AccueilPop culture

Lea Michele est accusée de racisme par une ex-collègue de Glee

Publié le

par Florian Ques

© Fox

Alors que l'actrice a exprimé son soutien au mouvement Black Lives Matter, Samantha Ware pointe du doigt sa mauvaise foi.

Alors que bon nombre de célébrités se mobilisent et témoignent leur soutien au mouvement Black Lives Matter, en cette période difficile, Lea Michele a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice. "George Floyd ne méritait pas ça, écrit l’actrice dans un tweet posté samedi dernier. Ce n’était pas un incident isolé et ça doit cesser. #BlackLivesMatter". Pourtant, sa prise de position a vite été décriée par Samantha Ware, la comédienne qui incarnait le personnage de Jane Hayward dans Glee à ses côtés.

"Tu te rappelles quand tu as fait de mon premier job à la télé un enfer sur Terre ?!, écrit l’actrice sur Twitter en réponse au post de Lea Michele. Parce que je n’oublierai jamais. Il me semble bien que tu as dit à tout le monde que tu 'chierais dans ma perruque' si tu en avais l’opportunité, parmi tant d’autres micro-agressions traumatisantes qui m’ont fait remettre en question ma carrière à Hollywood". Jusqu’ici, la principale intéressée n’a pas répondu à cette accusation. En revanche, dans la foulée, d’autres stars ont, elles, réagi pour apporter leur soutien à Samantha Ware.

En témoignent les tweets plus bas, Amber Riley et Alex Newell ont commenté avec des gifs qui en disent long. Ces deux-là ont incarné pendant de multiples saisons les personnages respectifs de Mercedes Jones et Unique Adams. Ce sont par ailleurs les rares comédien·ne·s noir·e·s de Glee, rendant ainsi totalement légitimes les accusations de Samantha Ware.

"Quelqu’un a dit 'cafards' ? Parce que c’est comme ça qu’elle appelait les figurants sur le tournage de Glee", avance l’actrice Jeanté Godlock – récemment apparue dans la série Daybreak sur Netflix – sur les réseaux sociaux. En parallèle, Samantha Ware a reçu le soutien de Candice Patton (The Flash), déclarant que "l’état actuel des choses fait remonter tellement de traumatismes chez nous" dans un post sur Twitter là encore.

À voir aussi sur biiinge :