Ⓒ HBO

Game of Thrones : The Last Watch, un cadeau d’adieu poignant pour les fans de la série

On vous donne 5 raisons de ne pas rater le documentaire de Jeanie Finlay sur les coulisses de la saison 8.

#1. L’émotion

Ⓒ HBO

Le maître-mot de ce documentaire est l’émotion. Dans la caméra de Jeanie Finlay, elle passe à travers plusieurs prismes. Il y a d’abord celle du casting lors de l’ultime session de lecture du scénario final. Cette grande famille qui se connaît depuis presque dix ans se réunit autour d’une table gigantesque pour découvrir ensemble les derniers actes de leurs personnages. Là, chacun réagit à sa manière face aux twists et autres révélations surprises de cette huitième et dernière saison.

Publicité

On retiendra notamment l’intériorisation de Iain Glen, qui évite soigneusement le regard complice d’Emilia Clarke quand il apprend la mort de Jorah Mormont. Évidemment, impossible de passer à côté des grimaces choquées de Kit Harington, bouleversé en apprenant la mort de Daenerys par la main de Jon Snow. Mais la séquence qui nous tord personnellement le plus le cœur, c’est la réaction de Conleth Hill en découvrant l’exécution de Varys. L’acteur jette son script sur la table avant d’enlacer Gwendoline Christie et de prendre la main de Lena Headey, profondément touché par la disparition du Maître des chuchoteurs.

Ⓒ HBO

L’émotion, elle survient aussi à travers le parcours des techniciens de Game of Thrones, qui mettent leur vie personnelle en off le temps d’une demi-année de tournage. Entre les cris de joie et les coups de gueule, le staff se met à nu devant la caméra : Sarah Gower, la coresponsable de la coordination des prothèses, fond en larmes d’épuisement au cours d’un Facetime avec sa petite fille, tandis qu’on ne se lasse pas des mimiques énervées du réalisateur David Nutter, terriblement agacé par le café imbuvable des Titanic Studios de Belfast.

Publicité

Enfin, l’émotion se traduit forcément par ce que nous, spectateurs et fans de la série, ressentons devant un tel accomplissement. On est tour à tour chamboulés, impressionnés ou tout simplement admiratifs du travail fourni par ces milliers de techniciens et The Last Watch ne fait que renforcer ou réévaluer, selon votre taux de satisfaction, notre amour face à la saison 8 du show.

#2. Un visage pour les artisans de l’ombre

Ⓒ HBO

On connaît par cœur les têtes de Game of Thrones misent quotidiennement en avant. Le cast, les showrunners, les scénaristes, les réalisateurs et les producteurs apparaissent régulièrement dans les médias pour évoquer les coulisses de la série. En revanche, quid des décorateurs, des régisseurs, des agents de sécurité, des coiffeurs, des jardiniers, des coordinateurs de cascades ou de prothèses, du responsable de la neige artificielle ou encore de la gérante du café camion, chargée de nourrir des centaines de techniciens ?

Publicité

La force de The Last Watch est de mettre un visage voire un nom sur ces artisans de l’ombre. En un peu moins de deux heures, Jeanie Finlay prend le temps de faire des gros plans sur ces inconnus pour humaniser une production qui dépasse largement l’échelle humaine. On découvre alors non seulement des métiers méconnus de l’industrie sérielle, mais surtout un pan majoritaire du staff sans qui la série n’aurait jamais pu voir le jour.

Au final, Kit Harington, Peter Dinklage, D. B. Weiss, Bryan Cogman et le reste de la clique sont bien moins présents dans le documentaire que le figurant Andy McClay, le cascadeur Vladimir Furdik, dissimulé sous le latex du roi de la Nuit, la traiteuse Leigh McCrum ou encore Candice Banks, la coiffeuse chargée de la perruque d’Emilia Clarke. La véritable Garde de Nuit de Westeros, elle se trouve parmi ces artistes qui ont tout donné pour créer "la plus grande série de tous les temps".

#3. Les secrets de tournage

Ⓒ HBO

Publicité

Qui dit making of, dit forcément secrets de tournage. Comme toute œuvre populaire monstre, la saison 8 de Game of Thrones en regorge. Si Jeanie Finlay opte davantage pour mettre en avant l’aspect humain dans son documentaire, elle a assisté pendant plus d’un an à la fabrication de ce dernier chapitre, se baladant dans différents pays avec les équipes de tournage. Le plus impressionnant ? Certainement la construction de l’enceinte et des rues de Port-Réal pour l’épisode "The Bells", qui a pris sept mois et a failli s’écrouler à cause d’une tempête de neige (et pour finalement l’exploser en quelques secondes), la pire du pays depuis trois décennies.

On assiste également à des répétitions de tournage, où les figurants courent, hurlent, se jettent sans hésiter dans la fausse neige devant l’un des plus grands écrans verts de l’histoire du septième art. On suit également Miguel Sapochnik, le réalisateur, entre autres, de l’épisode "The Long Night", passer 55 nuits blanches pour rendre crédible la bataille démesurée de Winterfell. C’est tout simplement bluffant puisque à mesure que la fatigue jaillit et que les nerfs lâchent, toutes les équipes redoublent d’efforts pour répondre aux attentes toujours plus élevées des showrunners et des fans.

Notre anecdote préférée ? Sans aucun doute la mise en boîte de fausses scènes de fin, avec les retours de Faye Marsay (The Waif) et Thomas Wlaschiha (Jaqen H’ghar) pour le tournage de l’épisode "The Iron Throne". La production a même fait dépêcher Kit Harington et Vladimir Furdik à Séville, pour la scène de l’élection du nouveau roi des Six Couronnes, simplement au cas où des paparazzis parviendraient à s’incruster sur le tournage. Avec une telle minutie, on se demande encore comment des bouteilles d’eau et un mug de café ont pu être oubliés dans deux scènes de la saison !

#4. Andy McClay, le MVP du documentaire

Ⓒ HBO

Avec son sourire généreux et les étoiles qui s’animent dans ses yeux quand il revêt sa tenue de guerrier nordien, Andy McClay émeut beaucoup. Ce figurant présent depuis les premières saisons est le fan ultime de la série, qui concentre tous nos rêves et nos envies vis-à-vis de cette œuvre communautaire. The Last Watch laisse la part belle aux sentiments d’Andy McClay, figurant chevronné qui idolâtre Jon Snow et son interprète et souhaite lui offrir sa veste de Stark avant de quitter définitivement le plateau de tournage.

L’un des passages les plus poignants, le discours final de Kit Harington après son dernier jour de tournage, lui est en partie dédié. Les deux hommes fondent en larmes pour ce speech qui résonnent comme des adieux déchirants entre cette grande famille. "J’ai la gorge serrée, confie face caméra un Andy McClay en larmes. C’est le discours de Kit… Même si je ne suis qu’un figurant et lui une des stars principales, ça a vraiment changé ma vie. Je ne pensais pas être si touché. Ces cinq dernières années ont été les plus belles de mon existence".

Une fois son tour de garde terminé, Andy McClay a en réalité obtenu le job de ses rêves. Vous pourriez même le croiser lors d’une balade en Irlande du Nord. Le petit protégé des équipes de casting anime désormais les visites en bus des lieux de tournage de Belfast, ne manquant pas d’humour et d’anecdotes croustillantes pour faire vivre éternellement Game of Thrones dans le cœur de ses fans.

#5. Une série qui a changé des vies

Ⓒ HBO

C’est une phrase qui revient régulièrement dans la bouche des membres de la production : "cette série a changé ma vie". Il faut dire que Game of Thrones a dépassé le cadre de l’écran TV pour s’emparer et se disperser dans la pop culture. Elle a bouleversé les codes de l’industrie, poussant les diffuseurs à prendre toujours plus de risques pour offrir des blockbusters toujours plus spectaculaires aux sériephiles et se détacher de l’image de sous-cinéma qui lui collait (injustement) à la peau.

Mais dans un cadre plus intimiste, le show de HBO a également eu un impact positif sur la vie de ses artisans. C’est le cas d’Andy McClay, qui s’est proposé comme figurant après qu’un incendie a ravagé sa maison. On pense également à Del Reid, l’homme chargé de créer la fausse neige de Westeros (avec du papier et de l’eau, tout simplement), qui était fauché avant de se voir offrir un job en or.

Mais le témoignage le plus probant reste celui du réalisateur David Nutter, qui ne tarit pas d’éloge à propos de la série "qui [lui a] sauvé la vie". On ne le dira jamais assez, mais The Last Watch et la création de Game of Thrones incarnent avant tout la fondation d’une communauté soudée et déterminée, qui s’est surpassée pour le plaisir de millions de spectateurs à travers le monde. Voilà qui ferait sourire Bran et Tyrion, sachant que les meilleures histoires des Sept Couronnes se jouaient en réalité derrière le quatrième mur.

En France, le documentaire Game of Thrones : The Last Watch est disponible sur OCS Go.

Par Adrien Delage, publié le 28/05/2019

Copié

Pour vous :