©Netflix

Qui est le narrateur de Narcos: Mexico ?

Steve Murphy et l’agent Peña ont laissé leur place à un collègue aussi bien informé qu’eux.

© Netflix

La voix off cool et blasée de Narcos, c’est un peu une marque de fabrique, un des ingrédients d’une recette gagnante qui passe par un générique entêtant, des barons de la drogue charismatiques ou encore un subtil mélange entre fiction et véritables images d’archives. Durant les deux premières saisons, c’est le personnage de l’agent de la DEA Steve Murphy (Boyd Holbrook) qui nous présente le monde des narcotrafiquants colombiens, avec force détails sur le fonctionnement des forces de police et les voies d’acheminement de la coke. Après le retour du "gringo" dans son pays, c’est Javier Peña (Pedro Pascal) qui reprend le flambeau, pour nous conter l’histoire de la traque des gentlemen de Cali.

Publicité

Changement de pays et de personnages (mais connexions très directes) dit changement de voix off. Narcos: Mexico reprend le gimmick du narrateur très bien informé, mais cette fois, on ne comprend pas vraiment qui nous raconte l’histoire de la naissance du cartel de Guadalajara, avant la dernière scène du dernier épisode. La voix prend alors tous son sens : il s’agit d’un nouvel agent de la DEA, Walt, incarné par Scoot McNairy. Sous son look de surfer bohème se cache un agent vénère qui mène au Mexique l’opération Leyenda, conséquence directe du meurtre de Kiki Camarena par Félix Gallardo et le cartel.

© Netflix

Si cette première saison de Narcos: Mexico revient sur le parcours de Félix, et comment cet homme venu d’un village perdu du Sinaloa a bâti un empire en trahissant ses proches et en s’éloignant de sa famille, la série explique aussi en parallèle comment la naissance du plus grand cartel mexicain que le pays ait connu a obligé la DEA (Drug Enforcement Administration) à se réorganiser et à devenir l’agence prestigieuse et crainte des criminels que l’on connaît aujourd’hui. Félix Gallardo a fédéré les "plazas" mexicaines, mais Kiki Camarena et son sacrifice ont agi comme un électrochoc dans les plus hautes sphères américaines. Il aura fallu la torture et le meurtre de l’un des leurs pour que les agents en costard planqués dans leurs bureaux à Washington se bougent pour rendre justice à leur agent, quitte à utiliser des méthodes musclées et pas toujours légales. Quitte à participer à une escalade de la violence.

Publicité

"Kiki Camarena était l’un des nôtres. C’était un frère. Quand ils l’ont tué, on a su qu’on était en guerre. C’était à nous de répliquer. Bientôt, ils allaient comprendre à qui ils avaient affaire." Ce sont ces mots, prononcés par Walt, qui concluent cette excellente saison de mise en place. Tous les pions sont installés pour la riposte de la DEA dans une saison 2, que doit confirmer Netflix (une formalité), que l’on imagine intense, sanglante et épique.

La première saison de Narcos: Mexico, composée de dix épisodes, est disponible sur Netflix.

Par Marion Olité, publié le 26/11/2018

Copié

Pour vous :