©Netflix/Universal Pictures

Diane Kruger et Kiernan Shipka se feront face dans le remake de Swimming With Sharks

Cette satire hollywoodienne datant de 1994 va être remise au goût du jour.

Hollywood a décidé de se regarder le nombril et laver son linge sale tout en faisant des dollars. Alors que le film Scandale, actuellement en salles, retrace le combat des femmes journalistes de la chaîne Fox contre le harcèlement et les agressions sexuelles, un projet sur les coulisses de la machine à rêve attire notre attention. Il s’agit d’un remake sériel du film de 1994, Swimming With Sharks, réalisé par George Huang. Cette satire mettait en scène Kevin Spacey dans le rôle d’un producteur de film tout-puissant, au comportement abusif et ultra-toxique. Son nouvel assistant naïf (incarné par Frank Whaley), n’en pouvant plus de travailler pour une telle ordure, finissait par le séquestrer. 

Dans la mouvance des films rebootés avec des têtes d’affiche féminines, Swimming With Sharks va donc avoir droit à un remake avec un twist dans le genre. Bye bye le combat de mâles, ce sera Diane Kruger la boss insupportable (on l’a rarement vue dans un rôle de "méchante"), et Kiernan Shipka, notre Sabrina adorée, qui jouera les souffre-douleurs prête à se venger. Cette dynamique évoque forcément Le Diable s’habille en Prada (2006), une autre histoire de boss féminine versus assistante naïve, qui a donné un face-à-face mémorable entre Meryl Streep et Anne Hathaway. Si les reboots de films masculins avec des casts féminins ne sont pas toujours extrêmement justifiés d’un point de vue artistique (alors qu’ils le sont d’un point de vue politique à mon sens), cette histoire-là prend tout son sens après le mouvement Me Too, qui a entraîné (entre autres) une libération de la parole chez les assistants du monde des films et des séries, payés une misère et souvent maltraités psychologiquement par leur boss. Cela a donné le mouvement #PayUpHollywood.  

Publicité

Kathleen Robertson (Murder in the First) est en charge de l’écriture du scénario, tandis que Tucker Gates (Homeland) sera à la réalisation. La série est produite par Lionsgate pour Quibi, cette future plateforme disponible sur smartphones développée par Jeffrey Katzenberg (le cofondateur de DreamWorks avec Spielberg), et qui enchaîne les projets de séries avec des noms de la A-List d’Hollywood. Elle sera lancée le 6 avril 2020 aux États-Unis avec un modèle payant, sans pub (7,99 dollars) et avec pub (4,99 dollars). Avant elle, Blackpills avait tenté de lancer un modèle de contenus à la demande dispo sur écrans mobiles, sans succès. Mais la firme n’avait pas les mêmes moyens et le même modèle économique que Quibi. 

Par Marion Olité, publié le 12/02/2020