© Disney+

Pourquoi la sortie française de Disney+ est (malheureusement) décalée

La maison mère a finalement accepté les requêtes du gouvernement et décale la sortie de sa plateforme de deux semaines.

La plateforme de streaming Disney+ devait bientôt arriver en France très bientôt, puisque la mise en ligne était prévue pour ce mardi 24 mars. Mais pour ne pas engorger le réseau en ces temps de confinement, le gouvernement a demandé au géant américain de reporter son lancement. Après avoir initialement refusé, Disney+ vient d’annoncer que sa plateforme sera finalement lancée le 7 avril prochain.

Publicité

En effet, alors que les serveurs sont actuellement surchargés par l’activité d’une partie de la population française en télétravail ainsi que par la consommation de vidéos sur les plateformes de streaming qui a dernièrement explosé, l’arrivée de Disney+ pourrait provoquer une saturation des réseaux en causant une nouvelle affluence d’utilisateurs sur Internet.

Selon Jean-Luc Vuillemin, directeur technique d’Orange, deux stratégies opèrent actuellement en France : la première est celle de Netflix. La plateforme possède son propre centre de données en France (ainsi directement connecté aux opérateurs et fournisseurs Internet français), facilitant la diffusion de ses contenus, rapprochant, d’une certaine manière, les utilisateurs des séries et films qu’ils regardent.

Publicité

La deuxième est celle de Disney avec sa nouvelle plateforme de streaming, Disney+. Les responsables techniques du géant du divertissement ont choisi une stratégie "multi-CDN", impliquant que des serveurs et des ordinateurs sont reliés en réseau via Internet. La conséquence ? Les données parcourent plus de chemin, alourdissant les réseaux des opérateurs. Pas étonnant, donc, alors que YouTube ou Netflix ont décidé de réduire leurs débits, que le gouvernement français ait demandé à Disney de reporter le lancement de Disney+.

Un catalogue attendu au tournant

Si l’accès à des plateformes comme YouTube ou Netflix a déjà été limité par l’Union européenne afin d’éviter cette situation, le gouvernement redoutait le même type de surchauffe. Et si le lancement a bel et bien lieu, des confinés pourront ensuite disposer d’un catalogue très large, composé notamment des films Marvel, Star Wars ou des classiques d’animation de Pixar. Il reste à espérer que les serveurs tiennent le coup : si Internet venait à planter, ne serait-ce alors pas réellement la fin du monde ?

> Restez chez vous et binge-watchez toutes les vidéos de Konbini Biiinge, c’est par ici !

Publicité

Par Hong-Kyung Kang, publié le 23/03/2020