© Netflix

featuredImage

Les catcheuses de GLOW donnent tout dans une saison 3 solide et engagée

Grâce à un déménagement à Vegas réussi, la série so 80's de Netflix prouve que sa force est dans ses personnages.

C’est indéniable : Netflix possède une offre tellement pléthorique en matière de séries, originales ou non, que n’en rater aucune relève de l’impossible. Forcément, face à tant de concurrence, certaines productions de la plateforme passent sous le radar de beaucoup. L’exemple ultime ? GLOW, qui, après trois saisons, demeure tristement boudée par le public et une bonne partie de la sphère médiatique. Un constat déplorable, d’autant plus que la série de Liz Flahive et Carly Mensch vient de nous gâter avec sa fournée d’épisodes la plus ambitieuse en date.

Lever de rideau. Après deux années de galère à trimer pour mettre en place une émission télé rapidement annulée, les catcheuses de GLOW s’envolent vers le désert du Nevada pour relever un nouveau défi de taille : mettre en place un show à gros budget pour les visiteurs friqués de Las Vegas. Loin de chez elles, Ruth, Debbie et leurs camarades de ring vont devoir réajuster leur quotidien. Si certaines seront comme des poissons dans l’eau, d’autres risquent de voir leur vie changer de manière assez radicale. Le mot d’ordre ? The show must go on.

De manière générale, quand une série prend le risque de changer totalement de décor, c’est quitte ou double. Soit on dénote une baisse de qualité frappante, soit l’œuvre en question en resort grandie. Pour sa part, GLOW réussit à s’emparer de cette opportunité pour relancer la machine et offrir à ses personnages des intrigues fortes, avec une pertinence sociale bien plus prégnante que durant les deux premières saisons.

© Netflix

Concrètement, ce troisième round est l’ère du renouveau. La preuve avec Sheila, qu’on a jusqu’ici connue affublée de son costume de louve et de sa perruque aussi volumineuse qu’ébouriffée. Habituellement en retrait, la jeune femme s’émancipe ici au contact de Bobby, un performeur qui s’épanouit en tant que drag-queen et comprend très vite que Sheila n’est pas comme les autres. Tous deux marginaux, ils finissent par tisser un lien d’une rare subtilité, fondé sur leur différence. Cette rencontre permet à la catcheuse de s’ouvrir davantage aux autres et d’accepter mieux qui elle est réellement. Elle finit même par se séparer des nombreux artifices dont elle se parait. Un type de cheminement intérieur touchant que GLOW a appris à maîtriser au fil des saisons.

En parallèle, Arthie (qu’on connaît sous le pseudonyme de Beirut sur le ring) poursuit une trajectoire plus ou moins similaire. Alors qu’elle connaît un début d’idylle avec Junkchain (Yolanda, pour les intimes), elle est confrontée à une remise en question de sa sexualité. Après une période de flou où elle peine à mettre un terme sur son orientation, Arthie connaît non pas une, mais deux épiphanies. Dans un premier temps, elle se définit en tant que femme lesbienne. Puis, elle comprend que se catégoriser ainsi revient à être dans le viseur d’une société qui n’accepte pas les membres de la communauté LGBTQ+. C’est une évolution somme toute douce-amère, qui donne quand même lieu à des scènes émouvantes dans l’ultime épisode de la saison.

Dans le même genre, Bash est, lui aussi, contraint de se confronter à sa sexualité. Et si Arthie réussit à s’accepter plutôt hâtivement, Bash éprouve une plus grande difficulté à se reconnaître comme gay. Teasée depuis le début de la série, son évolution est bien plus laborieuse, tout bonnement car il refuse d’explorer pleinement et librement son homosexualité.

© Netflix

Face à ses émotions contradictoires, le producteur se montre démuni, seul. Les séries ont tendance à montrer le coming out comme un processus facilement accessible, plié en une seule saison. Ici, GLOW se distingue en montrant que s’assumer est quelque chose qui peut nécessiter du temps (et des contretemps). Le parcours de Bash, bien que pouvant être considéré comme lent à l’heure où les séries n’ont vraisemblablement pas de temps à perdre, se présente comme nécessaire.

Les héroïnes Ruth et Debbie ne sont pas en reste. Après avoir enfin réussi à mettre leurs différends de côté, elles autorisent leur amitié – le gros point fort de GLOW – à refleurir. L’arc de Debbie est intéressant car on la retrouve tiraillée entre ses aspirations de working woman et ses impératifs de mère. En revanche, Ruth a droit à une histoire en demi-teinte dans cette saison. Car s’il y a un aspect sur lequel la série s’est royalement plantée, c’est dans sa volonté de vouloir faire de Ruth et Sam un couple. La sauce ne prend pas et c’est bien dommage de passer à côté d’une relation platonique et pourtant fusionnelle entre un homme et une femme hétéros. 

Sans nul doute l’une des productions les plus sous-estimées de tout le catalogue Netflix, GLOW signe une troisième saison globalement exemplaire. Tout en lumières et en paillettes, elle témoigne d’une facilité rare à se renouveler et se montre encore plus profonde par ses thématiques engagées. La puissance de la série réside dans ses personnages, et les showrunneuses l’ont bien compris : elles les laissent respirer et s’épanouir pleinement dans des intrigues qui sont tout sauf précipitées. Au vu de cette fin ouverte, un quatrième passage sur le ring s’impose. Netflix, si tu nous entends…

Les trois saisons de GLOW sont disponibles en intégralité sur Netflix à l’international.

Par Florian Ques, publié le 12/08/2019

Copié