©Hulu

Il faut qu'on parle du final déchirant de la saison 4 de Veronica Mars

Etait-il nécessaire ?

Attention, il est fortement conseillé d’avoir visionné l’intégralité de la saison 4 de Veronica Mars avant de lire cet article contenant des spoilers. 

Rob Thomas, Kristen Bell et l’équipe de Veronica Mars doivent beaucoup à leurs fans. Peut-être un peu trop, comme en témoignent les réactions catastrophées après le twist final du revival de la série. Alors que notre héroïne venait de se laisser passer la bague au doigt, un dernier coup du grand méchant de la saison, le poseur de bombes, tuait son grand amour, Logan. Cinq minutes et une ellipse plus tard, Veronica a quitté son père et Neptune, et pris la route au volant de sa décapotable, prête à vivre de nouvelles aventures qui seront – si elles ont bien lieu – très différentes de celles vécues jusqu’ici.

Publicité

Une trahison pour de nombreux fans, qui ont lancé une pétition en ligne, et décrété, en gros, que "sans Logan Echolls, il n’y a pas de Veronica Mars". Et aussi que sans eux la série n’aurait jamais pu renaître de ses cendres. Ce qui n’est pas faux, même si cela ne leur donne pas le droit de devenir démiurges à la place du démiurge.

Publicité

"Si Rob Thomas pense vraiment que tout le monde a regardé #veronicamars juste pour Kristen Bell et son scénario à mystères, il se trompe, malheureusement. Sans vouloir offenser Kristen, sans Logan, L’AMOUR, Weevil et Wallace, j’aurais éteint mon écran dès la saison 1. Tu m’as fait perdre mon temps et je ne l’oublierai jamais." 

Publicité

"Je refuse de croire que c’est comme ça que se termine l’histoire de Logan Echolls, pas après tout ce qui s’est passé. Bravo, Rob Thomas : vous avez écrit une merde terriblement décevante pour une base de fans qui a littéralement financé un revival. Merci pour ça." 

Publicité

Si l’on suit le raisonnement d’une partie des Marshmallows vénères par la mort de Logan, le fait qu’ils aient financé le film Veronica Mars en 2014 et soutenu la série depuis les premières saisons leur donne le droit de décider du scénario de leur série préférée. Ironiquement, c’est peut-être eux qui ont tué Logan Echolls, du moins indirectement.

Quand Rob Thomas réalise le long-métrage, il a tout à fait conscience de devoir faire un paquet de fan service, étant donné que le projet a été financé sur Kickstarter par les fans du show. Le créateur ne pense absolument pas que cela débouchera, cinq ans plus tard, sur un revival sériel. C’est un téléfilm de retrouvailles, qui a d’ailleurs été jugé comme tel : sympathique mais sans plus. 

Mais histoire de changer un peu la dynamique entre Logan (Jason Dohring) et Veronica (Kristen Bell), qui reposait en gros sur un bon vieux "je t’aime, moi non plus", le couple ne restant jamais ensemble plus de 5 épisodes d’affilée, Rob Thomas a transformé l’ex-bad boy en officier de la navy, enfin mature et toujours aussi musclé – aussi parce qu’à ce moment-là, l’idée était d’offrir un happy end aux fans du show. Sauf que l’histoire ne va pas s’arrêter là.

Nouveau twist dans la vie mouvementée de la série : depuis que les plateformes se sont imposées, on est rentrés dans la fameuse ère de la "peak tv". Il leur faut toujours plus de contenus et les revivals ont le vent en poupe. Surtout pour les séries de la fin des 90’s/début 2000’s (Charmed, Roswell, Buffy…). Bingo : Hulu signe Rob Thomas pour une saison 4, et peut-être plus, qui sait…

Le showrunner a donc écrit huit épisodes centrés sur une Veronica plus sombre, plus messy même que son mec, Logan, qui lui a décidé de guérir de ses traumatismes, dans la droite ligne du téléfilm de 2014. L’ex-enfant terrible est devenu… un mec bien. Si sa relation avec Veronica est intéressante, c’est uniquement parce qu’elle refuse de se marier avec lui ou de suivre le chemin de la thérapie conjugale. Elle est devenue la bad girl du couple. Alors, certes, il y avait peut-être d’autres façons de faire exploser le couple que de littéralement faire exploser Logan !

À peine le temps de se marier, que boom… (© Hulu)

Sans être parfait, ce revival est réussi. Il allie une bonne dose de nostalgie et de fan service à une intrigue assez haletante, le tout avec de nouveaux personnages attachants. Mais c’est aussi une saison de transition dans la tête de Rob Thomas, qui a expliqué à TVLine pourquoi il a décidé de tuer ce personnage adoré des fans et présent depuis le tout premier épisode de la série. 

"Kristen et moi voulons vraiment continuer à faire plus de ces [saisons limitées et autonomes, ndlr], comme les modèles que sont Sherlock et Fargo. Quelque chose que nous pouvons faire dès que nous sommes tous les deux disponibles. On pense qu’on ne peut survivre qu’en tant que série noire, de détective. Et si nous continuions à faire une série à moitié ado, à moitié à mystères, j’ai peur que cela commence à ressembler à de la nostalgie. […]

Il y a une raison pour laquelle vous ne voyez pas beaucoup de séries de détectives durs à cuire où le personnage principal a un petit ami ou une petite amie : cela limite vos options. C’était comme si on se coupait un membre pour sauver une vie… J’aime Jason Dohring. Et j’adore le personnage de Logan. Mais j’ai l’impression que nous aurons de meilleures chances de faire de plus en plus Veronica Mars si notre héroïne n’a pas de petit ami ou de mari à la maison."

Même la façon old school dont est sacrifié Logan a quelque chose de symbolique. Sa mort soapesque fait écho à d’autres dans Grey’s Anatomy (Denny Duquette et Izzie) ou Dexter (Rita). Les années 2000, c’est fini. Rob Thomas, on le comprend, a envie d’explorer de nouvelles pistes avec son héroïne adulte. Si la série doit continuer, il lui fallait effectivement se réinventer et ne pas proposer en boucle le même univers, les mêmes romances, les mêmes enjeux, déjà explorés durant les quatre premières saisons. Alors, c’est aussi rageant car ce twist vintage renforce le trope de la femme forte qui ne peut pas être heureuse, mais ce choix est compréhensible. Seul l’avenir nous dira s’il s’avérera payant.

Et puis la véritable colonne vertébrale de la série, c’est le lien filial qui unit Keith et sa fille. Ce n’est pas pour rien que le showrunner nous a fait peur cette saison. On a cru plus d’une fois que la dernière heure du super daddy était arrivée. La vérité, c’est que Veronica Mars peut survivre sans Logan Echolls, comme Buffy a survécu sans Angel. Mais les fans ont-ils envie de la suivre ? C’est la vraie question. Sont-ils prêts à laisser leur adolescence et celle de leur héroïne derrière eux, ou l’idée était-elle, depuis le début, de conserver Veronica Mars dans du formol ?

Par Marion Olité, publié le 23/07/2019

Copié

Pour vous :