AccueilNews

La saison 8 de Brooklyn Nine-Nine abordera le mouvement Black Lives Matter

Publié le

par Delphine Rivet

© NBC

Terry Crews confirme que des discussions sont en cours pour intégrer les luttes anti-racistes à la saison 8.

Invité de l’émission Late Night with Seth Meyers, l’acteur Terry Crews, qui joue le lieutenant de police Terry Jeffords dans la sitcom Brooklyn Nine-Nine, a confirmé que la saison 8 serait évidemment impactée par l’actualité de ces derniers jours. Comme le rappelle l’animateur, la série, créée par Dan Goor et Michael Schur, peut se targuer d’avoir l’un des casts les plus diversifiés de la télévision de network.

Mais au vu des dernières affaires de violences policières envers la population noire, venant s’ajouter à une liste déjà longue, et suite à la mobilisation de millions de gens à travers le pays pour dénoncer l’impunité et le racisme de toute une corporation (et qui va, évidemment, bien au-delà des commissariats), une question se pose : comment continuer de faire rire les gens et de rendre sympathique une bande de flics dans ce contexte ? Terry Crews assure d’une chose : la question sera abordée en saison 8.

"On s’est tous retrouvés le temps d’une visio sur Zoom l’autre jour, suite à ce qu’il se passe dans ce pays. On a pu assister à tellement d’abus de pouvoir. Nous avons des discussions très sérieuses et des conversations qui nous ont vraiment ouvert les yeux pour savoir comment on allait gérer ça avec la nouvelle saison."

Un peu plus tôt dans la semaine, Terry Crews a été vivement critiqué à la suite d’un tweet où l’on pouvait lire "Vaincre la suprématie blanche sans les Blancs, c’est créer une suprématie noire. La vérité, c’est l’égalité. Que ça vous plaise ou non, on est tous dans le même bateau". Il lui a notamment été reproché de donner du grain à moudre à l’alt-right, trop contente de voir un homme noir brandir la menace (fantasmée) d’une suprématie noire.

Dans la même vidéo, il a donc tenu à expliquer davantage ses propos, insistant sur le fait que sans l’aide des Blancs, le racisme systémique ne disparaîtrait pas, de la même manière que, dit-il, "les droits des femmes sans les hommes… rien ne change"

À voir aussi sur biiinge :