©Netflix

Il faut qu'on parle de l'annulation de The OA

#SaveTheOA

Après l’annulation de la série Sense8 en juin 2017 ou encore celle de One Day at a Time cette année, Netflix fait de nouveau face à la colère générale de nombreux de ses abonnés, furieux qu’elle ait décidé d’annuler The OA, la série de Brit Marling et Zal Batmanglij. Sur le moment, difficile de savoir si le choix venait du géant américain ou des showrunners, peut-être à cours d’idées après deux saisons si riches, formellement et narrativement. L’interprète de Prairie a rapidement répondu à cette interrogation, expliquant via un post Instagram : "Zal et moi sommes profondément attristés de ne pas pouvoir terminer cette histoire."

Les premières réactions outrées des fans et journalistes n’ont pas tardé à affluer sur Twitter, où l’on pointe du doigt les choix jugés douteux de Netflix, qui renouvelle des séries populaires comme La Casa de Papel, 13 Reasons Why (ces deux-là ayant été initialement imaginées par leurs créateurs respectifs sur une seule saison) ou Elite, mais se sépare brutalement d’œuvres plus pointues, aux ambitions artistiques élevées.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

"Sautons dans une dimension où une saison 3 de 'The OA' existe."

"The OA a offert à mon imagination une échappatoire aux forces marginalisantes qui veulent restreindre, capitaliser, abuser et exploiter nos existences uniques et conventionnelles. 'The OA' a proposé le meilleur de la science-fiction – un genre qui offre un choix illimité de possibilités."

Le timing n’est pas des plus réussis du côté de la France, puisque l’annulation intervient alors que Netflix vient d’augmenter ses tarifs d’abonnements. Les menaces de désabonnement pleuvent, les twittos promettant d’aller voir du côté de la future plateforme Disney+, attendue fin 2019.

Les fans français de The OA pourront aussi aller signer une pétition américaine, lancée dans la foulée sur Change.org. La fanbase de la série va-t-elle au moins réussir à obtenir la même chose que celle de Sense8, qui avait finalement eu droit à un long épisode de conclusion ? Netflix avait mis une vingtaine de jours à se décider. On imagine que, cyniquement, la plateforme attendra encore quelques jours pour voir si le mouvement va perdurer ou s’essouffler rapidement. Elle n’a pour le moment pas réagi à la fronde générale.

Si les réactions sont aussi tendues, c’est que la firme avait plutôt habitué ses abonnés à sauver des séries (Lucifer, Designated Survivor) ou proposer des revivals de shows bénéficiant d’une belle cote d’amour (Gilmore Girls, Arrested Development), se mettant ainsi les fans sériephiles dans la poche.

Mais ça, c’était avant, quand elle devait asseoir sa crédibilité et séduire des publics niches. Après plusieurs années d’observation pendant lesquelles pratiquement aucun show n’était annulé, Netflix a changé son fusil d’épaule.

Le premier coup de tonnerre a sonné avec Sense8. Trois ans plus tard, la plateforme s’est séparée en 2019 de l’ovni Chambers et de la série animée barrée Tuca & Bertie après une petite saison, de She’s Gotta Have It, Friends from College après deux saisons, One Day at a Time (repêchée par POPTV) et Santa Clarita Diet après trois saisons. Elle a annoncé une dernière saison pour Trinkets, Lucifer, The Rain, Dark, Travelers, The Ranch et La Fête à la maison.

Le géant américain, jusqu’ici en quasi-monopole sur son terrain, fait clairement le ménage avant l’arrivée d’une vraie concurrence, sérieuse : Disney + fin 2019 puis Apple TV. Comme n’importe quel diffuseur de série, il fonctionne aussi par cycles. Pour laisser arriver de nouvelles séries, il faut faire quelques adieux.

Il n’empêche que la pilule est dure à avaler : là où certaines productions oubliables comme The Rain ne manqueront à personne, la singularité et la créativité The OA étaient, elles, salvatrices. Son annulation abrupte semble annoncer une nouvelle ère pour Netflix, qui ne veut plus payer les ambitions artistiques de visionnaires post-lynchiens comme les sœurs Wachowski ou le duo Brit Marling/Zal Batmanglij. Si on veut conquérir le monde et survivre à la concurrence, il faut ratisser large.

Espérons que la pluralité des canaux de diffusion d’une série – l’exigence artistique de chaînes comme HBO, Showtime, Starz, les nombreuses autres plateformes – permette sur le long terme de voir éclore des œuvres aussi singulières que The OA. Et que l’industrie des séries ne se retrouve pas créativement paralysée, comme souvent au cinéma, par la cupidité. Les œuvres artistiques ambitieuses ont parfois besoin de peu d’argent, de peu de temps, parfois de beaucoup. Les audacieuses et novatrices The OA et Sense8 faisaient partie de la seconde catégorie. Elles étaient aussi les seuls chefs-d’œuvre que Netflix ait jamais produits.

Par Marion Olité, publié le 06/08/2019

Copié

Pour vous :