© HBO

featuredImage

D’Arya à la Longue Nuit, on fait le point sur les spin-off potentiels de Game of Thrones

Trois séries dérivées sont considérées par HBO, dont un pilote en cours de tournage.

Dans le monde joyeux et intarissable de la pop culture, la fin d’une œuvre marque généralement un recommencement plutôt qu’une fatalité. Star Wars, Jurassic Park, Terminator ou encore le Marvel Cinematic Universe sont les exemples probants du cinéma mais la télévision ne compte pas non plus laisser mourir ses blockbusters. C’est le cas de HBO qui, avec la fin de Game of Thrones, ne souhaite pas perdre ses spectateurs et abonnés durement gagnés grâce à la série la plus populaire de la décennie.

La chaîne câblée devra en prime compter sur des concurrents de taille dans les prochaines années : The Witcher et Le Monde de Narnia sur Netflix, Le Seigneur des anneaux sur Amazon, le cycle de Fondation d’Isaac Asimov sur Apple… Tous les diffuseurs américains redoublent d’investissements pharaoniques et d’idées ambitieuses pour dégoter le prochain Game of Thrones, capable de les asseoir sur le toit du monde des séries.

HBO a pour elle un avantage certain : la possibilité d’explorer à nouveau la mythologie et l’univers créés par George R. R. Martin à travers des spin-off. Si nous avons bel et bien fait nos adieux aux familles Stark, Targaryen, Lannister et Greyjoy telles que nous les connaissons, le laboratoire d’idées supervisé par Casey Bloys bouillonne et pourrait bien prendre forme dès l’année 2021.

Des projets en gestation bien avant la fin de la série

© HBO

Le 4 mai 2017, HBO annonçait officiellement la mise en chantier de quatre spin-off. Nous étions donc un peu moins d’un an après la révélation que la saison 8 serait la dernière et deux mois avant la diffusion de la saison 7. En d’autres termes, la chaîne câblée devait réfléchir à l’avenir de Game of Thrones depuis, voire avant, l’année 2016. Pour essayer de trouver la prochaine pépite de fantasy, elle a monté quatre groupes de scénaristes avec une parité parfaite, dont trois étaient secondés par George R. R. Martin en personne.

Les auteurs à la tête de ces projets de séries dérivés sont Jane Goldman (Kick-Ass, Kingsman), Max Borenstein (Godzilla, Kong : Skull Island), Carly Wray (Westworld, The Leftovers) et Brian Helgeland (Mystic River, Green Zone). Dès le début, HBO a désamorcé la hype pour éviter toute confusion : ils ne seront pas tous commandés, seuls seront gardés les plus intéressants. Francesca Orsi, vice-présidente de la programmation de la chaîne en profitait pour glisser un mot sur les budgets de production, forcément l’une des interrogations prioritaires des fans quand on connaît la puissance visuelle de Game of Thrones.

"50 millions de dollars par saison [par comparaison, la saison 8 a coûté 90 millions de dollars, ndlr], c’est insuffisant pour ce que nous prévoyons de faire. Ça va être énorme", confiait-elle lors d’une conférence INTV à Jérusalem. Et effectivement, HBO ne souhaite pas lésiner sur les moyens puisque seulement deux semaines après l’annonce de la mise en chantier de spin-off, George R. R. Martin prenait la parole sur son blog pour révéler qu’un cinquième auteur, dont l’identité est toujours inconnue à l’heure actuelle, avait été engagé pour travailler sur une nouvelle opportunité de série dérivée. Il précisait toutefois que ce scénariste connaît son univers au moins aussi bien que le couple de fans Elio M. García Jr. et Linda Antonsson, qui l’ont aidé à écrire The World of Ice and Fire.

Deux ans après les annonces faites le 4 mai 2017, les choses ont bien évolué. Le projet écrit par Martin et Jane Goldman s’est vu offrir un pilote, qui est actuellement en cours de tournage en Irlande du Nord, tandis que deux autres ont été écartés par HBO. En revanche, celui de l’auteur mystérieux et de Max Borenstein sont toujours à l’étude mais les informations les concernant sortent au compte-gouttes et sont à prendre avec des pincettes. Voilà, à ce jour, ce qu’on connaît de la relève de Game of Thrones sous l’étendard HBO.

Bloodmoon, le plus avancé

© HBO

Pour le moment, ce serait donc Jane Goldman, en collaboration avec Martin, qui est ressortie victorieuse de la bataille des spin-off. HBO lui a commandé un pilote, qui devra ensuite être validé par la chaîne pour confirmer le développement d’une saison complète. Celui-ci est récemment entré en tournage en Irlande du Nord, notamment là où David Benioff et D. B. Weiss ont donné vie à la région du Val dans Game of Thrones. Le casting, porté par Naomi Watts, réitère la tradition de la série originale, à savoir majoritairement des acteurs anglais peu connus à l’international, venant essentiellement du théâtre ou de la télévision, comme ce fut le cas pour Kit Harington, Emilia Clarke ou encore Gwendoline Christie.

Évidemment, HBO garde sous scellé les descriptions des personnages incarnés par cette jeune distribution. En revanche, les informations ont filtré concernant le sujet, le lieu et le temps de l’action de ce spin-off. Il se déroule à la fin de l’Âge des Héros, une époque très ancienne de Westeros où des figures légendaires régulièrement évoquées dans la série ont émergé. Le cadre est décrit précisément 5 000 ans les événements de Game of Thrones, et se concentrera principalement sur la création des Marcheurs blancs et de leurs démiurges, les Enfants de la Forêt, qui ont conduit à l’arrivée de la première Longue Nuit.

Cette série dérivée permettrait d’éclaircir des points d’intrigues directement liés à la mythologie de la saga littéraire : la construction du Mur et la formation de la Garde de Nuit, l’origine de la maison Stark voire des autres grandes puissances des Sept Couronnes, la naissance de la religion des Sept à Westeros, l’exploration des mystères de l’Est à comprendre le continent d’Essos et sa magie omniprésente… Si les dragons ne sont pas au programme de cette période, on pourrait y trouver un bestiaire fantastique tout à fait convenable : des araignées géantes de glace (évoquées par Vieille Nan dans l’épisode "Lord Snow" de la saison 1), des géants, des serpents de mer, des sirènes et, évidemment, les Marcheurs blancs.

Illustration officielle des araignées des glaces. (© John Howe)

Mais alors quels personnages pourraient remplacer ceux qui sont chers à nos cœurs, comme Aegon Targaryen, Arya Stark, Cersei Lannister ou encore Samwell Tarly ? Et bien celles et ceux qui sont supposés être leurs ancêtres. Voici une petite sélection non-exhaustive des figures majeures de cette époque :

  • Brandon le Bâtisseur : la légende dit que cet architecte talentueux serait le fondateur de la maison Stark, d’où l’existence de Bran Stark dans le Game of Thrones que l’on connaît. Avec l’aide de géants, il aurait construit des monuments majeurs de Westeros, dont Winterfell, le Mur, le château d’Accalmie dans les terres de l’Orage ou encore la Grand-Tour de Villevieille, demeure des Hightower.
  • Lann le Futé : il est considéré par beaucoup comme le plus grand escroc de l’histoire de Westeros. Ce mercenaire a fondé la maison Lannister après s’être emparé de Castral Roc en redoublant de machiavélisme et de manipulation. Les talents similaires de Cersei, Tywin ou même Tyrion y trouvent leur origine. Bronn évoque d’ailleurs l’existence et le coup de génie de Lann le Futé dans l’épisode "The Last of the Starks" de la saison 8.
  • Le Roi Gris : l’ancêtre de la maison Greyjoy était un puissant marin. Les contes à son sujet vantent qu’il aurait terrassé un dragon des mers et épousé une sirène. Il est le premier souverain du trône de Sel et des Îles de Fer et est connu pour avoir apporté des savoirs essentiels aux hommes, comme le feu ou la construction de navires pour voguer sur les océans.
  • Azor Ahai : le prince ou la princesse qui fut promis(e), dont Mélisandre a passé une grande partie de sa vie a cherché la réincarnation, a vécu à cette époque. Avec son épée Illumination, plongée dans le cœur de sa bien-aimée Nissa Nissa, il a repoussé le roi de la Nuit et ses Marcheurs blancs jusqu’aux Contrées de l’éternel hiver. Azor Ahai est étroitement lié à la religion de R’hllor et au mythe de la première Longue Nuit.

En août 2017, Jane Goldman avait confié à Digital Spy que l’humour noir et le gore, deux éléments très présents dans ses collaborations avec le réalisateur Matthew Vaughn, feraient partie intégrante du spin-off. Jusqu’au mois d’avril dernier, le titre de travail de ce dernier était d’ailleurs passé de The Long Night à Bloodmoon, un nom plus agressif et qui est sujet à plusieurs interprétations dans la mythologie de Martin. Souhaitons à la scénariste un succès dès le premier essai et une concrétisation à l’écran dès 2021, contrairement au pilote originel de Game of Thrones qui avait été rejeté par HBO.

Empire of Ash, la rumeur intrigante

© HBO

La seconde option sérieusement envisagée par HBO pourrait ravir les fans des Targaryen et des dragons. Sous le titre de travail Empire of Ash se cache l’ambition d’éclaircir l’origine de la famille de Daenerys et des Valyriens, ses ancêtres qui régnaient sur Essos plusieurs siècles avant le récit de Game of Thrones. De surcroît, l’homme à la tête de ce projet est Max Borenstein, un spécialiste des films de kaijū type Godzilla.

La série reviendrait sur le déclin et la chute de Valyria, une cité prospère à l’époque où les Seigneurs Dragons avaient créé un véritable empire sur le continent de l’Est. Leurs destriers ailés seraient nés dans les Quatorze Flammes, une chaîne volcanique qui a fini par entrer en éruption et détruire cette civilisation hégémonique. Seule la maison Targaryen réchappa de ce cataclysme appelé le Fléau de Valyria, puisqu’une partie des ancêtres de Daenerys étaient partis se réfugier à Peyredragon sur Westeros.

Depuis l’automne 2018, le pitch d’Empire of Ash a été mis de côté par HBO afin de se concentrer pleinement sur Bloodmoon. Cela dit, la chaîne considère toujours ce spin-off comme un plan B voire un prequel envisageable dans quelques années. Selon un rapport qui a fuité sur le Wiki Game of Thrones, la série dérivée comptait non seulement offrir une nouvelle danse de dragons spectaculaire, mais aussi revenir sur les questions éthiques, politiques, économiques, migratoires et culturelles qui incombaient à l’empire valyrien, dont la puissance et l’étendue étaient comparables à la République romaine selon George R. R. Martin.

Illustration du continent de Sothoryos, dont seule la partie nord est connue. Sur la gauche, on aperçoit notamment l’île de Naath, dont est originaire Missandei. (Ⓒ Game of Thrones Wiki)

Empire of Ash serait une véritable mine d’or pour les fans de la mythologie du Trône de Fer. À cette époque, Valyria entretenait une forte rivalité commerciale avec Zamettar, la capitale de Sothoryos, le troisième continent du Monde connu jamais évoqué dans la série. C’est un lieu sauvage et mystérieux, qui représente l’Afrique du Nord dans l’imaginaire de Martin et renfermerait des créatures bien plus dangereuses que les dragons.

Là encore, ce spin-off permettrait de découvrir de nouveaux personnages emblématiques de l’histoire de Westeros. On pense à Aenar et Daenys Targaryen, qui ont survécu au Fléau de Valyria avec leurs dragons et régnèrent sur Peyredragon. Par ailleurs, Aenar est un lointain parent d’Aegon Targaryen premier du nom, qui conquit Westeros sur le dos de Balerion la Terreur Noire, unit les Sept Royaumes et forgea le trône de Fer.

A priori, il existerait déjà un "script bible" de 200 pages sur la série dérivée, sur lequel auraient notamment bossé des universitaires et écrivains spécialisés dans la question des religions. Espérons que ce dernier ne finira pas ironiquement en cendres et déploiera un jour ses ailes pour raviver la flamme des fans des Targaryen.

Arya et les suites, le rêve impossible ?

© HBO

Un troisième spin-off est toujours en cours d’écriture du côté de HBO, mais celui-ci est pour le moment top secret. En revanche, de nombreux fans rêvent de suites avec l’ouverture de certains arcs narratifs dans l’épilogue de l’épisode "The Iron Throne". On pense à la résurrection de Daenerys, en lien avec la destination de Drogon, ou encore à Arya, qui s’improvise Christophe Colomb et part à la découverte de l’ouest de Westeros. Malheureusement, la chaîne refuse catégoriquement d’offrir un sequel à l’œuvre de David Benioff et D. B. Weiss.

Après la diffusion du dernier épisode de Game of Thrones, le Hollywood Reporter s’est entretenu avec Casey Bloys, le président de la programmation de HBO. Le média américain n’a pas raté l’occasion pour lui poser des questions concernant d’éventuelles suites aux histoires d’Arya, Jon ou encore Sansa. Sa réponse est sans appel :

"Non, non, non et non. Si j’ai voulu faire cette série, cette version de Game of Thrones selon Dan et David, c’était pour qu’elle soit unique. Je ne veux pas reprendre des personnages de cet univers qu’ils ont écrit à la perfection pour ensuite les transporter dans un autre monde créé par quelqu’un d’autre. Je souhaite que cette pièce artistique reste comme elle est.

C’est une de ces raisons qui nous pousse à ne jamais refaire deux fois la même série. George a développé un univers gargantuesque, dans lequel il existe des tas d’histoires. On veut s’en servir pour créer quelque chose de distinctif, qui n’est pas en lien avec Game of Thrones. Pour nous, une suite ou la continuité d’un de ces personnages n’ont pas de sens et de raison d’être".

En d’autres termes, il n’y aura pas de spin-off centrés sur les Stark sous l’ère Bloys. Il faut donc se résoudre à dire adieu à nos personnages favoris, en attendant que d’autres plus anciens, peut-être même leurs ancêtres, apaisent notre chagrin et continuent à nous raconter de fabuleuses histoires de glace et de feu.

En France, les huit saisons de Game of Thrones sont disponibles en intégralité sur OCS Go.

Par Adrien Delage, publié le 24/05/2019