Le casting de la série à son tout début.

Pourquoi Grey’s Anatomy est toujours un succès, 15 ans après

Souvent sous-estimée, la série médicale lancée en 2005 brille toujours par sa fraîcheur. Mieux : elle vit avec son temps.

Meredith Grey, Alex Karev, Miranda Bailey et Richard Webber sont de retour dans une quinzième saison de Grey’s Anatomy, dont deux épisodes sont actuellement diffusés chaque mercredi soir sur TF1. Ces quatre personnages reviennent de loin : ce sont les rescapés des tout débuts de la série, diffusée sur la même chaîne en plein été 2006. Et la série elle-même est la dernière survivante d’une rentrée fameuse pour la chaîne ABC qui, en 2004-2005, lançait aussi les cultes Lost et Desperate Housewives.

Le casting de la série à ses débuts. (© ABC)

Publicité

Mais Grey’s Anatomy – créée, écrite puis produite par Shonda Rhimes (Scandal) –, c’est surtout la dernière série médicale chorale à subsister dans l’imaginaire collectif. La génération de spectateurs précédente a eu Urgences, de 1995 à 2009. Un autre ton, une autre façon de faire et de raconter, mais un ADN pas si lointain, drama oblige. George Clooney en pré-docteur Mamour, Romano et ses sales histoires d’hélicoptère, le Dr Carter au grand cœur… l’emblématique hôpital Cook County de Chicago a coexisté pendant une demi-douzaine d’années avec le Seattle Grace Hospital. Mais si Grey’s Anatomy atteint tout juste le même nombre de saisons que son aînée, elle vient de la dépasser en nombre d’épisodes diffusés, établissant un nouveau record pour une série médicale. D’où vient sa longévité sans faille ?

Meredith Grey, interne en chirurgie (l’actrice Ellen Pompeo a alors 34 ans) rencontre Derek Shepherd. Le courant passe, ils rentrent ensemble pour ce qu’il ne semble être alors qu’un coup d’un soir. Le lendemain, elle découvre avec stupeur qu’il est son futur titulaire. S’ensuivent des années de jeu du chat et de la souris, et de polygones amoureux avec Izzie, George, Christina et Alex.

Publicité

La recette d’un épisode est presque toujours la même : quelques patients et cas médicaux, des petites et des grandes histoires qui se conjuguent. Durant 15 ans, on verra ces internes progresser, faire n’importe quoi avec leurs patients, tous coucher les uns avec les autres et évoluer dans ce qui semble être le pire hôpital du pays, surtout quand une fin de saison approche : inondation, incendie, tremblement de terre, panne d’électricité, carambolage, tireur fou et une hécatombe de personnages, parfois secondaires, souvent principaux. À l’inverse de Scrubs, Grey’s Anatomy n’a pas encore tenté l’épidémie de rage dans l’hôpital.

Une série constante dans son inégalité

Ça sonne comme une série soap deluxe ? Grey’s Anatomy peut parfois tomber dans ce travers-là. Dans ses relations improbables entre ses personnages, dans son manque flagrant de subtilité, dans sa manière de lier intrigues médicales et interpersonnelles, dans ses twists à gogo et autres retournements de situation. Quand les personnages en font trop, ce n’est pas qu’un peu. On est loin de l’écriture de Six Feet Under, mais la plupart des personnages sont attachants, plaisants à voir évoluer. Il y a un petit quelque chose de frais et limpide dans les débuts, la qualité plonge aux environs des saisons 6 et 7, remonte jusqu’à la dixième, puis replonge à la fin de la onzième, etc.

Publicité

Même dans ses pires moments, la série reste agréable à regarder. Elle reste constante dans sa production et ses mécanismes sériels sont simples et efficaces. Son secret numéro 1 ? Un casting très large, et qui tourne : le Grey’s Anatomy du début, du milieu et de la fin n’ont plus grand-chose à voir. Les premiers rôles ne durent jamais éternellement, et les débuts sont marqués de nombreux soucis relationnels sur le plateau de tournage.

De temps en temps, un nouveau groupe d’internes débarque et renouvelle les intrigues. Quelques stars s’y sont installées, dont Kevin McKidd ou Kim Raver, et d’autres y ont passé une tête, jouant un médecin de passage ou un patient, de Geena Davis à Seth Green. Cela confère à l’ensemble un petit côté "capsule temporelle" qui vieillit bien.

Publicité

Sa longévité lui a valu quelques bourdes (dont un épisode musical atterrant) mais elle n’en garde pas moins un panache unique. En 15 saisons, elle a également pu installer des arcs sur le très long terme, fonder une véritable mythologie et disséminer un grand nombre d’Easter eggs et autres clins d’œil pour les fans.

Si l’on rejette un coup d’œil aux saisons antérieures du show, notamment via l’une de ses multiples rediffusions sur la TNT, on se rend compte que Grey’s Anatomy était beaucoup plus sombre dans sa photo et ses éclairages qu’actuellement. Aujourd’hui, c’est un modèle de série pop, portée par une bande-son iconique, une qualité indéniable et distinctive de la série. Depuis sa première saison, les tubes qui passent dans le show sont minutieusement sélectionnés dans les nouveautés pop rock, et ont permis à certains groupes d’exploser. Si vous connaissez "Chasing Cars" de Snow Patrol, c’est grâce à Grey’s Anatomy. Chaque épisode – dont le titre est toujours celui d’un tube – est une petite playlist en soi, discutée sur les sites de fans, Reddit, Wiki et autres pages TV Tropes de la série.

Grey’s Anatomy, ses rebondissements et cliffhangers à foison, doit composer avec la "culture du spoiler" : avec un tel turnover chez les personnages, les tabloïds ont vite fait d’écrire sur les fins de contrat de tel ou telle acteur·rice, avant même que la saison soit diffusée et que l’on puisse connaître le sort du personnage. Peu ont été surpris de voir Derek "Dr Mamour" Shepherd, personnage central de la série, disparaître dans un accident de voiture en 2015 : les fans savaient bien que Patrick Dempsey allait quitter le show, et le zigouiller était certainement la seule manière cohérente d’évacuer le personnage sans le faire abandonner enfants et femme enceinte.

Délicatement progressiste

C’est l’une des principales caractéristiques de la série. Shonda Rhimes a toujours fait en sorte de diriger une fiction progressiste, qui mise sur la diversité et vit avec son temps. Basée sur le colourblind casting (soit l’attribution de rôles sans prendre en compte l’ethnie de l’acteur ou l’actrice), la série met en scène des personnes de tous horizons, aux ethnies, identités de genre, orientations sexuelles et confessions différentes. Le jeu des interprètes n’est pas toujours au rendez-vous, mais la diversité, si. Après quelques années, elle s’est progressivement lancée dans une représentation des relations LGBTQ+, avec des couples phares comme celui de Callie et Arizona. Cette intention louable se traduit parfois de manière discutable, notamment dans sa façon, parfois, d’ignorer la bisexualité, et on peut trouver qu’elle ne va pas forcément assez loin : il a quand même fallu attendre fin 2018 pour qu’elle "ose" un baiser entre deux hommes dans des rôles réguliers, sorte d’ultime frontière pour une vénérable série américaine.

Cependant, cela fait plusieurs années qu’elle s’attache à parler de sujets sociétaux sans nous les balancer à la figure. Une interne voilée a fait une entrée récente dans la série, et dans un épisode, elle se sert en urgence de son hijab pour arrêter une hémorragie, ce qui ne choque personne. Il y a même eu bon nombre de réactions positives sur les réseaux sociaux. On y parle aussi de transidentité, de violences policières, de body positivism… Ça ne sonne jamais faux, ça ne semble jamais forcé ou lié à un cahier des charges : les dernières années de Grey’s Antomy sont naturellement lumineuses, colorées, bienveillantes. Le soap subsiste, les acteurs des débuts vieillissent, mais cela fait déjà un bail qu’elle a trouvé la formule pour tenir sur la longueur.

Et pour la suite ? Il y aura une saison 16, mais le destin de la série est lié à Ellen Pompeo. Quand elle en aura marre, ce sera la fin. En attendant, Shonda Rhimes a créé deux spin-off moins fameux : Private Practice et Station 19. Côté relève, il y a The Good Doctor, assez proche de Dr House (elles ont le même créateur, David Shore) qui applique la formule "donner une caractéristique atypique au personnage principal et broder autour". Mais pour tout le monde, Grey’s Anatomy est et restera la série médicale par excellence : tantôt plaisir coupable sopesque à souhait, tantôt crève-cœur tire-larmes, mais toujours iconique.

Par Benjamin Benoit, publié le 26/03/2019

Copié

Pour vous :