©NCA/USANetwork

USA et UK collaborent pour arrêter une organisation cybercriminelle appelée... Evil Corp

Quand la réalité rattrape la fiction.

Qui avait raison depuis le début ? Elliot Alderson, of course ! Depuis le début de la série Mr. Robot, son personnage principal, Elliot (incarné par Rami Malek) se bat contre le conglomérat le plus puissant au monde, baptisé E Corp. Le groupe de hackers qui veut faire la révolution, la Fsociety, le rebaptise alors Evil Corp, parce qu’elle représente le mal capitaliste dans toute sa splendeur. 

Alors que l’ultime saison de Mr. Robot – passée de série phénomène lors de sa diffusion à petite chose underground encore suivie par une poignée d’irréductibles fans du créateur Sam Esmail – se termine sur les écrans américains, la vraie vie vient de lui donner une belle caisse de résonance. 

Publicité

En effet, les services de renseignement des États-Unis et du Royaume-Uni sont en train de collaborer pour faire tomber un groupe cybercriminel russe surnommé… Evil Corp ! Le FBI offre une récompense de cinq millions de dollars pour des informations menant à l’arrestation du présumé meneur, Maksim Iakubets.

Âgé de 32 ans, l’homme est accusé de piratage informatique et de fraude bancaire dans le cadre de deux stratagèmes internationaux qui se déroulent depuis mai 2009, a dévoilé la National Crime Agency dans un communiqué et dans un thread très détaillé sur Twitter. L’enquête représente une collaboration inédite de plusieurs années entre différentes agences : la NCA, le FBI et le National Cyber Security Centre.

Publicité

Basé à Moscou, le groupe de hackers russe utilise depuis une décennie la bonne vieille technique de l’hameçonnage pour introduire des logiciels malveillants en pièce jointe qui permettent, s’ils sont ouverts dans les e-mails, de choper les coordonnées bancaires des gens, et de vider leur compte en banque.

Igor Tourachev, 38 ans, bras droit de Maksim Iakubets, est considéré comme l’administrateur de l’organisation cybercriminelle, et celui qui contrôle notamment leur plus gros logiciel malveillant, Dridex. Plus de 300 victimes sont connues à travers 43 pays différents. Les gains d’Evil Corp sont estimés à plus de 100 millions de dollars. On est donc loin des ambitions révolutionnaires d’Elliot dans Mr. Robot.

Mais comme dans la série, l’affaire se corse et devient immanquablement politique pour les États impliqués, puisque ce groupe aurait collaboré avec le FSB (les services secrets russes) depuis 2017 sur "des projets" du gouvernement russe. Timing troublant, bien proche du Russiagate, cette enquête tentaculaire lancée après des soupçons d’ingérence russe dans l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis.

Publicité

Les hackers à Mykonos

Les photos et vidéos mises en ligne par la NCA anglaise dévoilent l’intimité et le train de vie de ces hackers, loin du look parano et minimaliste d’Elliot Alderson dans Mr. Robot. Ces cybercriminels-là vivent leur meilleure vie à coup de Lamborghini customisées au goût douteux, de mariages kitschissimes à un quart de million de livres et… de bébé lion. Vous pensez à la même chose que nous ? On veut une série sur ces mecs.

Ils n’ont pas encore été chopés, mais ils sont quand même bien mal barrés. Le trésor américain a sanctionné l’accès aux actifs et aux systèmes financiers internationaux de 24 entités liées à Evil Corp. Les enquêtes menées au Royaume-Uni par la NCA et la Metropolitan Police ont aussi ciblé le réseau de blanchisseurs d’argent de Iakubets. Huit personnes ont été condamnées à plus de 40 ans de prison.

Publicité

Par Marion Olité, publié le 06/12/2019