© Empreinte Digitale

The Art of Television et Binge Mania, deux docus sur les séries à ne pas manquer

L'un est un voyage dans la tête de grands réalisateurs, l'autre une plongée dans le monde du binge watching.

Il y a assez peu de documentaires sur les séries en France et, hasard du calendrier ou choix délibéré des chaînes, ces deux-là, produits par Empreinte Digitale, sont diffusés le même jour (mais, ouf, pas à la même heure !). On a décidé de ne pas choisir entre The Art of Television, saison 2, et Binge Mania, qui nous montrent chacun à leur façon les coulisses des séries et notre rapport à celles-ci.

The Art of Television, écrit et réalisé par Charlotte Blum

Publicité

Dans la saison 1, diffusée en 2017 et déjà fort intéressante, la journaliste Charlotte Blum nous faisait passer derrière la caméra des plus grandes séries, pour mettre en lumière celles et ceux qui travaillent dans l’ombre des showrunners et scénaristes : les réalisateurs et réalisatrices, ces technicien·ne·s de l’image au service des histoires.

Ce jeudi 23 mai, sur OCS Max, The Art of Television revient pour une deuxième fournée de quatre épisodes, dont chacun se concentre sur un réalisateur qui s’est fait un nom sur le grand écran et a officié dans les séries. La série documentaire propose cette fois les portraits passionnants de Judd Apatow (de 40 ans toujours puceau à Girls), Vincenzo Natali (de Cube à American Gods), Barry Levinson (de Rain Man à Homicide) et Michel Gondry (d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind à Kidding).

Ces entretiens intimistes nous donnent accès à des hommes passionnés, obsédés et créatifs, dont on ignore souvent l’importance des contributions à l’art des séries. Des témoignages de proches collaborateur·rice·s racontent ce que ces réalisateurs sont parfois trop pudiques à admettre, et apportent ainsi un regard plus approfondi sur ces figures du cinéma et des séries.

Publicité

Si l’on peut regretter l’absence de femmes dans cette deuxième saison, ce n’est pas faute d’avoir essayé de les contacter, sans succès, comme nous l’a confié l’autrice du docu-série. C’est aussi un marqueur évident du manque de femmes connues et reconnues à avoir fait la passerelle entre la télé et le cinéma.

Cette relation, aussi épanouissante que dévorante, aux deux médiums que l’on oppose bien souvent est au cœur de la saison 2 de The Art of Television. Loin du mépris d’une grande partie du milieu du cinéma pour les séries, ces réalisateurs, et leur passion contagieuse, prouvent surtout que passer d’un format à l’autre c’est avant tout s’inventer d’incroyables terrains de jeux.

Binge Mania, écrit et réalisé par Olivier Joyard

Publicité

Le journaliste Olivier Joyard aime mettre le nez dans nos petites habitudes de sériephiles, et la relation parfois fusionnelle qu’on entretient avec nos fictions préférées. Accros avec Series Addict, en deuil avec Fins de Séries, et maintenant glouton·ne·s dans Binge Mania. Une analyse passionnante d’un mode de consommation des séries qui a changé la façon dont on les fait… à moins que ce soit l’inverse ?

Entre deux interventions de showrunners (comme Shawn Ryan, qui a créé The Shield), de journalistes (la grande Maureen Ryan), de patrons de chaîne (à l’instar de John Landgraf, boss émérite de FX), on en apprend un peu plus sur cette fabrique à rêves qu’est la télévision – un terme qui sera peut-être bientôt rendu obsolète par le règne sans partage des plateformes de streaming.

Loin de pointer du doigt un responsable de ce marasme qui conduit, avec la Peak TV, à un déclin de la puissance des chaînes historiques et une explosion du nombre de séries, Binge Mania interroge ce changement et imagine ce que sera la sériephilie de demain. On réalise alors que notre rapport, forcément très intime, à nos séries préférées est bien moins binaire que l’opposition entre gavage et dégustation.

Publicité

On pourrait vous torturer en posant ce dilemme cornélien : regarder les deux premiers épisodes de la saison 2 de The Art of Television ou se mater le documentaire Binge Mania, qui débarque lui aussi ce soir. Mais vous n’aurez même pas à choisir puisque le premier est diffusé à 20 h 40 sur OCS Max — avec les épisodes sur Judd Apatow et Vincenzo Natali —, et le second prendra le relais, sur Canal+ à 22 h 35. Mieux encore, si vous les loupez, ils seront disponibles à la demande, respectivement sur OCS Go et CanalPlay.

Par Delphine Rivet, publié le 23/05/2019

Copié

Pour vous :