AccueilPop culture

On a classé (objectivement) les six saisons de Kaamelott

Publié le

par Marine Pérot

© Calt

On vous prie de considérer ce classement en tant que tel.

En attendant de nous ruer dans les salles obscures pour voir le film Kaamelott : Premier Volet, on s’est donné la tâche complexe de classer les six livres de la série Kaamelott. Et vous, quel serait votre classement ?

#6. Livre IV

Avec le Livre IV, le format court de Kaamelott commence à tourner en rond et à perdre en efficacité. En effet, les épisodes doubles (déjà introduits doucement dans le Livre III) se multiplient et l’intrigue ne cesse de s’étirer et d’être en conflit avec son format original. On sent qu’Astier a plus de choses à nous raconter et qu’il peine à le faire avec le format court. De ce fait, le rythme global de la saison est bancal, passant d’épisodes légers à d’autres plus feuilletonnant où l’on suit le chaos provoqué par les départs de Lancelot et Guenièvre, ainsi que la relation dénoncée par les dieux entre Mevanwi et Arthur. Au final le Livre IV est encore drôle, mais il est aussi annonciateur d’un besoin de changement pour que Kaamelott puisse continuer à évoluer.

#5. Livre III

Le Livre III, c’est le début de la fin de Kaamelott telle qu’on l’a connue. La série navigue alors entre ce qu’elle était et ce qu’elle veut devenir. Le format n’a pas encore changé et on reste sur des épisodes d’un peu plus de 3 minutes, mais la narration s’oriente vers quelque chose de plus feuilletonnant. Astier écrit toujours une série qui ne nécessite pas forcément un suivi quotidien, mais il raconte aussi une histoire à laquelle les spectateur·ice·s les plus attentif·ve·s peuvent s’accrocher. De plus, dans ce Livre, tout le monde est quasi constamment sur les dents. Alors bien sûr, l’énervement et les chamailleries sont au cœur de Kaamelott depuis ses débuts, mais dorénavant les disputes ont de plus en plus de conséquences et érodent les relations entre les personnages, ce qui au final est un tantinet pesant.

© Calt

#4. Livre V

Un changement drastique dans le format et le contenu de Kaamelott s’opère avec le Livre V. Alexandre Astier laisse tomber la comédie pure pour faire une vraie place à l’intrigue et au drame. Kaamelott se transforme narrativement mais aussi visuellement. Les scènes en extérieur sont tournées dans des décors hivernaux somptueux. L’identité visuelle de la série change : les tons plus froids reflètent l’ambiance au sein du royaume de Logres. Le hic avec cette saison ? Les épisodes sont presque trop longs et, par rapport à l’atmosphère du Livre précédent, le Livre V bouleverse trop de choses à la fois. Certain·e·s fans de la première heure ont alors commencé à bouder la série, regrettant l’époque des blagues à la pelle. Et comme la saison se termine sur la tentative de suicide d’Arthur, on peut comprendre que certain·e·s aient eu du mal à digérer ce changement d’ambiance.

© Calt

#3. Livre VI

Le Livre VI de Kaamelott est presque trop dur à évaluer tant il se trouve à des années-lumière des débuts de la série. Le format a changé, avec neuf épisodes de 42 minutes, et la narration nous transporte 15 ans en arrière. On est alors à Rome, et Arthur n’est qu’un simple soldat de la milice urbaine. Si le Livre VI a beaucoup divisé les fans de Kaamelott, on ne peut nier qu’il est l’un des plus aboutis de la série. Tourné en partie dans les studios Cinecitta en Italie, il est esthétiquement renversant, aussi bien dans ses séquences à Rome qu’en Bretagne. Et puis, voir les personnages dans leur jeunesse, avec des perruques toutes plus ridicules les unes que les autres, c’est un vrai plaisir qui permet d’en apprendre plus sur les origines de tous.

© Calt

#2. Livre II

Les Livres I et II de Kaamelott sont très proches l’un de l’autre et ont même tendance à se mélanger dans la tête des fans. Pourtant, le Livre II est un peu en dessous de son prédécesseur en termes de qualité, car, si la série est toujours très bien écrite et son humour toujours aussi efficace, on commence à connaître la formule et l’effet de nouveauté du Livre I s’estompe. Ceci étant dit, dans cette saison, la série sort de plus en plus de l’enceinte du château, ce qui apporte du renouveau à son univers. Enfin, c’est aussi là que les choses commencent à se compliquer entre Arthur et Lancelot. On peut alors voir chez Astier une volonté de nous raconter une histoire cousue dont il a visiblement le fil et l’aiguille bien en main.

#1. Livre I

Cela peut sembler être un choix facile mais si le Livre I de Kaamelott prend la tête de ce classement, c’est parce qu’on ne peut ignorer le fait qu’il s’agit là du commencement. Avec ces débuts, on a découvert une comédie unique et rafraîchissante à la télé française, mêlant humour et heroic fantasy avec brio. Les dialogues sont épatants et débordent de naturel. Alexandre Astier démontre qu’il peut écrire une série distrayante et nous fait rire sur 100 épisodes sans jamais s’essouffler. C’est aussi l’époque des épisodes les plus emblématiques de Kaamelott, contenant les répliques cultes de la série, comme le légendaire “C’est pas faux.” Et puis surtout, le Livre I est celui de la légèreté, celui où tout va bien. Bref, c’est le Kaamelott qui a fait le succès de la série.

© Calt

Les six saisons de Kaamelott sont disponibles en intégralité sur Salto.

À voir aussi sur biiinge :