AccueilCritique

The Wilds : neuf survivantes perdues sur l'île du spleen adolescent

Publié le

par Adrien Delage

Ⓒ Amazon

Un teen drama survivaliste intrigant dans son sous-texte, mais décevant dans son exécution parcourue de clichés.

Pour peu qu’elles débutent sur un crash d’avion ou la disparition soudaine d’individus, les séries high concept sont devenues un genre à part entière : le fameux "lost-like", en référence à l’œuvre culte signée J. J. Abrams et Damon Lindelof. À comprendre des séries qui tentent de réemployer la recette miracle des survivants du vol 815, sans jamais réellement y parvenir. Au cours de la décennie passée, FlashForward, The Crossing ou plus récemment Manifest et Into the Night ont tenté (vainement) de rendre leur mystère aussi étoffé et passionnant que celui de Lost.

Cette fois, Amazon tente sa chance avec The Wilds, une création originale de la scénariste Sarah Streicher (Daredevil). Au départ pour Hawaï afin de profiter d’un trip spirituel et féministe, neuf adolescentes voient leur avion privé s’écraser en plein océan. Elles sont les seules survivantes et parviennent à rejoindre une île déserte de toute présence humaine. Pour s’organiser et espérer survivre en attendant l’arrivée des secours, elles devront dépasser leurs différences et apprendre à vivre ensemble, ou prendre le risque de "mourir seul[es]" comme l’aurait dit un certain Jack Shephard.

Hommes de science mais femmes de foi

Ⓒ Amazon

Outre le fait de vous rendre aviophobes et d’exploiter le concept de boîte à mystères démocratisé par J. J. Abrams, les "lost-like" ont en commun un schéma narratif dense voire complexe. Comme dans les plus réussies Dark et Westworld, une narration sinueuse fait appel à l’attention du spectateur en développant une histoire construite sur plusieurs périodes, souvent de façon décomposée : les fameux flash-back et flash-forward de Lost. The Wilds n’échappe pas à cette règle en suivant un fil narratif basé sur l’antichronologie.

En effet, chaque épisode se consacre à une adolescente et ses origines. Les intrigues explorent les raisons qui les ont poussées à faire cet étrange voyage, puis tendent à expliquer leurs comportements sur l’île. Déjà sur cet aspect, la série propose une construction de la narration paradoxale : si leur récit initiatique est ponctué de clichés nauséabonds, il propose une diversité et une représentation des minorités rarement atteintes dans un teen drama survivaliste. Amour lesbien, culture amérindienne et foi évangéliste font partie des thématiques inclusives examinées dans The Wilds.

En sous-texte, le show s’appuie sur une allégorie de la caverne de Platon plutôt maligne et intrigante : les survivantes témoignent de leur histoire sous la forme d’interrogatoires menés par deux policiers qui, comme première question, leur demandent toujours si elles se sentent traumatisées. Or, on découvre au fil des épisodes que le véritable traumatisme de ces jeunes femmes n’est pas directement lié au crash et la survie en milieu hostile, mais bien aux affres de l’adolescence, survenues avant leur disparition. En d’autres termes, The Wilds s’impose comme une série parlant de la génération Z, calquée sur des modèles qui ont déjà fait leurs preuves comme Euphoria et Grand Army.

Ⓒ Amazon

Malgré cette promesse vibrante, la série retombe vite comme un soufflé côté exécution. D’abord, pour sa faiblesse d’écriture dans une partie pourtant inhérente au genre du high concept : le développement et l’implication dans son mystère. Sur ce point, The Wilds est plus proche de l’inaboutie The I-Land que de Lost, avec une bancale et surtout banale histoire de conspiration entrepreneuriale. Certains spectateurs y verront un point positif, comme une volonté des scénaristes de se pencher davantage sur l’introspection des personnages, mais d’autres déploreront le manque de créativité du show pour creuser son "rabbit hole" à énigmes. Clairement, The Wilds ne sera jamais le nouveau sujet à la mode dans la partie "theory crafting" de Reddit.

Ensuite, parce que la série souffre d’innombrables défauts sur sa mise en scène et sa gestion des actrices. L’image de The Wilds est belle, pure même avec ces décors incroyables capturés sur les plages de Te Henga, une île située en Nouvelle-Zélande, mais elle manque profondément de subtilité. La caméra multiplie le symbolisme de plans avec des scènes absurdes de stéréotypes, comme une séquence de prières en plein crash et l’invasion de puces des sable sur les jambes des survivantes. Peu inspirée, parfois franchement gênante de ridicule, la mise en scène échoue à rendre ce récit envoûtant.

Par ailleurs, l’interprétation des personnages est assez inégale au sein du casting. Les jeunes actrices, pour certaines débutantes et la plupart inconnues au bataillon (Sophia Ali aperçue dans Grey’s Anatomy, Reign Edwards dans Snowfall, Sarah Pidgeon dans Gotham), ne sont pas toujours convaincantes dans le registre de l’émotion. On est loin du travail de dramatisation sublimé dans Euphoria, pour saisir la gravité de leurs maux intérieurs et finalement être touché par leurs différents parcours. Il faut dire que les archétypes des personnages, au profit de la diversité mais très clichés dans leur représentation, ne jouent pas en leur faveur. On retient malgré tout les récits intenses et émouvants de Rachel et Dot, mix éprouvant sur le poids de l’héritage, la pauvreté chez la middle class américaine et, ce qui correspond au cœur de la série, le dysfonctionnement familial.

The Wilds est parcourue par une envie d’empowermement chez la jeunesse qui agit comme un baume au cœur. Ses survivantes, figures tragiques du spleen adolescent, auraient pu être bouleversantes si la série n’était pas entachée par de lieux communs. Mais on s’ennuie ferme devant la morosité de la mise en scène et le grotesque de dialogues surlignés, pas toujours bien incarnés et en fin de compte assez pompeux. The Wilds tient malgré tout du plaisir coupable moderne et probant sur la diversité, ce qui n’en fera pas le nouveau Lost mais une héritière sous forme de fumée noire encore trop éparpillée pour égaler son modèle.

La première saison de The Wilds est disponible en intégralité sur Amazon Prime Video.

À voir aussi sur biiinge :