©NBC

Les producteurs de The Office développent une comédie inspirée par la crise du coronavirus

The Office 2.0.

Non, ceci n’est pas une blague du 1er avril ! Une série en réaction à l’actualité internationale est déjà dans les tuyaux. Et ce sont Ben Silverman et Paul Lieberstein, deux producteurs exécutifs de la cultissime comédie de bureau The Office, qui ont été inspirés par la crise que le monde connaît, suite à la pandémie mondiale du Covid-19.

Les deux hommes vont se concentrer sur le travail en temps de confinement et explorer les nouvelles façons dont nous sommes obligés de travailler à distance, du moins pour ceux et celles qui œuvraient dans des bureaux et peuvent continuer leur job en télétravail.

Publicité

"Nous sommes si nombreux à avoir adopté les réunions quotidiennes sur Zoom – pour le travail et au-delà ! Nous sommes entrés dans un nouveau quotidien et nous naviguons personnellement pour rester connectés et productifs au travail et dans notre vie privée. Avec le brillant Paul Lieberstein à la barre, nous pensons avoir une série qui non seulement apporte humour et réconfort pendant cette période troublante, mais qui sera aussi une comédie inventive et durable sur le lieu de travail pour les années à venir", a commenté Ben Silverman.

On hésite entre applaudir la réactivité des deux producteurs ou rester perplexes devant ce qui peut passer pour de l’opportunisme. On demande quand même à voir à quoi ressemblerait une comédie de bureau en version télétravail ! Côté idée de pitch, on est vraiment sur un copié-collé de The Office, puisque la série va s’articuler "autour d’un patron génial qui, dans un effort pour assurer la connectivité et la productivité de son personnel, leur demande à tous d’interagir virtuellement et de travailler face à face toute la journée".

Paul Lieberstein ajoute : "On commence avec la comédie de bureau, sauf qu’on retire le bureau et il ne reste plus que de la comédie. Le calcul fonctionne."

Publicité

Les séries ayant pour habitude de refléter notre quotidien et les préoccupations de notre société, d’une manière ou d’une autre, ce n’était en effet qu’une question de temps avant qu’elles ne s’emparent de nos nouveaux modes de vie, temporaires mais qui laisseront très probablement des marques sur le long terme dans nos interactions sociales et habitudes. Pour le moment en tout cas, le projet n’a pas encore de diffuseur.

Par Marion Olité, publié le 03/04/2020