AccueilCritique

Swagger : une série dramatique sur le basket qui fait swish

Publié le

par Adrien Delage

Ⓒ Apple TV+

Apple propose un drame sportif haletant et réaliste, en partie inspiré de la vie du joueur NBA Kevin Durant.

Après les succès critiques et populaires de The Morning Show, Foundation ou encore See, Apple continue d’étendre son catalogue de fictions originales avec un drame sportif sur le basket-ball, Swagger. La série s’inspire en partie de la jeunesse de Kevin Durant, le joueur NBA des Nets de Brooklyn qui a grandi dans le Maryland et s’improvise producteur exécutif sur le show. La star de la balle orange a collaboré avec Reggie Rock Bythewood, le réalisateur du biopic Notorious, pour développer Swagger. Et contrairement à Ted Lasso, une comédie sur le foot tendre et feel good, leur série examine l’industrie du basket américain à travers un point de vue dramatique voire bouleversant.

On y fait la rencontre de Jace Carson (Isaiah Hill), un prodige du basket-ball qui a seulement 14 ans et rêve de devenir joueur pro en NBA. Au quotidien, il est soumis à une pression constante de la part de sa mère, de ses entraîneurs, son entourage et des réseaux sociaux, qui analysent et jugent la moindre de ses actions. Jace navigue dans un monde où il est difficile de s’épanouir, gangrené par la corruption, le racisme et une forme de méritocratie toxique. Sa rencontre avec le coach Ike, une ancienne star universitaire dont la carrière s’est brutalement arrêtée à la suite d’une tragédie, va changer sa vie et l’aider à prendre en main son destin en même temps que son talent inné pour le basket.

Quand Friday Night Lights rencontre Coach Carter

Ⓒ Apple TV+

Dès les premières minutes de Swagger, la fiction évoquera aux sériephiles nostalgiques l’excellente série Friday Night Lights de Peter Berg, qui a marqué toute une génération. Une œuvre introspective sur le dépassement de soi et le milieu sous pression des sportifs professionnels, confrontés à une surmédiatisation et aux critiques dès leur adolescence. Jace doit satisfaire ses fans, assurer les résultats de son équipe et les siens pour rester sur le trône du DMV, le classement des joueurs collégiens les plus prometteurs du pays. Ainsi, la série mélange avec efficacité la recette de FNL, entre prouesses sportives, dépassement de soi, relations familiales, et dévoile les aspects plus sombres derrière les spotlights des terrains boisés.

Les œuvres de fiction sur la balle orange se comptent sur les doigts de la main pour les fans de ce sport pratiqué et sublimé par des athlètes de légende comme Kobe Bryant, Magic Johnson ou encore Michael Jordan. Il y a le divertissement un peu cheesy Space Jam évidemment, mais aussi des propositions plus intimistes et sérieuses comme Basketball Diaries (l’un des premiers rôles de DiCaprio) ou encore le cultissime Les Frères Scott sur le petit écran. Mais Swagger se rapproche davantage d’une référence du genre, une madeleine de Proust pour tous les amoureux de la balle orange : Coach Carter, avec Samuel L. Jackson et Channing Tatum notamment.

Comprenez par là que le basket y est considéré comme un véritable apprentissage qui dépasse le cadre du simple sport. Son influence sur la jeunesse est très marquée aux États-Unis, notamment au niveau des codes vestimentaires, de la musique, des jeux vidéo et même de certaines prises de position politique, la plupart du temps contre le racisme et les violences policières. Quelques épisodes récents comme l’intrusion des manifestants pro-Trump au Capitole de Washington et l’affaire Trayvon Martin ont marqué l’esprit et confirmé l’engagement des stars américaines du basket, dont la majeure partie sont des sportifs racisés. Swagger s’applique à porter avec elle ce bagage politique sans nous montrer uniquement la beauté du sport, où les dunks et les swish assurent le spectacle à chaque match.

La série produite par Kevin Durant impressionne et captive toutefois de ce côté-là également. Avec une réalisation embarquée et jalonnée de multiples plans séquences, les matchs de Jace sont jouissifs à regarder. La production s’est assurée de recruter de jeunes joueurs vraiment talentueux dans le casting, dont Isaiah Hill, qui rappelle forcément la carrure longiligne et très athlétique de "Durantula". Mais chaque panier marqué, chaque palier franchi par Jace et ses pairs est marqué par un aspect plus toxique du milieu, comme observé à travers le parcours de Crystal (Quvenzhané Wallis). La meilleure amie de Jace voit son talent perturbé par un coach terrifiant et pédophile. Un cas de violences sexuelles sur mineur qui évoque des affaires réelles et choquantes comme celle de John Geddert, l’ex-entraîneur olympique de l’équipe de gymnastes américaines qui s’était suicidé après des accusations d’agressions sexuelles sur ses athlètes.

Avec beaucoup de tendresse, de gravité et de réalisme, Swagger réussit à nous embarquer sur les playgrounds de ces collégiens prodigieux, privés d’enfance et d’innocence pour parvenir au sommet de leur passion. Un récit sur le dépassement de soi transcendant quand on sait que Kevin Durant est aujourd’hui l’un des meilleurs basketteurs de la NBA, et qu’il a toujours tenu à remercier sa mère et sa famille pour son éducation et sa capacité à faire les bons choix. La série s’empare sans frémir des côtés plus nauséabonds des formations sportives et du star business, capables de corrompre les plus jeunes et fragiles athlètes.

La première saison de Swagger est diffusée tous les vendredis sur Apple TV+.

À voir aussi sur biiinge :