l’éducation qu’ils auraient dû avoir, prennent un mauvais chemin qu’ils regrettent toute leur vie. Dans cette scène, Ruby n’a pas de rancoeur face à son tireur, mais préfère discuter avec lui. Cette saison est celle de la maturité pour nos adolescent·e·s.

Alimentée par une soundtrack juvénile et un casting explosif, On My Block a tout pour plaire à la nouvelle génération. Cependant, cette dernière saison possède les mêmes défauts que les précédentes : elle propose un scénario assez pauvre, qui ne va pas au bout des arcs narratifs des personnages et ne répond pas à l’ensemble des questions laissées en suspens.

Les quatre saisons d’On My Block sont disponibles sur Netflix.

À voir aussi sur biiinge :