© Showtime

On t’a vu : Timothée Chalamet jouer les gosses de riches rebelles dans Homeland

Avant d'être le it boy que tout Hollywood s'arrache, l'acteur franco-américain incarnait un ado en pleine crise existentielle.

© Showtime

Depuis environ un an, le nom de Timothée Chalamet est sur toutes les lèvres. Aux yeux du grand public, l’acteur vingtenaire n’existait tout bonnement pas avant son rôle révélateur dans Call Me By Your Name, le drame intimiste signé Luca Guadagnino, sorti en février 2018 dans les salles hexagonales. Désormais, les plateaux télé se l’arrachent, les grands réal' veulent collaborer avec lui. En novembre dernier, Forbes l’intégrait à la liste "30 under 30", répertoriant les talents de moins de 30 ans les plus prometteurs du Tout-Hollywood à l’heure actuelle. Alors qu’il se métamorphose doucement en l’un des acteurs les plus bankable du moment, il est peut-être temps de se souvenir de ses débuts.

Publicité

Alerte à la bombe

Publicité

Comme un nombre incalculable de comédien·ne·s, Timothée a inauguré sa carrière en jouant dans des courts-métrages (qu’on suppose désormais évaporés, à notre grand dam) mais également grâce à de brèves apparitions sur la petite lucarne. Et, non, il n’a pas échappé au rite de passage qu’est la participation à un épisode de New York, police judiciaire. Mais ce n’est pas pour ça que certain·e·s se souviennent de lui.

En 2012, alors que le principal intéressé est tout juste âgé de 17 ans, Homeland l’accueille à bras ouverts. La série d’action, menée par une Claire Danes au top de sa forme, en est alors à sa deuxième saison, essayant de maintenir le niveau après une première fournée stellaire. Timothée Chalamet prend part à huit épisodes de la saison dans un rôle assez controversé, se glissant dans la peau de Finn Walden, le fils du vice-président des États-Unis.

Publicité

À bien des égards, Finn est tout ce qu’on pourrait attendre d’un personnage comme le sien. Il est pourri gâté, un peu ingrat sur les bords, et, forcément, un ado en pleine crise. Ça tombe bien puisque Dana, la fille du terroriste présumé Nicholas Brody que tous les fans méprisaient, ne demande qu’à trouver un compagnon de rébellion. Ils se rencontrent, commencent à traîner ensemble… de vrais Roméo et Juliette des temps modernes. Sauf que… pas à tout fait.

Lors d’un date ensemble, tandis que Finn est au volant d’une voiture dernier cri, ils percutent une inconnue et, plutôt que de prêter secours à la victime, prennent lâchement la fuite. Faisant fi de l’avis de Finn de garder le secret, Dana avoue tout à leurs parents. Plutôt que d’assumer aux yeux du public, le père de Finn débourse une tonne de thunes pour que l’affaire n’éclate pas au grand jour. Mais comme le hasard fait bien les choses, le fameux vice-président crève d’un arrêt cardiaque. Un peu après, Finn passe lui aussi l’arme à gauche, victime d’un attentat lors des funérailles de son père. Karma is a bitch.

L’ère post-Homeland

En réalité, pas mal de personnes se rappellent son passage éclair, mais néanmoins mémorable, dans cette saison 2 de Homeland. Son personnage n’était peut-être si incroyable que ça, mais les fans de la série auront tellement détesté son union avec Dana qu’ils doivent encore se souvenir d’eux aujourd’hui. En tout cas, une chose est sûre : ce rôle aura ouvert beaucoup de portes à notre bien-aimé Timothée Chalamet, qui cumule de gros projets depuis.

Publicité

Si Call Me By Your Name est le long-métrage qui l’a révélé, Timothée peut tout de même se targuer d’avoir joué dans Interstellar sous la direction de Christopher Nolan. Alors qu’il a soufflé sa vingt-troisième bougie en décembre dernier, l’acteur franco-américain semble être omniprésent dans nos salles obscures, apparaissant dans des projets toujours variés qui lui permettent de prouver sa versatilité, à l’instar du western moderne Hostiles ou encore de l’acclamé Lady Bird, où on le croise en boyfriend hipster tête à claques.

Pour l’heure, M. Chalamet est déterminé à mettre nos glandes lacrymales à rude épreuve grâce au film Beautiful Boy, dans lequel il donne la réplique à Steve Carell. Bien qu’il délaisse le monde des séries maintenant qu’il a acquis une certaine street cred, Timothée ne se repose pas sur ses lauriers et sera à l’affiche de plusieurs projets intrigants. On le verra d’ici 2020, par exemple, dans une énième adaptation des Quatre filles du docteur March – le temps de côtoyer la queen Meryl Streep – mais aussi dans le récit de science-fiction Dune réalisé par Denis Villeneuve.

Par Florian Ques, publié le 22/02/2019

Copié

Pour vous :