AccueilCritique

Tribes of Europa : après Dark, la nouvelle sensation SF et allemande de Netflix

Publié le

par Adrien Delage

Ⓒ Netflix

Les producteurs de Dark reviennent avec une dystopie brutale dans une Europe divisée et plutôt intrigante.

Sur Netflix, la fiction allemande se porte à merveille. Nos voisins germaniques proposent non seulement des séries de qualité, mais aussi de genres variés et passionnants : la reconstitution historique avec Barbares, la dystopie sociale avec Nous, La Vague, le drame mafieux avec Dogs of Berlin et, bien évidemment, la science-fiction high concept avec Dark, tout simplement l’une des meilleures et plus populaires productions de la plateforme. Ce sont justement les producteurs de cette dernière qui nous intéressent, puisqu’ils reviennent avec un projet du même acabit, intitulé Tribes of Europa.

Cette nouvelle série allemande n’a en réalité pas grand-chose à voir avec les péripéties temporelles de Dark. Dans Tribes of Europa, on découvre une version futuriste du Vieux Continent, divisé en micro-États, après un black-out planétaire. Parmi ceux-ci, évoluent les Origines, un peuple de la forêt qui a choisi de vivre en harmonie avec la nature. Liv, Kiano et Elja, frères et sœur originaires de cette tribu, sont témoins du crash d’un vaisseau spatial. Au milieu des débris, ils tombent sur un étrange cube qui semble doté de pouvoirs magiques et dont les plus puissantes communautés cherchent à s’emparer. Bien malgré elle, la fratrie se trouve au cœur d’une guerre des civilisations qui décidera du règne final de l’Europe.

Un jeu de trônes européen

© Netflix

L’univers de Tribes of Europa est un melting-pot de plusieurs séries à succès. Au fil des épisodes, on pense au jeu politique et sanglant de Game of Thrones, à la survie postapocalyptique de The 100 ou à la moins connue Into the Badlands, les arts martiaux en moins. L’intrigue prend la forme d’un triptyque suivant le parcours de Liv, Kiano et Elja, et permet de découvrir les multiples communautés européennes, chacune ayant ses particularités : les Origines sont pacifistes et bienveillants, les Crows violents et conquérants, les Crimson se prennent pour les juges et les bourreaux du continent, tandis que les Atlantes représentent la face mystique du show.

Ces différentes familles ne sont pas sans rappeler celles de Game of Thrones avec, au programme, une bagatelle de twists et de cliffhangers clairement inspirés du fameux "Red Wedding". Car oui, Tribes of Europa se montre souvent brutale avec ses personnages, qui se font couper la tête ou émasculer pour le plaisir vicieux des Crows, mais la série sait aussi faire preuve d’humour et de légèreté, caractéristiques symbolisées par le personnage de Moïse, un vagabond neutre dans la guerre qui se joue pour la conquête du territoire. Les fans de Dark seront d’ailleurs ravis de retrouver l’excellent Oliver Masucci, dans un rôle à contre-courant de celui du sombre Ulrich Nielsen.

Grâce à une écriture plutôt fine et intelligente, qui se concentre avant tout sur les trois protagonistes, l’univers de Tribes of Europa est rapidement identifiable et plaisant à découvrir. Les changements de points de vue dynamisent le voyage des survivants, avec des tropes de narration assez clichés mais efficaces. Certes, toutes les intrigues ne se valent pas (l’emprisonnement de Kiano est bien moins haletant que le road trip d’Elja) mais on prend plaisir à découvrir cette Europe déchirée et en ruines, possible métaphore du Brexit et de ses conséquences de fragmentation imaginées dans un scénario catastrophe.

Par ailleurs, il est très agréable de découvrir, pour une fois, un monde postapocalyptique à la Max Mad à travers un prisme européen plutôt qu’américain. À sa manière, Tribes of Europa met en lumière la richesse et la diversité du Vieux Continent, en multipliant ses langues, ses magnifiques régions boisées et montagneuses… Notre rap français est même fièrement mis en avant au cours de l’épisode 2 (même si l’artiste en question, Moha La Squale, est accusé d’agressions sexuelles en France, un timing malencontreux pour la série). Certes, l’Europe de cette fiction allemande est complètement désunie, mais on sent derrière l’écriture des scénaristes une volonté d’explorer et de mettre en avant le patrimoine de notre continent.

En revanche, et on s’adresse ici aux fans de science-fiction, le show est moins généreux dans sa dimension fantastique. Si les effets spéciaux sont convaincants, voire très beaux par moments, cette partie de l’histoire ne décolle jamais vraiment et les personnages peinent à franchir le terrier du lapin blanc. Ainsi, on peut en conclure que Tribes of Europa est avant tout une série centrée sur ses personnages, qui n’a peur ni des explosions d’hémoglobine dans ses scènes d’action ni de construire des archétypes d’antagonistes patibulaires. Ses créateurs s’attaquent d’ores et déjà à la réalisation d’une saison 2 et on en redemande volontiers, en espérant que le futur cauchemardesque mais très intrigant de la série ne deviendra pas notre réalité.

La première saison de Tribes of Europa est disponible en intégralité sur Netflix.

À voir aussi sur biiinge :