AccueilPop culture

Les leçons de vie apprises par Un, dos, tres, résumées en 10 gifs

Publié le

par Ana Corderot

© M6

Avouez-le, rien qu’en y pensant, vous avez la musique du générique en tête…

Voilà vingt ans que la série qui rythmait nos goûters sur M6, en rentrant de l’école a commencé. Et oui, vingt ans déjà que Lola, Pedro, Roberto, Ingrid et Silvia se surpassaient en cours de danse ou de théâtre. Hier encore, on craquait pour Roberto, le bad boy invétéré de l’école de Carmen Arranz, et pour son col remonté jusqu’aux joues. Hier encore, on ne comprenait pas (et on ne comprend toujours pas d’ailleurs) les chaussures monstrueuses portées par Lola. Hier encore, la romance entre Juan, professeur de musique, occasionnellement dieu de la guitare, et Ingrid nous faisait fantasmer. On s’amusait à reproduire le générique comme des imbéciles, ou à écouter l’album de leur groupe, Upa Dance, en boucle.

Aujourd’hui, on est tentés de la redécouvrir une nouvelle fois, mais cette fois-ci, sûrement en VO espagnol sous-titré français (quoique…). En attendant, elle est restée gravée à jamais dans nos cœurs et nos esprits, comme une relique sérielle de notre adolescence. Tendez l’oreille attentivement, vous verrez, vous entendrez toujours les talons de Carmen Arranz résonner dans l’école. Ah, c’est certain, Un, dos, tres a laissé derrière elle une trace indélébile de son passage et nous a légué quelques belles leçons de vie.

#1. Le style c’est vraiment une question de goût

D’accord, pour leur défense, ça se passait dans les années 2000 et c’était super stylé à l’époque. Mais, très honnêtement, les chaussures gigantesques de Lola, ça n’a jamais été le cas. Entre les chemises ouvertes où les poils dépassaient, les marcels beaucoup trop serrés, Un, dos, tres était un florilège de mauvais goût qui bizarrement, passait tranquille à l'époque. Même le col remonté de Roberto nous donnait des frissons.

#2. C'est tout à fait normal de se mettre à danser pour un rien

Tu es triste ? Danse. Heureux·se ? Danse. En colère ? Danse. Amoureux·se ? Mais vas-y danse ! Déprimé·e ? Danse, c’est bon pour le moral.

#3. Ne pas appeler son fils Jeronimo

Parce que Jeronimo c’est juste le mec insupportable dans Un, dos, tres. On se souvient de son amourette avec Lola qui nous a exaspérés. Il n’avait rien à faire avec elle. Le duo emblématique, c’était Pedro et Lola, un point c’est tout. Pas Jeronimo avec ses cheveux en porc-épic et ses mitaines.

#4. On aurait tou·te·s dû faire des arts de la scène

Pas de doute, entre les cours de danse classique avec Adela, de théâtre avec Cristobal, de musique avec le rockeur Juan et de sport avec Jacinthe, la vie d’étudiant en art de la scène avait l’air tellement stylée. Par contre, avoir Alicia (la tante de Silvia) comme remplaçante, ça ne devait pas être très fun…

#5. Faire espagnol LV1 au collège vous servira pour plus tard

Même si personne ne pourra dire qu’il ou elle a regardé Un, dos, tres en version originale (alors qu’on aurait sûrement dû), faire espagnol LV1 avait beaucoup plus de classe qu’allemand. Au moins, on pouvait se la raconter et s'inventer un prénom hispanique en cours. C’est sûr que Roberto, c’est plus stylé que Robert.

 

#6. Les concierges peuvent s’avérer adorables 

Bon très bien, pas nécessairement celui de mon immeuble. Mais Antonio, lui, c’était une vraie perle rare. Si doux, si attachant et toujours une attention particulière pour les élèves et pour la señora Arranz, la directrice. Parce que oui, on s’en souvient, il en était un peu in love

#7. N'hésite pas à être une drama queen 

Pour être pimentée, la vie a besoin de drama, comme dans Un dos tres ! Oui, le soap en a fait quinze caisses, surtout du côté de ses personnages féminins. On pense aux crises de larmes et autres événements dans la vie de l'épique Lola. Alors, certes, elle nous a parfois tapé sur les nerfs, mais sans elle, est-ce que cette merveilleuse série aurait existé et nous aurait apporté cette magnifique leçon de vie ? Que tu sois une meuf, un mec ou une personne non-binaire, sois une drama queen quand tu en ressens le besoin. 

Un, dos, tres est disponible sur Canal + et 6Play. 

À voir aussi sur biiinge :