©WarnerBros.

Lisa Kudrow revient sur le manque de diversité dans Friends

L'inoubliable Phoebe dans Friends revient sur les critiques prononcées à l'égard de la sitcom culte.

À l’affiche de la prochaine comédie de Greg Daniels, Space Force, aux côtés de Steve Carell, Lisa Kudrow a fait l’objet d’un portrait dans le Sunday Times et elle n’a évidemment pas coupé à quelques questions sur son rôle le plus iconique, tenu pendant pas moins des 236 épisodes que compte la série Friends, celui de l’inénarrable et hilarante Phoebe Buffay.

En attendant cette fameuse réunion entre elle et ses petits camarades – Jennifer Aniston, Courteney Cox, Matt LeBlanc, Matthew Perry et David Schwimmer – qui devrait être tournée cet été pour la plateforme HBO Max et prendre la forme d’une émission spéciale (pas d’épisode inédit de Friends a priori, à moins que le coronavirus n’ait inspiré ses créateurs comme ceux de Parks and Rec), l’actrice est revenue sur les critiques faites à la série de Marta Kauffman et David Crane, notamment sur son manque de diversité. En effet, nos six protagonistes sont d’origine caucasienne, à comprendre blancs comme neige, tout comme l’écrasante majorité des seconds et tierces rôles.

Publicité

Sans surprise, Lisa Kudrow s’est rangée du côté de l’avis général, comme David Schwimmer avait pu le faire un peu plus tôt dans l’année, justifiant le manque de personnages racisés dans la série par le contexte de son époque. Pour l’actrice, aujourd’hui, "ce serait complètement différent. Il est certain qu’on n’aurait pas un casting 100 % blanc". À l’exception de quelques personnages que l’on peut compter sur les doigts d’une main, le show, diffusé entre 1994 et 2004, proposait en effet un monde très blanc. Selon Lisa Kudrow, il doit être regardé comme "une capsule temporelle", "pas pour ce qui a été mal fait".

Une nouvelle fois, comme son acolyte, l’actrice pointe du doigt la présence d’un couple de lesbiennes dès la première saison de la série. "Il y avait ce type dont la femme a découvert qu’elle était gay et enceinte et ils ont élevé l’enfant ensemble. Nous avons aussi eu recours à des mères porteuses. C’était, à l’époque, progressiste."
 

Publicité

Le sujet est différent – d’un côté on parle de manque de diversité ethnique à l’écran, de l’autre de la représentation des personnes LGBT – et l’un ne doit pas se substituer à l’autre. Analyser Friends en 2020, c’est étudier aussi bien ses représentations avant-gardistes que problématiques. Dans les deux cas, c’est passionnant et cela ne nous empêchera pas de chérir cette série culte. 

Par Marion Olité, publié le 19/05/2020