Ⓒ Netflix

Un calculateur The Witcher vous donne le temps nécessaire pour voir, lire et jouer à tout

L'outil ultime pour se préparer à engloutir l'univers créé par Andrzej Sapkowski.

Le succès de la première saison de The Witcher sur Netflix a entraîné une vague de hype autour de l’univers du Sorceleur. De nombreux sériephiles se sont pressés sur les livres originaux d’Andrzej Sapkowski et les jeux vidéo de CD Projekt, afin de développer leur expertise sur le Continent et ses mystères. Pour vous aider dans cette tâche, sachez qu’un fan encore plus dévoué a créé un calculateur, qui vous permet de connaître le temps nécessaire pour tout regarder, lire et jouer. En gros, c’est l’outil ultime pour devenir un no life, mais tout connaître de la mythologie de l’œuvre.

Comme on pouvait l’imaginer, les huit petites heures de la série ne sont rien comparées aux minutes exponentielles qui vous attendent sur les huit romans et les trois jeux vidéo (sans compter les DLC). Le calculateur permet de prendre en compte des critères précis et surtout adaptés selon vos besoins, que vous soyez du genre rapide ou que vous aimiez prendre votre temps.

Publicité

Ⓒ Omni Calculator

Par exemple, si vous engloutissez les bouquins à la vitesse d’une page par minute et que vous lisez en moyenne deux heures par jour, il vous faudra un peu moins d’un mois pour terminer la saga. Si à l’inverse vous êtes du genre perfectionniste, type un gamer qui apprécie la quête des trophées et la conclusion de toutes les missions secondaires, jouant en moyenne deux heures par jour, il vous faudra six mois sur une fourchette large pour achever la trilogie de CD Projekt.

Bref, le calculateur n’est peut-être pas précis à tous les coups, mais il vous offre une bonne idée pour connaître le temps nécessaire et devenir un expert du Sorceleur. En sachant qu’il vous faudra presque un an pour tout achever, et qu’un rewatch de la première saison ne fera pas de mal d’ici la fin de l’année, vous serez prêts pour attaquer la saison 2, prévue en 2021.

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 14/02/2020