Le point Giles : la librairie de You décryptée

Symboliques, originales, cosy, étonnantes… Les bibliothèques sont partout dans nos shows favoris. Avec notre dossier "Le Point Giles", clin d’œil au personnage de bibliothécaire le plus culte du monde, celui de Buffy, nous vous invitons à replonger dans ces lieux de savoir… et parfois de tous les dangers.

© Lifetime

Quand nos héros de séries ne sont pas occupés à sauver le monde, cuisiner de la meth', chasser des créatures démoniaques ou encore s’extirper d’un triangle amoureux infernal, ils ont besoin d’un havre de paix pour prendre du recul. Si certains possèdent leur Batcave attitrée, d’autres optent pour la quiétude et le confort d’une bibliothèque. Et à ce jeu-là, les séries rivalisent d’originalité pour nous en mettre plein les yeux.

Publicité

Petite, grande, rustique, authentique, en bois, en cristal, moderne, souterraine, labyrinthique, numérique… Il y en a pour tous les goûts. La bibliothèque est un endroit ressourçant, preuve de sagesse, d’érudition mais aussi d’une certaine pointe de nostalgie à l’ère du cloud et du digital.

Si, la plupart du temps, les séries s’en servent comme d’un simple décor, elles permettent aussi aux personnages d’apprendre quelque chose, de faire des rencontres ou de s’entretenir discrètement avec un tiers. Tournons une nouvelle page de notre rubrique "Le point Giles", où l’on s’intéresse aux rayonnages les plus marquants du petit écran. Aujourd’hui, on revient sur la librairie de Joe Goldberg dans You.

Le purgatoire

© Lifetime

Publicité

La librairie de Joe Goldberg (Penn Badgley) dans You possède un charme certain. Elle est située à Manhattan et convoque tous les éléments attachants d’une comédie romantique new-yorkaise des années 1990. C’est n’est pas par hasard qu’il rencontre Beck (Elizabeth Lail) et en tombe amoureux dans ce lieu emblématique, qui est paradoxalement un endroit de mort, puisque Joe finira par tuer par amour dans son sous-sol.

Si on ne doute pas que la Grosse Pomme fourmille de modestes bookshops dans le genre, les fans de You ne pourront malheureusement jamais se rendre dans celle de Joe. En effet, sa librairie a été créée de toutes pièces pour les besoins de la série au sein des studios Silvercup du Queens, à New York. Il s’agit d’un des plus célèbres et prestigieux plateaux de tournage de la ville, ayant notamment accueilli les équipes de Sex and the City, des Soprano, de Gossip Girl, de Fringe ou encore de Mad Men. À noter que la saison 2, commandée par Netflix après l’abandon des droits par Lifetime, changera de cadre et optera pour les rues ensoleillées de Los Angeles.

Avec sa lumière feutrée et ses étagères en bois brun, la librairie de You est un véritable paradis pour tous les amoureux des livres. Elle évoque également l’enfance et les romans qu’on adorait dévorer étant gamin, Le Magicien d’Oz de Lyman Frank Baum pour certains, L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson pour d’autres. La série symbolise d’ailleurs cet attachement à l’innocence à travers le personnage du jeune Paco (Luca Padovan), qui trouve dans les livres un refuge pour échapper à sa réalité difficile et un stimulant à son imagination.

Publicité

C’est d’ailleurs l’image du libraire, Joe en l’occurrence, qui sauve la vie de Paco à plusieurs reprises lorsque son voisin de palier lui vient en aide dans la série. Enfin, le jeune garçon se rend fréquemment sur la mezzanine de la librairie pour bouquiner au calme. Là encore, on peut y voir une métaphore de l’enfance et le plaisir de monter dans sa cabane pour s’isoler du monde et profiter d’une lecture en toute sérénité.

© Lifetime

En revanche, la relation de Joe aux livres et à sa librairie est un peu différente. Là où elle est un lieu d’évasion pour Paco, elle est pour le manager un abri au monde extérieur mais aussi et surtout un point d’ancrage à la réalité. Tout au long de la saison, le psychopathe ne cesse de blâmer les réseaux sociaux, les rendant responsables des défaillances dans les relations humaines d’aujourd’hui. S’il les utilise pour stalker Beck, Joe a besoin de revenir fréquemment s’enfermer parmi ces livres, qui représentent quelque chose de palpable, de rassurant, et une forme de communication plus naturelle pour lui. C’est un fait : Joe est old school, et il est depuis longtemps team Stephen King contre le colosse Mark Zuckerberg.

Publicité

De plus, le sous-sol de la librairie peut s’apparenter à un purgatoire pour Joe : il y torture Benji et le transforme en centre de rehab improvisé pour aider Claudia à vaincre son addiction aux drogues. Par ailleurs, la fameuse pièce aux vitres translucides, où sont stockés ses ouvrages les plus précieux, ressemble vaguement à une antichambre, dichotomie parfaite entre son amour pour les livres, qui représente son côté bon, et les événements atroces qui vont s’y dérouler.

C’est aussi à cet endroit que Joe révèle le plus souvent sa face sombre et machiavélique, notamment à la fin de la première saison. Il laisse alors parler son penchant psychopathe, ses pulsions meurtrières, au détriment de sa sagesse d’esprit vis-à-vis de ses nombreuses lectures. S’il était une allégorie littéraire, Joe serait très certainement Le Horla de Guy de Maupassant.

© Lifetime

© Lifetime

© Lifetime

Les amateurs de classicisme architectural ne seront pas passés à côté de la bibliothèque des Salinger, qui apparaît brièvement dans l’épisode 2. Un moment d’osmose pour Joe et tous ceux qui connaissent l’odeur irrésistible des livres anciens et poussiéreux. (© Lifetime)

Par Adrien Delage, publié le 18/12/2018

Copié

Pour vous :