AccueilNews

La série Souviens-toi l’été dernier est annulée sur Amazon Prime Video

Publié le

par Marion Olité

© Amazon Prime Video

Une petite saison, et puis s’en va.

Nouvel échec à signaler du côté des slashers sur le petit écran. C’est sans grande surprise que l’on apprend l’annulation de l’adaptation sérielle du film culte des nineties et du roman éponyme de Lois Duncan, I Know What You Did Last Summer, qui n’aura donc eu droit qu’à une petite saison sur Amazon Prime Video avant de rejoindre le cimetière des séries.

Le 15 octobre dernier, la plateforme lançait un reboot prometteur, mais l’enthousiasme est vite retombé après la diffusion des premiers épisodes. Reprenant les grandes lignes de l’œuvre – un groupe de jeunes adultes est lié par un sombre secret, celui d’avoir accidentellement tué une personne un soir de beuverie, puis se retrouve pourchassé par un·e tueur·se vengeur·eresse –, la série Souviens-toi l’été dernier suivait plusieurs personnages un an après les faits, tandis qu’un·e mystérieux·se tueur·se venait s’en prendre à la communauté basée à Hawaii, mais surtout à nos jeunes protagonistes en danger de mort permanent.

© Amazon Prime Video

Premier choix qui ne présageait rien de bon, celui de placer au cœur de l’intrigue des jumelles, incarnées par Madison Iseman. Le reste du cast – composé entre autres de Bill Heck, Brianne Tju, Ezekiel Goodman, Ashley Moore, Sebastian Amoruso, Fiona Rene, Cassie Beck ou encore Brooke Bloom – a réservé quelques surprises intéressantes (notamment l’excellente Brianne Tju), et n’était ni meilleur ni moins bon que Jennifer Love Hewitt, Sarah Michelle Gellar, Ryan Phillippe et Freddie Prinze Jr. à leur époque. La série a davantage péché par son rythme, une mise en scène beaucoup trop banale pour son genre, le slasher (impossible de se souvenir d’une scène de meurtre marquante), et d’une intrigue tirée par les cheveux (les jumelles…) et plutôt boring au final.

Dommage, il y avait mieux à faire sur une franchise aussi culte, avec des thématiques abordées intéressantes (la boulimie, l’automutilation) et des protagonistes queers – chose très rare dans ce genre cinématographique. La représentation LGBTQ+, c’est bien, mais on la préfère dans des œuvres marquantes que dans des navets…

Décidément, on n’a pas encore trouvé la recette miracle du slasher en série. Même l’anthologie American Horror Story s’y est cassé les dents dans une de ses saisons les plus oubliables, AHS: 1984. On se consolera en allant voir le cinquième volet d’une franchise ciné ô combien culte, Scream, qui débarque dans nos salles obscures ce 12 janvier prochain. N’oubliez jamais : TOUT LE MONDE EST SUSPECT !

À voir aussi sur biiinge :