Ⓒ HBO

On t'a vu : Andrew Scott en soldat sexy dans Band of Brothers

Avant d'incarner le sexy priest de Fleabag, Andrew Scott débarquait sur les plages de Normandie dans la série culte de HBO.

Nous sommes en 2001. Andrew Scott est âgé de 25 ans et vient de sortir de sa première expérience théâtrale dans la pièce Dublin Carol de Conor McPherson. Cet Irlandais né à Dublin prend des cours d’art dramatique depuis le collège et apparaît dans quelques spots télé locaux au cours de sa scolarité. À l’âge de 17 ans, il obtient son premier rôle dans le film Korea de Cathal Black avant de faire la rencontre d’un réalisateur qui va changer le cours de sa carrière, Steven Spielberg.

En 1998, le cinéaste lui propose un petit rôle dans son chef-d’œuvre Il faut sauver le soldat Ryan. Cette expérience exceptionnelle pour un acteur tout juste majeur lui ouvre les portes d’Hollywood. Mais Andrew Scott, très attaché à ses origines, préfère les rôles qu’on lui propose au Royaume-Uni. Après le film de guerre, il apparaît dans The Tale of Sweety Barrett, où il donne la réplique à Brendan Gleeson. La même année, il obtient sa première partition sur le petit écran dans l’anthologie Le Monde merveilleux de Disney.

Publicité

Au début du nouveau millénaire, Andrew Scott se fait remarquer grâce à la mini-série Longitude, qui remporte le BAFTA de la meilleure série dramatique. Finalement, Steven Spielberg refait appel à lui en 2001 pour un projet de série monstre, coproduit par Tom Hanks et diffusé sur HBO, qui révolutionnera la télévision : Band of Brothers.

Héros du débarquement

Ⓒ HBO

Dans l’épisode 2 de la série, intitulé "Day of Days", la série de guerre revient sur le célèbre D-Day, le débarquement de Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. On y suit le sacrifice inestimable de la Easy Company, les courageux parachutistes lâchés derrière les lignes ennemies pour repousser les forces de la Wehrmacht. La 101e division aéroportée, toujours commandée par le lieutenant Richard Winters (Damian Lewis), fait partie des premières à être larguées en territoire hostile.

Publicité

Au cours de sa descente, l’unité subit de lourdes pertes et se retrouve séparée. Quand il touche terre, Winters est rejoint par le soldat John Hall (Andrew Scott). Ensemble, ils cherchent des survivants de leur faction et finissent par réunir un petit groupe. Mais ils sont freinés dans leurs efforts par un barrage allemand, avant de prendre un autre chemin et de tomber sur des prisonniers de guerre. Après un second échange de coups de feu avec l’ennemi, Winters obtient un nouvel ordre de mission de la part du colonel Robert Sink (Dale Dye).

Ce dernier leur fait part du massacre qui est en train de se dérouler sur l’Utah Beach, l’un des points stratégiques majeurs du débarquement. Les Alliés sont bloqués par la puissance des canons antichars de 88 mm, dont les tirs balaient la zone. Winters et sa troupe sont dépêchés sur place pour neutraliser les armes, qui plus est positionnées sur une zone fortifiée par les Allemands. Les talents tactiques du lieutenant, qui a tranché son unité en deux pour prendre les ennemis à revers, finissent par payer et Winters parvient à stopper plusieurs canons, qui sont en réalité des obusiers de 105 mm.

Publicité

Le lieutenant Lynn Compton (Neal McDonough), qui dirige la seconde force de frappe, est blessé au cours de l’opération et forcé de battre en retraite. Mais Winters, qui a découvert une carte sur laquelle est indiquée la position des derniers obusiers, décide de poursuivre la mission. S’ils réussiront à la mener à bien, John Hall mourra au cours de l’opération suite à une embuscade des Allemands. Il sera d’ailleurs le premier homme à passer l’arme à gauche sous le commandement de Richard Winters, sacrifice qui laissera ce dernier traumatisé à vie.

À la guerre comme à la guerre

1917/DreamWorks SKG

Contrairement aux apparences, Andrew Scott ne gardera pas un très bon souvenir du tournage de Band of Brothers. Dans une interview accordée Shortlist en 2012, l’acteur révélera que "l’atmosphère [était] horrible" sur le plateau. Depuis, il évitera d’ailleurs les trop grosses productions afin de garder une approche saine de son métier. Ses choix de carrière ne l’ont pas empêché d’exploser ces dernières années, d’abord avec le rôle emblématique du professeur Moriarty dans Sherlock, puis dans celui du prêtre sexy de Fleabag.

Publicité

Malgré ses mauvaises expériences passées, Andrew Scott a retrouvé le chemin des gros plateaux et des œuvres de guerre ces derniers temps. En 2019, il était notamment à l’affiche de 1917, le film de Sam Mendes tourné en un plan-séquence. Les sériephiles l’ont aussi aperçu dans la première saison d’À la croisée des mondes, où il reviendra d’ailleurs dans un rôle récurrent dans la saison 2.

L’acteur a plusieurs projets dans les tuyaux pour les prochains mois. Il sera d’abord la voix principale d’Au cœur des ténèbres, l’adaptation animée du roman de Joseph Conrad. Enfin, il tiendra le rôle principal de la série Ripley, une production signée Showtime dans laquelle il incarne un arnaqueur new-yorkais des années 1960, qui finit par tomber dans une spirale infernale suite à sa rencontre avec un richissime fraudeur et meurtrier.

En France, les dix épisodes de Band of Brothers sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Par Adrien Delage, publié le 10/01/2020

Pour vous :