AccueilCritique

The Walking Dead: World Beyond, un spin-off pop mais sans ambition

Publié le

par Adrien Delage

Ⓒ AMC

Le troisième spin-off de la franchise zombiesque tente un exercice de style sur le récit initiatique peu convaincant.

Désormais considérée comme une véritable franchise chez AMC, The Walking Dead a encore de beaux jours devant elle. Si la série mère s’arrêtera bel et bien en 2022 au terme de sa onzième saison, la chaîne continue de multiplier les projets dérivés. Ainsi, Fear The Walking Dead continue, Daryl et Carol auront droit à leur propre show, Rick Grimes reviendra dans une trilogie de films pour conclure son histoire et une anthologie zombiesque, Tales of The Walking Dead, est en développement. En attendant, AMC mise sur un troisième spin-off censé bouleverser les codes de l’univers avec The Walking Dead: World Beyond.

D’ores et déjà annoncée comme un diptyque en deux saisons, cette série développée par Scott M. Gimple et Matthew Negrete (deux scénaristes vétérans de The Walking Dead) s’intéresse à la première génération de survivants née pendant l’apocalypse zombie. Ainsi, les héros du show sont des adolescents qui doivent apprendre à survivre tout en traversant l’âge ingrat de la puberté. Autrement dit, The Walking Dead: World Beyond marque la rencontre entre le récit survivaliste et le teen drama, dans un exercice de style qui souhaite souffler un vent de fraîcheur sur un univers poussiéreux de dix ans.

Le spin-off débute dix ans après le début de l’épidémie zombie. Le monde est désormais parvenu à s’organiser en petites communautés pour survivre et rebâtir une forme de civilisation, quoique barricadées derrière des murs imposants pour se protéger des rôdeurs. Hope et Iris Bennett, deux sœurs diamétralement opposées, ont perdu leur mère plus jeunes tandis que leur père a été envoyé à la République civile, un puissant groupe armé et organisé qui dirige les communautés d’une main de fer. Quand elles apprennent que leur paternel est en réalité retenu contre son gré par leurs protecteurs, elles décident de partir à sa recherche, quitte à prendre le risque de sortir pour la première fois dans la nature et de s'exposer aux dangers qu’elle renferme.

Un classicisme à toute épreuve

Ⓒ AMC

Comme le traduisaient les baisses d’audience drastiques et une qualité visuelle en berne au fil des ans, la recette zombiesque de The Walking Dead a lassé une grande partie des fans depuis un bon bout de temps. Ce spin-off est donc l’occasion d’innover avec une histoire de coming-of-age en pleine apocalypse, un parti pris qui a déjà prouvé son potentiel avec The 100 ou encore Daybreak et The Society sur Netflix. Croiser le récit initiatique avec les codes du thriller survivaliste inspirés de l’univers The Walking Dead est en soi une très bonne idée, qui souffre malheureusement d’un classicisme inintéressant.

En effet, The Walking Dead: World Beyond est une série jalonnée de clichés sur l’adolescence et les tropes du teen drama. On retrouve des archétypes de personnages (la mean girl, le nerd, le casse-cou), des intrigues mélodramatiques (les triangles amoureux) et l’inutilité des adultes face à des enfants qu’ils ne comprennent pas. Certes, l’écriture de la série est plutôt efficace, les enjeux simples et rapidement implantés dans la tête du spectateur, mais on s’ennuie fermement devant une narration vue et revue depuis des décennies.

On retrouve par ailleurs certains défauts récurrents aux œuvres de l’univers The Walking Dead. Ce qui faisait autrefois une force incontestable du show est désormais devenu l’une de ses plus grandes faiblesses : les zombies sont en arrière-plan. Si ce procédé narratif permet de laisser de la place aux personnages, leurs relations et leur psychologie, on y perd toutefois la saveur de les sentir en danger dans un monde hostile et impardonnable. Le fait est qu’on ne craint jamais pour la vie de ces jeunes survivants, qui sont, sans aucune logique, déjà capables de se battre à l’arc ou avec une énorme clé à molette sans avoir mis un pied au-dehors de leur muraille protectrice depuis leur naissance.

Ⓒ AMC

Évidemment, certains y trouveront un côté pop, voire pulp, pas désagréable, puisque The Walking Dead avait tendance à se prendre trop au sérieux ces dernières saisons. Dans la même idée, la BO de la série pioche allègrement dans des sons pop rock, tandis que les jeunes acteurs, plutôt convaincants et attachants, ne manquent pas d’humour. Leur quête initiatique, où les egos se confondent, est sympathique à suivre mais encore une fois, on ne sent pas de grands enjeux ni une véritable envie de décortiquer les nouvelles valeurs de l’adolescence dans un monde contemporain. On ne demandait pas à The Walking Dead: World Beyond d’incarner la version apocalyptique d’Euphoria, mais au moins d’aller plus loin dans la psyché de ses héros, à première vue aussi vieille que Dawson.

En revanche, le spin-off semble trouver sa place au sein de son univers. La série regorge d’indices discrets, voire carrément cachés, qui permettent de relier les différentes œuvres entre elles. Ainsi, le premier épisode de The Walking Dead: World Beyond nous donne de façon détournée des nouvelles de Rick Grimes (et plus précisément de sa captivité), mais aussi du CRM, le fameux groupe de l’hélicoptère introduit dans Fear The Walking Dead. Pour les fans les plus attentifs (et surtout les plus courageux), cette série dérivée pourrait donc délivrer des réponses qui n’apparaîtront jamais dans les comics de Robert Kirkman et Charlie Adlard.

The Walking Dead: World Beyond n’incarne pas le renouveau de la franchise, et encore moins la série capable de sauver un navire en naufrage depuis plusieurs années. Elle n’a pas l’ambition de le faire et se visionne plutôt comme une œuvre pas désagréable mais emplie de clichés vieillots. Sa portée commerciale l’emporte malheureusement sur sa vision artistique, où l’exercice de style annoncé déçoit rapidement. Reste à voir pour les fans hardcore de l’univers zombiesque si elle tiendra sa promesse de faire les liens avec les films de conclusion sur Rick Grimes, qui tardent à voir le jour.

En France, la première saison de The Walking Dead: World Beyond est diffusée en US+24 sur Amazon Prime Video, à raison d’un épisode par semaine.

À voir aussi sur biiinge :