© CBS

Au Royaume-Uni, l'addiction au binge-watching est désormais traitée médicalement

Des spécialistes britanniques ont commencé à traiter les premiers patients souffrant de ce nouveau fléau.

On commence par un épisode, on enchaîne avec un suivant, puis un autre… Pour beaucoup, qu’on le veuille ou non, le binge-watching d’une série est devenu un acte presque routinier, aidé par le nombre croissant de plateformes de streaming dédiées. Et si certains arrivent à faire une halte durant leurs longues sessions de visionnage, d’autres semblent perdre le contrôle. À tel point que les professionnels britanniques s’en inquiètent.

Comme le rapporte The Telegraph, le psychothérapeute Adam Cox aurait déjà traité trois patients souffrant d’une addiction au binge-watching l’an passé. 

Publicité

"Tous les trois étaient tombés dans un cercle vicieux où ils n’arrivaient pas à se déconnecter, explique-t-il auprès du média anglais. Ils se devaient de regarder l’épisode suivant et celui d’après et encore d’après. Un cliffhanger à la télé s’apparente à un mécanisme de récompense, comme l’alcool ou les drogues. Ça libère de la dopamine, ce qui peut être un problème pour ceux qui ont du stress ou de l’anxiété dans leur vie. Ça entraîne du manque de sommeil, ce qui empêche toute productivité, et empêche les gens de former des relations."

En guise d’exemple (ou de signal d’alerte), le spécialiste évoque le cas d’un de ses patients. Ce dernier aurait commencé par binge-watcher tout Breaking Bad avant de se mettre aux séries centrées sur des enquêtes criminelles. De fil en aiguille, le principal intéressé s’est alors mis à regarder régulièrement jusqu’à sept heures de vidéos par jour. Un tel rythme eut un impact sévère sur sa vie sociale, sentimentale mais aussi professionnelle, son travail en pâtissant forcément. Pour lui venir en aide, Adam Cox a eu recours à de la psychothérapie en plus d’une TCC (thérapie comportementale et cognitive).

Tandis que Netflix continue d’accroître son total d’abonné·e·s à travers le globe et que ses rivaux prolifèrent année après année, le phénomène de binge-watching n’est pas près de s’éteindre.

Publicité

Par Florian Ques, publié le 07/01/2020

Pour vous :