AccueilNews

David Fincher a signé un contrat d'exclusivité avec Netflix

Publié le

par Arthur Cios

© Netflix

Et il va durer... 4 ans.

Tous les fans de Fincher, et on sait qu’il y en a un paquet, ont les yeux rivés sur le calendrier. Le 4 décembre prochain sortira sur Netflix son nouveau long-métrage, Mank. Le premier depuis Gone Girl, sorti en 2014. Pour rappel, ce nouveau film racontera comment Herman Mankiewicz a accouché douloureusement du script culte de Citizen Kane.

Une véritable déclaration d’amour au septième art, qui rend l’attente encore plus longue pour les cinéphiles – et ce malgré ses séries reconnues produites pour Netflix, House of Cards, Mindhunter et Love, Death and Robots.

Même s’il a cravaché plus que jamais ces cinq dernières années, on ne sait en réalité pas du tout quand on reverra un film signé Fincher après celui-ci. Mais une chose est sûre : le réalisateur va rester fidèle encore pas mal de temps à la plateforme américaine. Dans un entretien pour le mensuel ciné Premiere du mois de novembre, le cinéaste explique qu’il a signé un contrat d’exclusivité de quatre ans avec Netflix.

"J’ai un contrat d’exclusivité avec eux pour encore quatre ans. Et en fonction de la réception de 'Mank', je vais soit aller les voir tout penaud en leur demandant ce que je peux faire pour me racheter, soit me présenter avec l’attitude du connard arrogant qui exigera de faire d’autres films en noir et blanc [rires].

Non, je suis là pour leur livrer du 'contenu' – quel que soit le sens de ce mot – susceptible de leur amener des spectateurs, dans ma petite sphère d’influence […]. Si j’ai signé ce deal Netflix, c’est aussi parce que j’aimerais travailler comme Picasso peignait, essayer des choses très différentes, tenter de briser la forme ou de changer de mode fonctionnement. J’aime l’idée d’avoir une 'œuvre'."

Il faut dire que sa relation avec Netflix est particulière. D’un côté, il est celui qui a rendu célèbre la plateforme avec sa première série phare, House of Cards. De l’autre, on lui laisse une carte blanche assez impressionnante qu’envieraient de nombreux cinéastes. Le meilleur exemple est la naissance de Mank. Dans la même interview, il explique :

"À la fin de la saison 2 de 'Mindhunter', j’étais complètement cuit. Je suis allé voir Ted Sarandos et Cindy Holland [les directeurs des programmes de Netflix, ndlr] pour leur dire : 'Écoutez, je ne me vois pas repartir pour deux ans sur une troisième saison ; je préférerais consacrer un an à un projet plus modeste, avoir le luxe de passer six mois de préproduction à concevoir deux heures de contenu plutôt que dix…' Ils m’ont dit : 'OK, t’as quoi ?' Je leur ai passé le script de 'Mank', sans trop y croire. Mais ils étaient partants. J’ai répondu : 'Quand est-ce qu’on commence ?'"

Après Mank, l’avenir de David Fincher demeure incertain. On sait désormais qu’il y a peu de chances que l’on ait un jour une saison 3 de Mindhunter. Mais son prochain projet ne sera pas forcément un film. Il faudra se montrer patient pour en savoir plus. 

À voir aussi sur biiinge :