AccueilCritique

L’épisode "What Comes After", qui signe le départ de Rick dans The Walking Dead, décrypté

Publié le

par Marion Olité

On efface (presque) tout, et on recommence.

© AMC

Il y a huit ans déjà, c’est à travers ses yeux que l’on découvrait le monde impitoyable de The Walking Dead. Laissé pour mort dans un hôpital désaffecté, le shérif Rick Grimes se réveillait en plein cauchemar, seul dans un monde post-apocalyptique grouillant de zombies. Déjà doté d’un instinct de survie assez exceptionnel et des qualités de son ancien métier de flic, l’homme trouvait le moyen de s’en sortir, et partait à la recherche de sa famille, alors constituée de Lori et son fils Carl.

Neuf saisons plus tard et d’innombrables pertes de proches au compteur, l’épisode 5 de la saison 9, "What Comes After", reprend là où tout a commencé, dans cette chambre d’hôpital où Rick va bientôt se réveiller. Sauf que cette fois, l’homme hallucine. En réalité, il est empalé contre un tas de ferraille et va passer l’épisode à lutter pour sa vie et à chercher un sens à sa vie par la même occasion. The Walking Dead n’a jamais été une série philosophiquement très compliquée à analyser. Depuis le début, elle propose des variations autour du thème de la survie : jusqu’où êtes-vous prêt à aller pour protéger les vôtres ? Où se situe la barrière morale dans un monde aussi sombre où le moindre moment d’inattention peut conduire à une mort certaine ? À quoi bon d’ailleurs s’attacher à autrui, puisque comme le sait très bien quelqu’un comme Rick (mais aussi Maggie), malgré tous vos efforts, il y a toutes les chances que vous assistiez à la mort brutale de vos proches ? En un mot pourquoi continuer…

Boucler la boucle

À grand renfort de retrouvailles fantasmées et de clins d’œil à la mythologie de la série, les scénaristes tentent de trouver des réponses pour leur personnage principal. Rick revoit d’abord Shane (Jon Bernthal), son meilleur ami devenu ennemi et un des protagonistes favoris des fans de The Walking Dead. Aussi l’un des premiers à passer l’arme à gauche et à nous faire comprendre que dans TWD, tout le monde peut mourir. Enfin presque… Comme dans le pilote de la série, les deux hommes mangent un burger dans leur voiture de police, et se retrouvent sur les lieux de l’accident qui plongea Rick dans le coma.

Le temps de régler quelques contentieux – "Comment va ma baby girl ?", demande un Shane sûr d’être le père de Judith –, d’admettre, pour Rick, qu’il se sent coupable d’avoir tué son bro (en même temps, ce dernier ne lui avait pas laissé le choix), et voilà notre héros de nouveau d’aplomb pour tenter de survivre face aux zombies. Shane représente sa rage, celle qui lui permet de prendre les décisions difficiles qui l’ont mené jusqu’ici, lui et son groupe. Il symbolise aussi une certaine notion de la "famille" que Rick cherche pendant tout l’épisode, puisqu’il est le père biologique de Judith.

Les burgers du pilote. (© AMC)

Les burgers de l’hallu de Rick. (© AMC)

Shane et Rick dans le pilote de TWD. (© AMC)

Shane et Rick dans l’épisode 5 de la saison 9. (© AMC)

Une autre image très forte du pilote, qui a installé l’ambiance et l’esthétique visuelle de The Walking Dead, c’est celle de Rick, sur son cheval, face à ce qui reste d’Atlanta. Elle a même servi de poster de promotion. On retrouve quasiment la même dans l’épisode diffusé dimanche, sauf que le cheval de Rick est blanc et surtout qu’il se traîne derrière lui une flopée de zombies. Mais le message est clair : cet épisode sert à tourner une page et à rendre hommage au personnage incarné avec justesse par Andrew Lincoln depuis près d’une décennie.

Le plan du pilote. (© AMC)

Le plan dans l’épisode 5 de la saison 9, "What comes after". (© AMC)

Un peu plus tard, alors que Rick tente toujours, en pleine agonie, d’éloigner les zombies d’Alexandria, il fait face à une nouvelle hallucination qui le ramène dans la ferme de Hershel Green, le père de Maggie. Un moment d’autant plus émouvant que l’acteur qui l’incarne, Scott Wilson, est décédé le 6 octobre dernier. Dans la série, le personnage avait connu une mort violente et cruelle, en étant décapité par le Gouverneur. D’ailleurs, rongé par sa culpabilité de bon chrétien, l’autoproclamé sauveur de l’Humanité, Rick, se reproche encore cette mort, comme celle de Shane, et s’excuse auprès de Hershel. Depuis trop longtemps, il a endossé le rôle de leader, et pense être responsable de tout le monde. Mais la transmission se fait naturellement. Le vieil homme est là pour le lui rappeler. "Ma fille est forte. Et son enfant ne fera que la rendre plus forte.", lui dit-il. La scène se déroule à la ferme, ce même lieu où Hershel avait accueilli, un peu froidement au début, Rick et son groupe en saison 2.

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

À voir aussi sur biiinge :