© Netflix

Cette théorie bouleversante va changer votre vision de la fin de The Haunting of Hill House

Et si la conclusion de l’histoire des Crain n’était pas une happy end ? Attention, spoilers.

© Netflix

Gros coup de cœur de nombreux sériephiles cette année, The Haunting of Hill House a réussi à nous terrifier autant qu’à nous émouvoir. L’histoire tragique des Crain, entre récit d’épouvante et drame intimiste sur le deuil, s’est finalement bien terminée pour une partie de la famille. C’est en tout cas ce qu’on imaginait jusqu’à ce qu’Oliver Jackson-Cohen, l’interprète de Luke, pointe du doigt un détail bouleversant qui a échappé aux spectateurs et qui pourrait bien chambouler votre vision de la fin de la série…

Publicité

Pour comprendre ses propos tenus dans les colonnes de The Wrap, il faut bien comprendre le concept maléfique du manoir des Hill. Ce dernier agit comme un véritable corps humain et ses pièces s’apparentent à des organes. Le cœur de la maison hantée est l’estomac, plus communément appelé la chambre rouge ("Red Room") par les Crain. Cette entité démoniaque aspire voire "digère", pour paraphraser Nell, l’âme de ses résidents en les poussant au suicide. Les fantômes errent ensuite éternellement entre les murs de la bâtisse. Dans le season finale, Luke, Theo, Shirley et Steven se retrouvent coincés à l’intérieur mais parviennent à s’en extirper in extremis.

Dans les dernières minutes de la série, Hugh se sacrifie pour sauver ses enfants et referme la porte de la chambre rouge, dans les bras de sa femme et de sa benjamine. Écran noir. Deux ans se passent. Luke fête ses deux ans de sobriété entouré des siens. Les Crain ont finalement fait leur deuil et trouvé le bonheur.

Les Crain sont pris au piège

"Wait for it", comme dirait Barney Stinson, car selon Oliver Jackson-Cohen, nous avons tous manqué un léger détail tout sauf "legendary" dans cette scène joyeuse, qui révélerait que les quatre personnages ne sont en réalité jamais sortis de l’estomac du manoir Hill…

Publicité

"Il se passe quelque chose quand nous sommes tous dans la chambre rouge. Je sens que je dois prendre mes précautions avant de dire quoi que ce soit [rires]… Lorsque les frères et sœurs sont endormis dans la 'Red Room', il y a toujours un élément rouge dans leur rêve. C’est un tout, tout petit détail. Par exemple, Luke porte des Converse tout au long de la série, mais elles deviennent rouges lorsqu’il entre dans la chambre d’hôtel. Et c’est tellement discret que vous ne pouvez presque pas le voir. Je crois que Steven porte également une veste rouge [dans son rêve].

Kate Siegel, qui incarne Theo, m’a fait remarquer un élément à la fin de la série, lors des célébrations de la sobriété de Luke. Le gâteau est rouge. Et sur le plateau, je me suis écrié : 'Bon sang !'. Mike Flanagan et Kate m’ont dit qu’ils n’en savaient rien. Et je suis incapable de vous dire si je suis fou ou si c’est un détail pertinent".

Avant de faire une crise cardiaque, allons tout de suite vérifier les arguments présentés par Oliver Jackson-Cohen. Son rêve dans la chambre d’hôtel survient dans l’épisode 10, "Silence Lay Steadily". Luke assiste, impuissant, à sa propre rechute dans la drogue sous l’influence de son amie Joey et fait une overdose dans la réalité. Et comme le disait l’acteur, son personnage porte bien des Converse rouges à ce moment-là…

© Netflix

Publicité

Cette scène est encore plus troublante quand on se remémore le passage qui précède cette séquence hallucinée. Il s’agit d’un Luke en pleine confusion dans la rue, qui fait les cent pas pour se rassurer alors que le fantôme de l’homme au chapeau melon le suit comme son ombre. Or, le junkie est pieds nus dans cette scène qui se déroule dans l’épisode 4, "The Twin Thing", et qu’on retrouve dans le season finale. C’est presque aussi discret que le coup de l’alliance dans Inception.

© Netflix

De même, et pour approfondir la théorie signée Oliver Jackson-Cohen, on remarque que ses Converse ne sont pas rouges mais bleues dans le reste de la série, comme en témoigne cette capture d’écran de l’épisode 4. Qui commence à flipper ?

Publicité

© Netflix

Pour aller encore plus loin, nous avons vérifié si des vêtements de couleur rouge étaient bien présents pour chaque personnage dans sa scène fantasmée. Hormis une légère nuance pour Theo (il faut regarder sa petite amie Allie dans le plan), la réponse est sans appel comme nous vous laissons, horrifiés, le constater par vous-même.

Steven porte une veste rouge dans son rêve. (© Netflix)

Shirley porte une chemise rouge dans son rêve. (© Netflix)

Le rouge apparaît via les sous-vêtements d’Allie dans le rêve de Theodora. (© Netflix)

Tout ceci tient peut-être d’une énorme coïncidence ou d’un kif des costumiers de la série sur la couleur rouge. Reste donc à vérifier le dernier élément : le gâteau. On vous le donne dans le mille, il est rouge aussi. Faire apparaître quelque chose d’organique, de comestible dans la dernière scène est d’ailleurs particulièrement pertinent symboliquement. On peut s’en nourrir, comme le manoir Hill se nourrit des esprits endeuillés de la famille Crain…

Bonne digestion. (© Netflix)

On le sait, Mike Flanagan est un virtuose du détail et un fieffé manipulateur. Avant de tourner cette fin à première vue idyllique, le showrunner et réalisateur voulait montrer visuellement que les Crain étaient enfermés à tout jamais dans la chambre rouge. S’il assure avoir changé d’avis lors du dernier jour de tournage, par amour pour ses personnages, il faut croire qu’il n’a pas totalement été honnête et n’a pas abandonné cette conclusion tragique pour la petite famille.

On pourrait se convaincre que cette théorie est fausse et chercher les contre-arguments (les enfants n’ont pas de rouge sur eux quand ils visitent la "Red Room" dans le passé, Olivia porte sa robe de chambre rouge dans le monde réel), mais on préfère se dire qu’une fin ouverte a l’élégance de nous laisser choisir entre un dénouement heureux ou tragique pour cette série et ses personnages décidément profonds et fascinants.

La première saison de The Haunting of Hill House est disponible en intégralité sur Netflix.

Par Adrien Delage, publié le 22/11/2018

Copié

Pour vous :