Ⓒ Columbia Pictures

Tarantino pourrait réaliser la série Bounty Law, vue dans Once Upon a Time... in Hollywood

Rick Dalton approuve déjà.

Si Quentin Tarantino annonce déjà depuis un moment que son dixième film sera aussi son dernier, il s’intéresse de plus en plus au petit écran pour poursuivre sa carrière. Sa dernière obsession en date dans ce sens concerne aussi son neuvième long-métrage, Once Upon a Time in… Hollywood. En effet, le réalisateur américain a confié à Deadline qu’il envisageait de donner vie à Bounty Law, la série western fictive aperçue dans son film, où le personnage de Rick Dalton, incarné par Leonardo DiCaprio, joue le rôle principal.

En réalité, le projet de Tarantino est même déjà bien avancé. Le cinéaste a écrit cinq épisodes, qu’il compte bien réaliser lui-même. Il ajoute d’ailleurs qu’un an et demi sera nécessaire pour la production de la série, et que cette version de Bounty Law n’aura rien à voir avec Once Upon a Time… in Hollywood, même si DiCaprio, aka Rick Dalton, alias Jake Cahill, le héros de la série fictive, pourrait reprendre son rôle pour l’occasion :

Publicité

"C’est avant tout une série sur la vie de Jake Cahill. C’est en regardant des shows de 30 minutes type 'Au nom de la loi', 'L’Homme à la carabine' ou 'Tales of Wells Fargo' que j’ai compris la possibilité de recréer 'Bounty Law' dans ce format.

J’ai toujours apprécié ces séries, mais là j’étais carrément pris dedans, avec ce concept de raconter une histoire dramatique en une vingtaine de minutes. Tu les regardes et tu te dis : 'Wow, c’est incroyable qu’il parvienne à raconter tout ça en si peu de temps.' J’espère que je suis capable de le faire, mais je veux le faire."

Si le projet a l’air plutôt bien parti, il faut se méfier des propos de Tarantino, qui reste malgré tout le roi des promesses en l’air. Preuve en est avec son refus récent de réaliser le prochain film Star Trek, dont il avait pourtant teasé une adaptation sanglante et burlesque depuis plusieurs années. Une chose est sûre malgré tout : Tarantino finira par craquer et nous offrir une série digne de ce nom sur le petit écran.

Par Adrien Delage, publié le 17/01/2020