Ⓒ Netflix/The CW/Disney+

Go le binge-watching : voici les 20 séries les plus attendues de la rentrée

Avec l'adaptation du Sorceleur, la première série live Star Wars et un biopic sur le Wu-Tang Clan, la rentrée s'annonce chargée.

Wu-Tang: An American Saga 

Dans le New York du début des années 1990, la métropole américaine est bouleversée par l’explosion du business de la cocaïne. À Staten Island, neuf rappeurs profitent de ce climat anxiogène pour monter un collectif de hip-hop appelé à devenir l’un des groupes les plus influents de l’histoire. Son nom : le Wu-Tang Clan. Le biopic, créé par RZA et le scénariste Alex Tse (Watchmen : Les Gardiens), remontera aux origines du Clan et reviendra sur leur success-story, entre amour de la musique et crimes sordides.

Publicité

Taux de hype : 80 %.

Dès le 4 septembre sur Hulu, inédite en France.

Unbelievable

Publicité

En 2008, Marie, une adolescente américaine de 18 ans, se rend dans un commissariat et déclare avoir été violée. Quelques jours plus tard, la victime revient sur son témoignage et retire ses accusations dans des circonstances suspectes. Deux femmes détectives trouvent cette histoire étrange et veulent connaître le fin mot de l’histoire. Elles vont mener une enquête rigoureuse sur l’affaire, qui sera publiée dans l’article An Unbelievable Story of Rape et saluée par un Pulitzer. La mini-série de Netflix retracera cette histoire poignante, avec Toni Collette et Merritt Wever dans le rôle des enquêtrices.

Taux de hype : 70 %.

Dès le 13 septembre sur Netflix.

Publicité

Undone

Alma est une adolescente texane qui a survécu de peu à un grave accident de voiture. Depuis, elle a développé d’étranges pouvoirs qui lui permettent de manipuler le temps. Elle va user de ce don pour résoudre le meurtre de son père, assassiné dans des circonstances troublantes. Cette série animée, imaginée par les créateurs de BoJack Horseman, est l’œuvre visuelle la plus excitante annoncée depuis l’anthologie Love, Death and Robots et le film Spider-Man: New Generation. Avec en prime la présence de Bob "Saul Goodman" Odenkirk à la distribution.

Taux de hype : 90 %.

Publicité

Dès le 13 septembre sur Amazon Prime Video.

Marianne

Netflix compte bien nous foutre les jetons en cette rentrée avec Marianne, sa première série horrifique française. Une œuvre de genre qui lorgne du côté des histoires de fantômes, à la croisée d’Au-delà des murs et des productions américaines Blumhouse. C’est le scénariste français Samuel Bodin (Lazy Company) qui est à l’origine de ce projet intrigant, où les créatures posées sur le papier par l’écrivaine Emma prennent vie. Un esprit diabolique particulièrement tenace appelé Marianne va alors commencer à la hanter elle et son entourage. La bande-annonce fait vraiment flipper avec son ambiance pesante, mais on a aussi peur d’un mal très français : flipper devant des dialogues qui sonnent faux. 

Taux de hype : 50 %.

Dès le 13 septembre sur Netflix.

American Horror Story: 1984

On triche un peu, mais chaque nouvelle saison d’American Horror Story est un événement en soi. Pour son neuvième chapitre, l’anthologie de Ryan Murphy et Brad Falchuk plonge dans les codes et les gimmicks du slasher des années 1980. Si l’intrigue est encore floue pour préserver le mystère, les références citées par les scénaristes vont de Vendredi 13 à Halloween. Les fans de la série pourront compter sur les retours de Sarah Paulson, Emma Roberts, Billie Lourd et Cody Fern au casting, qui accueillera également l’actrice transgenre Angelica Ross (Pose) et le skieur acrobatique Gus Kenworthy.

Taux de hype : 80 %.

Dès le 18 septembre sur FX, en US+24 sur Canal+.

Creepshow 

En 1982, George A. Romero et Stephen King sortaient en salles la comédie horrifique Creepshow, adaptation des comics éponymes nés dans les années 1950. Trente-sept ans plus tard, le maquilleur et réalisateur Greg Nicotero (The Walking Dead) ramène le long-métrage à la vie sous la forme d’une série d’anthologie, très inspirée par Les Contes de la crypte. Au programme : scientifiques fous, nazis, créatures dégoulinantes façon The Thing, loups-garous, sectes sataniques et autres zombies increvables.

Taux de hype : 60 %.

Dès le 26 septembre sur Shudder, inédite en France.

The Politician

À la suite d’un deal astronomique, Netflix s’est offert les services exclusifs du showrunner prolifique Ryan Murphy. Le capitaine des navires American Horror Story et American Crime Story débarque sur la plateforme avec (surprise) une nouvelle anthologie, cette fois centrée sur les jeunes et la politique. Dans The Politician, Payton est un élève modèle persuadé que son destin est de devenir président des États-Unis. Manipulateur et fourbe, il est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Pour l’occasion, Murphy a réuni deux de ses muses, Jessica Lange et Gwyneth Paltrow, dans une série qui s’annonce queer, excentrique et délicieusement barrée.

Taux de hype : 60 %.

Dès le 27 septembre sur Netflix.

Godfather of Harlem

Au début des années 1960, deux parrains de la mafia italo-américaine se mènent une guerre sans merci pour le contrôle d’Harlem. D’un côté, on trouve Bumpy Johnson (Forest Whitaker), un célèbre criminel fraîchement sorti du trou. De l’autre, Vincent Gigante (Vincent D’Onofrio), un homme de main de la famille Genovese passé à sa tête après avoir trahi ses boss. Les deux parties vont essayer de corrompre un prêtre renommé et politicien en puissance pour gagner du terrain, un certain Malcolm Little surnommé Malcolm X.

Taux de hype : 70 %.

Dès le 29 septembre sur Epix, inédite en France.

Almost Family

Docteur spécialisé dans la fertilité, Leon Bechley a aidé 100 femmes à avoir un enfant en donnant son sperme au cours de sa vie. Un jour, l’une de ses filles, Julia (Brittany Snow, Pitch Perfect) découvre l’identité de son père et prend conscience qu’elle a une centaine de frères et sœurs répartis à travers les États-Unis. Julia décide alors de tisser des liens avec ces inconnus, en commençant par une vieille amie à elle et un ancien champion Olympique. Sortez les mouchoirs, car This Is Us a trouvé un sérieux concurrent dans la catégorie série la plus larmoyante de l’année. Il faut dire que la série est produite par Jason Katims, un des maîtres du drama familial américain intelligent (Friday Night Lights, Parenthood). 

Taux de hype : 50 %.

Dès le 2 octobre sur Fox, inédite en France.

Raising Dion

Ⓒ Netflix

Les Reese, une famille afro-américaine issue de la middle class, sont en deuil après la mort de leur patriarche. Le jeune Dion, particulièrement touché par le décès de son père, commence à s’isoler. Mais à la suite de ce tragique événement, l’enfant développe des pouvoirs magiques qui attirent l’attention sur lui. Sa mère Nicole devra alors se ressaisir pour comprendre l’origine de ce phénomène tout en protégeant son fils d’une organisation scientifique bien décidée à l’étudier. Raising Dion marque également le retour de Michael B. Jordan sur le petit écran, sept ans après ses débuts dans The Wire.

Taux de hype : 40 %.

Dès le 4 octobre sur Netflix.

Batwoman

Introduite dans le crossover annuel de l’Arrowverse, Kate Kane (Ruby Rose, Orange Is the New Black) rejoint officiellement la bande de super-héros d’Oliver Queen, Barry Allen et compagnie. Son cousin, un certain Bruce Wayne, ayant disparu de la circulation, Kate décide d’enfiler le costume de Batwoman pour protéger Gotham. Cette adaptation du personnage créé par Bob Kane et Sheldon Moldoff au milieu des années 1950 est décrite comme moderne. Son héroïne lesbienne et indépendante s’inscrit d’ailleurs dans la lignée des productions inclusives de Greg Berlanti.

Taux de hype : 70 %.

Dès le 6 octobre sur la CW, inédite en France.

Nancy Drew

Plus connue sous le nom d’Alice Roy dans l’Hexagone, Nancy Drew est une héroïne de la littérature policière créée par Caroline Quine dans les années 1930. Pour sa troisième adaptation télévisuelle, née dans les mains des créateurs de Newport Beach et Gossip Girl, Nancy mène ses enquêtes dans la petite ville d’Horseshoe Bay depuis son plus jeune âge. Souvent plus maligne et débrouillarde que le shérif des lieux, la détective va être confrontée à un meurtre sanglant qui serait lié à des affaires bien plus anciennes et encore jamais résolues. Une nouvelle série de la CW dont l’ADN visuel se rapproche de Riverdale et Sabrina, mais pourtant bien située dans un univers différent.

Taux de hype : 60 %.

Dès le 9 octobre sur la CW, inédite en France.

Looking for Alaska

Après Nos étoiles contraires, c’est au tour du roman Qui es-tu Alaska ? de John Green de prendre vie. Un nouveau mélo et teen drama déjà vendu comme bouleversant, où un ado dépressif déménage dans un pensionnat. Là, il essaie de retrouver foi en la vie à l’aide d’un groupe d’amis et de la mystérieuse Alaska Young, une jeune fille belle et fascinante. La nouvelle série de Josh Schwartz et Stephanie Savage pourrait bien faire de l’ombre à Euphoria et 13 Reasons Why, tandis que les Kleenex seront de mise pour survivre à cette première saison marquée par une terrible tragédie.

Taux de hype : 70 %.

Dès le 14 octobre sur Hulu, inédite en France.

Modern Love

Tremblez fans épileptiques de Love Actually, car voici venue l’heure du renouveau des comédies à l’eau de rose. Modern Love est une anthologie sentimentale qui plongera dans les relations amoureuses contemporaines. Le cinéaste John Carney (New York Melody), nommé showrunner pour l’occasion, compte bien décrypter le spectre de l’amour, allant des rapports platoniques à l’obsession sexuelle. Modern Love a déjà pour elle un casting phénoménal, qui comprend entre autres Anne Hathaway, Tina Fey, Olivia Cooke, Sofia Boutella, Dev Patel et John Slattery.

Taux de hype : 80 %.

Dès le 18 octobre sur Amazon Prime Video.

The Mandalorian

Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un chasseur de primes de la planète Mandalore vit en solitaire et n’obéit qu’à la loi du plus fort. La première série live Star Wars se déroule entre les épisodes VI et VII, dans des territoires où l’autorité de la Nouvelle République n’est pas respectée. Jon Favreau, créateur et réalisateur de The Mandalorian, a déjà vendu le show comme l’œuvre la plus sombre de l’univers Star Wars. Cerise sur la galaxie : derrière le casque de ce nouveau Boba Fett se trouve le génial Pedro Pascal (Narcos, Game of Thrones).

Taux de hype : 80 %.

Dès le 12 novembre sur Disney+, inédite en France.

The L Word: Generation Q

S’il y a bien un reboot sériel qu’on accepterait sans sourciller, c’est celui de The L Word, plus résonnante que jamais dans l’ère post-#MeToo. La série de Showtime, déjà progressive et inclusive à son époque, rappelle pour l’occasion ses héroïnes si attachantes. Bette, Alice et Shane seront de retour pour cette suite qui quitte West Hollywood pour Silver Lake. Generation Q se déroule dix ans après les événements de The L Word, alors que les lesbiennes de Los Angeles ont de nouvelles ambitions, dont l’accession à la mairie de la ville pour l’une et la publication d’un nouveau roman pour une autre.

Taux de hype : 70 %.

Dès le 8 décembre sur Showtime, en US+24 sur Canal+.

À la croisée des mondes

Quand HBO et la BBC se réunissent sur un projet, on sait qu’on tient là quelque chose d’ambitieux. Les deux chaînes ont entrepris une nouvelle adaptation d’À la croisée des mondes, la trilogie littéraire de Philip Pullman, qui avait fait un petit flop sur grand écran à la fin des années 2000. En plus d’un casting britannique à tomber par terre (James McAvoy, Ruth Wilson, James Cosmo, Dafne Keen), la bande-annonce de la série propose des images épiques et somptueuses. Suffisant pour avoir convaincu les deux parties de reconduire le show pour une saison 2, alors que la première n’a pas encore été diffusée.

Taux de hype : 90 %.

Prévu fin 2019 sur HBO et OCS en France.

Watchmen

Dix ans après le film de Zack Snyder, Damon Lindelof (Lost, The Leftovers) a décidé de s’attaquer à un monument des comics : Watchmen. Adapter l’œuvre démiurge d’Alan Moore, Dave Gibbons et John Higgins n’était pas une entreprise assez ambitieuse pour ce showrunner chevronné, qui a décidé d’en livrer une version futuriste et très personnelle, quitte à se fâcher avec les fans et l’auteur en personne. Exit Dr Manhattan et le Comédien, et bienvenue à des super-héros vieillissants dans une Amérique contemporaine et paranoïaque, où une secte sème la panique en mémoire de son idole Rorschach.

Taux de hype : 200 %.

Prévu fin 2019 sur HBO et OCS en France.

The Witcher

Après le costume de Superman, Henry Cavill enfilera l’armure de Geralt de Riv pour l’adaptation des romans de fantasy signés Andrzej Sapkowski. La série, promise comme mature et violente par sa showrunneuse Lauren S. Hissrich, semble pour le moment fidèle à l’œuvre polonaise, notamment via la présence de Ciri, Yennefer ou encore le noble destrier Ablette dans la bande-annonce. Reste à savoir si The Witcher a l’ambition de devenir le nouveau Game of Thrones ou rester en retrait face à ses impressionnants dragons.

Taux de hype : 90 %.

Prévu fin 2019 sur Netflix.

La Guerre des mondes

Ⓒ Studio Canal

La Guerre des mondes, roman culte de H. G. Wells, traite d’une invasion martienne hostile et imprévisible en Angleterre. Pour sa nouvelle série originale, Canal+ et le scénariste Howard Overman modernise l’œuvre mythique, en scrutant l’attaque des aliens à travers un point de vue actuel et européen. Notre actrice frenchie Léa Drucker donnera ainsi la réplique à Gabriel Byrne ou encore Elizabeth McGovern. Une réécriture intrigante de ce monolithe qui continue de fasciner Hollywood, de Byron Haskin à Steven Spielberg en passant par Greg Strangis, plus d’un siècle après sa publication.

Taux de hype : 60 %.

Prévu fin 2019 sur Canal+.

Par Adrien Delage, publié le 29/08/2019

Copié

Pour vous :