© HBO

De True Blood à Euphoria, 7 séries qui ont fait monter la température sur HBO

En 20 ans, la chaîne du prestige n'a jamais hésité à briser les tabous sur la sexualité, quitte à déstabiliser son public.

L’Amour avec un grand A, ou tout en minuscules… Pour la Saint-Valentin, Konbini fait battre ton cœur en te racontant l’amour sous toutes ses formes. On te souhaite un Lovely Day !

Sex and the City (1998 — 2004)

Ⓒ HBO

Publicité

Avec ces femmes new-yorkaises, trentenaires et surtout sexuellement libérées, le showrunner Darren Star a frappé un grand coup à la fin des années 1990. Sex and the City est clairement une pionnière, de celle qui a marqué le premier âge d’or de HBO et l’avènement de sa ligne éditoriale progressiste, sulfureuse et audacieuse. Le fameux prestige de la chaîne vient de ce type de projets révolutionnaires, qui prend pour héroïnes quatre personnages féminins, chacun représentant une facette de la femme dite "parfaite", selon les normes imposées par la société.

Carrie cherche le grand amour, Samantha a une sexualité débridée, Charlotte est une grande romantique et Miranda se tue au travail. Mais surtout, les quatre copines osent parler de façon crue et totalement libre de leur sexualité. Une prouesse à l’époque, où les personnages féminins étaient encore souvent cachés dans l’ombre des protagonistes masculins. Preuve que la série a eu un véritable impact sur la société : certains passages ont encouragé les spectatrices à assumer et explorer leur sexualité, comme la scène du "Magic Rabbit" en saison 1, qui a fait grimper en flèche les ventes de sextoys aux États-Unis, ou ont participé à la démocratisation de l’épilation brésilienne.

Les six saisons de Sex and the City sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Publicité

True Blood (2008 — 2014)

Ⓒ HBO

La figure du vampire a toujours été un vecteur de séduction menant souvent au sexe dans ses différentes exploitations. Mais combiné à la recette explosive de HBO, il était certain que les suceurs de sang allaient prendre une tournure extrême. Alan Ball n’a pas manqué son coup avec True Blood, série ô combien sexy et provocatrice, qui a créé l’un des triangles amoureux les plus cultes du petit écran avec Sookie, Bill et Eric. Jamais une ville comme Bon Temps en Louisiane n’aura aussi bien porté son nom dans l’histoire de l’Amérique.

La sexualité tient une place prépondérante dans True Blood. Outre le sang qui renvoie aux menstruations des jeunes femmes prises pour cible par les vampires, les scènes de sexe étaient parfois d’une violence absurde. On se souvient encore de cette séquence, aussi culte que grotesque, de la saison 3, dans laquelle Bill et Lorena couchent ensemble avec brutalité, si bien que Bill retourne la tête de sa partenaire à 180 degrés. La série faisait aussi la part belle à d’autres explorations sexuelles taboues, telle que les orgies, les parties de jambes en l’air à trois, allant jusqu’à représenter l’inceste (entre les deux vampires frères et sœurs Eric et Nora). (A.D.) 

Publicité

Les sept saisons de True Blood sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Game of Thrones (2011 — 2019)

Ⓒ HBO

Si HBO a opté pour l’adaptation de l’œuvre de George R. R. Martin, ce n’est pas (complètement) pour son univers merveilleux. La saga du Trône de fer est sanglante, politiquement incorrecte et surtout ponctuée de nombreuses scènes de sexe. Forcément, ces trois éléments essentiels, qui ont toujours fait partie de l’ADN de la chaîne, l’ont convaincue de toucher un plus large public que les fans de fantasy. Neuf ans après la diffusion du premier épisode, alors que la série monstre a pris une place éternelle dans la pop culture, on se souvient aussi clairement du meurtre brutal d’Oberyn Martell que des scènes de débauche de Tyrion ou des séquences intimes problématiques entre Daenerys et Khal Drogo. Rappelons que cette histoire commence par un viol, avant de se transformer en relation consentie.

Publicité

L’utilisation du sexe dans Game of Thrones est une véritable montagne russe. Elle est capable du pire (nous montrer des scènes de viol, comme celles de Sansa ou Cersei sans s’intéresser à leur ressenti) comme du meilleur (la relation sensuelle entre Missandei et Ver Gris). Toutefois, la série a (trop) souvent joué la carte de la surexposition féminine, quand les personnages masculins sortaient à peine un téton, voire un bout de pénis plein de verrues. Parfois, elle a aussi compris comment inverser la tendance et désobjectifier le corps féminin, telle que la marche de la honte de Cersei en saison 5 ou la sortie enflammée de Daenerys en saison 4, où son corps n’est plus objet de désir pour le spectateur mais une force ignifugée dont elle tire parti.

En fin de compte, Game of Thrones est un peu comme votre pote qui est toujours à côté de la plaque dans une discussion sérieuse : soit trop bavard quand il s’agit d’exciter les spectateurs masculins, soit étrangement pudique quand l’amour entre Jon Snow et Daenerys est finalement consumé. (A.D.) 

Les huit saisons de Game of Thrones sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Girls (2012 — 2017)

© HBO

Pendant que Game of Thrones s’en donnait à cœur joie avec le male gaze, une certaine Lena Dunham se voyait confier sa première série, dans laquelle elle racontait les vies de son alter ego, Hannah, et de ses BFF, Jessa, Marnie et Shoshanna. Cet anti Sex and the City, tourné façon film indé, a révolutionné la façon dont on figure les scènes de sexe sur un écran.

Que ce soit entre Jessa et Adam (qui se masturbent en se regardant dans un épisode, puis cette scène de sexe déchaîné, et cette première fois maladroite si touchante), l’anulingus reçu par Marnie de la part de son mari, et les très nombreux missionnaires ou amazones auxquels s’est adonnée Hannah au fil de ses relations, le show a représenté des scènes intimes encore inexplorées en série et interrogé bien avant le mouvement #MeToo la zone grise du consentement, notamment à travers la sexualité borderline d’Adam (avec Hannah, mais aussi avec Natalia) ou dans l’épisode "American Bitch", qui revient sur le comportement des hommes puissants et leurs rapports aux jeunes femmes, qui les admirent.

Seul regret : en dépit d’un cunni assez random prodiguée par Hannah à une femme dans un sauna, la série est restée désespérément hétéro et reproduit au passage le trope du "meilleur copain gay" avec Elijah (qu’on aime quand même !). Il n’empêche : libérer la sexualité hétéro (ce qui passe par une réflexion sur les corps féminins, comment on les montre et lesquels on montre) est aussi une noble mission et c’était celle de Girls. (M.O.) 

Les six saisons de Girls sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Looking (2014 — 2015)

Ⓒ HBO

En 2014, HBO a tenté un nouveau coup façon Sex and the City, mais cette fois avec des mecs queer dans le San Francisco contemporain. Si la sauce n’a pas pris (la série a été annulée après deux saisons, faute d’audience satisfaisante), Looking a marqué les esprits pour son portrait inédit de la vie de trois jeunes hommes homosexuels. Forcément, le show de Michael Lannan allait s’intéresser aux relations gays et intimes sans prendre de pincettes.

Si Looking a opté pour une mise en scène moins frontale que certaines productions signées HBO, elle n’avait pas peur de montrer des corps d’hommes nus qui se touchent et entrent en osmose. Les trois acteurs principaux de la série (Jonathan Groff, Frankie J. Alvarez et Murray Bartlett) ont notamment dû travailler avec minutie leur "visage à orgasme", afin de ne pas trahir la réalité dépeinte dans la série. Sans Looking, véritable précurseur de la scène gay sur le petit écran, la représentation des sexualités queer dans des séries telles que Sense8, Sex Education ou Now Apocalypse n’aurait peut-être pas vue le jour. (A.D.) 

Les deux saisons de Looking sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

The Deuce (2017 — 2019)

Ⓒ HBO

Il fallait bien l’un des piliers de la trinité des David, le créateur de The Wire en l’occurrence, pour porter à l’écran la naissance et la légalisation du porno dans le New York des années 1970-1980. Une série historique qui dépeint avec réalisme la naissance d’une industrie controversée, mais très lucrative et de ses artisans qui bataillent pour que leur métier soit reconnu et leurs corps traités avec respect. Une œuvre de niche, mais qui a construit l’un des plus beaux personnages féminins de la décennie : Candy, incarnée par Maggie Gyllenhaal, une travailleuse du sexe qui cherche à devenir réalisatrice à l’aide du porno.

Contexte et thématique phare obligent, The Deuce se devait de proposer une version très frontale de la sexualité. Mais sous l’impulsion et la demande de l’actrice Emily Meade, David Simon a engagé une coordinatrice d’intimité, la première de l’histoire du petit écran. Son but : aider les acteurs à aborder, comprendre et jouer les scènes de sexe simulées, afin de faire régner une atmosphère sécuritaire sur le plateau.

Ce job révolutionnaire est désormais en train de se démocratiser dans les séries, avec la présence d’une coordinatrice d’intimité sur le plateau de Sex Education et toutes les séries récentes de HBO, qui a pris en compte les conséquences du mouvement #MeToo. (A.D.) 

Les trois saisons de The Deuce sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Euphoria (2019 —)

Ⓒ HBO

Après 47 années de diffusions, HBO a enfin produit un teen drama : Euphoria. Forcément, avec la ligne directrice de la chaîne qui brise les codes, on ne pouvait pas s’attendre à un programme aussi pudique que Riverdale et Gossip Girl. La série, quasi autobiographique pour son créateur, Sam Levinson, retrace le combat d’une jeune addict, Rue, et son combat contre l’anxiété, la pression sociale et la découverte d’un amour lesbien qui remet en cause sa conception des identités de genre et des relations.

Dès sa première saison, Euphoria raconte une chose très rare dans les teen dramas : une relation amoureuse queer entre deux personnages adolescents. C’est une série qui décrypte une société encore jamais vue sur le petit écran, la génération Z (les enfants nés entre 1995 et 2015), dont une partie ne se vit et ne s’identifie pas comme hétérosexuelle. À travers la relation entre Rue et Jules, un personnage transgenre joué par une actrice transgenre, elle dresse le portrait d’une génération sexuellement ouverte, plus aventureuse, qui fait évoluer les mentalités en donnant une visibilité aux minorités LGBTQ+.

Bien sûr, la série comporte son lot de scènes hot labelisées HBO. Elle détient notamment le record du plus grand nombre de pénis à l’écran avec l’épisode "Stuntin' Like My Daddy". Une preuve que le full frontal, déjà aperçu dans des séries comme Westworld, Outlander et I Love Dick, est devenu un trope de notre temps. (A.D.) 

La première saison d’Euphoria est disponible en intégralité sur OCS Go.

Cet article a été écrit par Adrien Delage et Marion Olité.

Par Adrien Delage, publié le 14/02/2020

Pour vous :