©ABC

Pourquoi Alex Karev est le meilleur personnage masculin de Grey’s Anatomy 

La plus belle des évolutions.

Avec Meredith Grey, Richard Webber et Miranda Bailey, Alex Karev fait partie des rares personnages à avoir débuté dans la série aux seize saisons et à être encore présent aujourd’hui. Sous ses airs un peu insignifiants, il est en réalité l’un des personnages les plus importants de Grey’s Anatomy. Croyez-moi, il y a quinze ans, je n’aurais jamais cru pouvoir écrire quelque chose de positif sur lui.

D’ailleurs, si on en croit les propos de Shonda Rhimes, ce personnage n’aurait jamais dû exister, puisqu’à l’origine, il ne faisait pas partie du pilote, et a été ajouté par la suite. Imaginer Grey’s Anatomy sans Alex aujourd’hui ? Impossible.

Publicité

C’est vrai qu’il revient de loin, ce personnage. Du connard invétéré à l’excellent docteur en pédiatrie en passant par un ami sur lequel on peut compter, on en a vu et vécu des choses avec lui. Et c’est tant mieux. Un personnage comme Alex Karev est du pain béni aussi bien pour les scénaristes que pour les téléspectateurs.

Il n’y a rien de mieux que de pouvoir écrire et regarder une série qui s’inscrit dans la durée, en assistant à l’évolution de ses protagonistes. Aujourd’hui, on peut l’affirmer : Alex Karev a eu l’évolution la plus importante de la série, et les scénaristes ont réussi à en faire un personnage indispensable au sein du show, mais aussi dans l’histoire du petit écran.

Started from the bottom

Pour comprendre cette évolution, il faut revenir à la base de tout. Rappelez-vous, la première fois qu’on le voit apparaître à l’écran, il était arrogant au plus haut point, parlait mal à tout le monde et, disons-le, n’était pas très bon en tant qu’interne. Personne ne l’aimait, et il faisait tout pour que personne ne l’aime.

Publicité

©ABC

Dans les figures masculines, un Derek lui faisait largement de l’ombre avec son allure de gendre (pas vraiment) idéal, et la candeur (superficielle) d’un George le rendait encore plus exécrable. Avec tout le monde et avec les femmes notamment. C’est d’ailleurs à travers ses relations amoureuses qu’on a pu découvrir en lui aussi bien l’horreur et la merveille de sa personne. Le genre d’hommes qui ne veut pas être en relation, et choisit ouvertement de le dire à la personne que ça implique, sans penser une seule seconde à ses sentiments à elle. Les infirmières, les nouvelles recrues, Izzie, Lexie, Ava/Rebecca, Callie, April (avec qui il a été particulièrement infect), Lucy, et même Addison Shepherd, à qui il a fait le coup du "je ne t’ai rien promis". Du grand art.

Ces relations ont toutes été l’élément déclencheur pour qu’on puisse découvrir ce qui se cachait sous la surface, c’est-à-dire une personne qui avait peur d’aimer, parce qu’à partir de là, son amour devenait inconditionnel. On l’a vu avec Izzie qu’il a épaulée pendant son deuil de Denny, puis dans son combat contre le cancer. On l’a vu ensuite avec Ava/Rebecca, pour qui il était prêt à mettre sa carrière en danger afin de la sauver. On peut le voir maintenant avec Jo : il serait prêt à tout pour elle.

Publicité

Ce que j’aime particulièrement avec Karev, c’est qu’il ne s’est jamais mis en position de "sauveur" pour faire bonne figure comme Derek, qui s’est toujours pris pour un prince charmant, ou comme George, qui s’est toujours fait passer pour un agneau, mais n’en manquait jamais une pour lancer des piques ou pour tromper ouvertement Callie quand l’occasion s’est présentée. Alex ne fait jamais rien pour "son image", mais est ainsi parce que son passé d’aîné trouble qui est passé de foyer en foyer, avec un père alcoolique violent et une mère atteinte d’une maladie mentale, le rattrape constamment. Il a autant envie de s’autodétruire que d’aider les autres quand il le peut.

Un ami qui vous veut du bien

Son amitié avec Meredith et son choix de spécialisation en pédiatrie ont été les deux tournants majeurs de son évolution. Alex n’aimait pas les adultes, mais a appris à aimer les enfants qu’il soignait. Avec son aura de mauvais garçon, la pédiatrie n’apparaissait pas comme logique pour lui, mais à aucun moment ce choix n’a été remis en cause par ses pairs. C’est même Arizona qui lui a fait prendre conscience de son talent et l’a aidé à s’élever professionnellement et humainement. Et s’il y a bien un personnage dont j’ai envie de voir la paternité, c’est lui, parce que nul ne doute qu’il sera un excellent père.

Publicité

Quant à l’amitié qu’il entretient depuis le début avec Meredith, elle est très belle à voir, parce que malgré des hauts et des bas, elle a toujours été constante. Alors oui, Alex est celui qui l’a fait virer en la dénonçant à la direction quand elle avait triché lors d’un essai clinique, mais c’est aussi celui qui a fait rentrer Zola dans sa vie, quand il a fait venir des enfants malades d’un pays d’Afrique pour les soigner. Si Cristina était "la personne" de Meredith, Alex a toujours été son pendant masculin, celui sur qui elle peut compter sans cligner des yeux et sans jamais douter.

À la télé, on compte sur les doigts d’une main les relations amicales entre personnes de différents sexes qui ne se transforment pas en dynamique amoureuse à un moment ou à un autre. C’est même un trope courant : Monica et Chandler ou Rachel et Joey dans Friends, Luke et Lorelai dans Gilmore Girls, Mindy et Danny dans The Mindy Project, Joey et Pacey/Dawson dans Dawson, et même Izzie et George dans Grey’s Anatomy

Parfois, cela peut avoir du sens et c’est même une évidence, mais le problème, c’est qu’on nous a inculqué l’idée que l’amitié entre les hommes et les femmes ne pouvait exister. Comme s’il devait toujours y avoir une tension sexuelle, un désir pour l’autre. Karev et Meredith nous prouvent le contraire, et je trouve ça merveilleux de voir qu’ils n’ont jamais franchi cette ligne (sauf dans un épisode, "Et si").

Dans la saison 14, quand Jackson lui demande s’il ne considère pas Meredith comme une sœur, il lui répond : "C’est plus que ça, c’est ma famille." Elle le comprend, elle sait d’où il part ; il la comprend et il sait d’où elle part. Ensemble, ils se soutiennent et respectent les limites de l’autre. Ils se protègent, mais se disent aussi la vérité.

La fin de la saison 12 et le début de la saison 13 ont marqué un autre tournant dans l’évolution du personnage d’Alex Karev. Quand ce dernier frappe DeLuca, jusqu’à l’envoyer à l’hôpital, parce qu’il pensait qu’il avait essayé d’agresser Jo, on est face à l’ancien Karev. Avec cette storyline, on nous rappelle qui il était vraiment, on nous demande de ne pas l’oublier, mais on nous fait aussi prendre conscience de ce qu’il est devenu.

Et c’est cette dualité qui fait de ce personnage, un formidable exemple de comment un homme peut être représenté à la télé : ni un héros, ni un anti-héros. Juste un homme avec ses défauts et ses qualités, qui apprend de ses erreurs pour devenir une meilleure personne, sans se faire passer pour "un mec bien", ce qu’il n’est pas nécessairement et ce qu’il n’a jamais prétendu être, au contraire. Quand il remplace Bailey au poste de chef pour une intermittence et qu’elle lui dit qu’elle est "fière de lui", elle parle à notre place.

Je me souviens d’une rumeur qui courait en 2016 sur un potentiel spin-off autour de la jeunesse d’Alex Karev (comme dans la saison 14). Je ne sais pas où en est le projet et s’il se réalisera vraiment, mais si c’est le cas, je serai la première à regarder, parce qu’il n’y a rien de plus jouissif que de voir évoluer un personnage fictionnel de la sorte. Comprendre cette évolution à travers ses origines et son enfance serait un très bon moyen d’amplifier la profondeur de ce personnage, qui est tout sauf insignifiant.

En France, Grey's Anatomy est diffusée sur TF1. 

Par Jennifer Padjemi, publié le 06/12/2019