AccueilNews

Le Jeu de la dame a failli être un film réalisé par Heath Ledger

Publié le

par Marion Olité

©Netflix/Wikipedia

L'histoire d'un succès surprise sur Netflix qui devait initialement être un film.

Les origines des projets hollywoodiens sont parfois pleines de surprises. C’est le cas d’une mini-série qui fait beaucoup parler d’elle ces derniers temps. Bénéficiant d’un joli bouche-à-oreille, The Queen’s Gambit est devenue la bonne surprise de cette fin d’année, louée pour l’inventivité de sa mise en scène, le jeu de ses interprètes ou encore une écriture fine, en dépit d’une structure des plus classiques. 

Basée sur le roman éponyme de Walter Tevis, publié en 1983, l’histoire de Beth Harmon (incarnée par l’intense Anya Taylor-Joy), orpheline et génie précoce des échecs, qui doit lutter pour s’imposer dans un monde d’hommes et gérer ses addictions à l’alcool et aux tranquillisants, rappelle ces films et biopics à la "rise and shine", dans lesquels le protagoniste est doté d’un talent extraordinaire mais aussi de démons, et va triompher de l’adversité. Il n’est pas étonnant donc d’apprendre qu’à l’origine, The Queen’s Gambit devait être porté sur le grand écran. En revanche, il est plus surprenant d’apprendre que le projet devait être réalisé par Heath Ledger.

Le succès récent de la mini-série américaine a en effet entraîné la mise en lumière d’une interview parue en 2008 dans The Independant, dans laquelle Allan Shiach (finalement devenu le cocréateur de la série, sous son nom d’écrivain, Allan Scott) révèle de nombreux détails et à quel point l’idée était avancée. L’acteur prévoyait de passer pour la première fois derrière la caméra (il n’avait réalisé que des courts-métrages jusqu’ici), mais aussi d’incarner l’un des rôles (on imagine celui de Benny Watts, tenu par Thomas Brodie-Sangster dans la série Netflix). Il souhaitait aussi recruter Ellen Page pour incarner Beth Harmon. Il a travaillé avec passion, aux côtés d’Allan Shiach, sur un script de 109 pages. Ce dernier racontait en 2008, quelques semaines après la mort de l’acteur australien :  

"Ces trois derniers mois, nous avons passé beaucoup de temps à travailler sur sa vision. J’ai écrit brouillon sur brouillon et il me donnait ses retours, on s’est rencontrés plusieurs fois à New York. […] On est arrivés au moment où l’on a envoyé le script à Ellen Page. Heath avait plein d’idées pour le reste du cast, venant majoritairement de sa liste d’ami·ie·s acteur·rice·s. Le film devait se faire à la fin de l’année 2008."

Si Heath Ledger était aussi obsédé par l’histoire de Beth, c’est parce qu’il s’est identifié à elle. ll était à la fois un grand passionné d’échecs et luttait contre son addiction aux drogues et médicaments – qui a finalement eu raison de lui le 22 janvier 2008, où il a été retrouvé inconscient après un mélange fatal de plusieurs médicaments prescrits contre l’anxiété, la douleur et les insomnies. 

"Tout le monde sait que Heath était un consommateur de médicaments sur ordonnance ; et qu’il a eu des problèmes d’addiction quand il était jeune homme. Sur le plan personnel, je suis incroyablement triste. On est toujours triste de perdre quelqu’un comme ami. Mais, qui plus est, l’industrie du cinéma a perdu un vrai talent. Je pense qu’il aurait été un réalisateur extraordinaire", conclut en 2008 Allan Shiach. 

À voir aussi sur biiinge :