Ⓒ Netflix

Mindhunter : les interviews des tueurs en série reprennent dans une saison 2 virtuose

La série produite et coréalisée par David Fincher impressionne dans un nouveau chapitre aussi terrifiant que fascinant.

Une attaque de panique foudroyante. C’est sur ce cliffhanger haletant que se terminait la première saison de Mindhunter il y a deux ans, alors que la énième rencontre entre Holden Ford et Ed Kemper tournait au cauchemar. L’agent du FBI, en train d’inventer le métier de profiler aux côtés de Bill Tench et la docteure Wendy Carr, semblait alors consumé par les démons qu’il traque, étudie et décrypte tant bien que mal. C’est évidemment sur cette note inquiétante que reprend la saison 2, toujours coréalisée par le grand David Fincher, cette fois chargé des trois premiers épisodes.

Ce nouveau chapitre de Mindhunter se déroule à l’aube des années 1980, alors que le BTK Killer, teasé tout au long de la première saison, intéresse enfin le FBI. Holden et Bill reprennent les interviews de tueurs en série, dont plusieurs célèbres (le Fils de Sam, William Henry Hance, Wayne Henley et même le gourou Charles Manson), grâce à l’arrivée salvatrice d’un étrange mais puissant nouveau chef du Bureau, Ted Gunn. Mais les deux agents sont rapidement dépêchés à Atlanta, où sévit potentiellement un tueur qui semble cibler les enfants noirs issus d’un milieu social défavorisé.

Publicité

En plus d’enchaîner les entretiens avec des personnalités terrifiantes et perturbées, les membres du BSU doivent faire face à leurs propres problèmes. Holden est fragilisé depuis sa crise d’angoisse, le fils de Bill se retrouve au cœur d’une affaire sordide, Wendy a du mal à s’assumer au sein d’une équipe entièrement masculine et Gregg devient la risée du département après avoir trahi les siens. Nos experts en sciences comportementales devront pourtant se surpasser pour stopper deux affaires qui ont bouleversé les États-Unis.

Une saison 2 monstrueuse

Ⓒ Netflix

Si Mindhunter n’a pas changé en apparence, le créateur de la série, Joe Penhall, s’est entouré d’une nouvelle équipe de scénaristes, dont notamment Doug Jung (Banshee), Joshua Donen (Gone Girl) et Courtenay Miles (Sept vies). Des changements mineurs, qui ne perturbent en rien le déroulement presque horloger du show, qui jongle entre les interviews des tueurs en série, la vie familiale des agents du FBI et les flashs sur le BTK Killer, toujours terré dans son Kansas natal.

Publicité

En termes de narration, la véritable différence provient du cas d’Atlanta, qui s’est réellement déroulé entre 1979 et 1981 et fut surnommé médiatiquement "The Atlanta Child Murders". À travers cette intrigue, Mindhunter dépeint un contexte social pernicieux et inégalitaire, où la suprématie blanche effraie presque plus que les serial killers. La série nous montre la volonté du gouvernement de dissimuler les meurtres d’enfants, afin de préserver des investissements et un début de gentrification.

Cependant, le véritable coup de poing de cette saison 2 est l’idée de ne plus donner exclusivement la parole aux meurtriers mais aussi aux victimes. C’est dans ce genre de passages que le génie de mise en scène de David Fincher inonde l’écran. On pense à l’épisode 2, où l’interrogatoire du survivant du BTK Killer est transcendé par la caméra du réalisateur. Malgré un décor assez pauvre (un parking vide), Fincher transforme cette séquence de dialogue en un témoignage glaçant et insoutenable, s’appuyant sur le talent de ses acteurs, des plans serrés et fixes, ainsi qu’un méticuleux crescendo de la bande-son. Un gimmick qu’on retrouve d’ailleurs régulièrement dans Mindhunter, où des personnages discutent dans des pièces bruyantes, créant un sentiment de nervosité constante.

La ressemblance est troublante entre l’acteur Oliver Cooper et son personnage, le meurtrier récidiviste David Berkowitz. (Ⓒ Netflix)

Publicité

Pour faire simple, ce qui faisait la force de la saison 1 du show est décuplé dans ce nouveau chapitre, la distribution en tête. Si Jonathan Groff, Holt McCallany et Anna Torv sont toujours aussi excellents, le reste du casting brille également, notamment grâce au maquillage et aux costumes. C’est le cas pour les nouveaux tueurs en séries interviewés, la frontière entre fiction et réalité étant souvent franchie tant le physique des acteurs colle avec celui des psychopathes. Une prouesse déjà visible dans la saison 1, mais qui est encore plus impressionnante avec les figures médiatiques comme Charles Manson.

Même si on répète que le schéma de Mindhunter peut parfois paraître redondant, la saison 2 nous réserve quelques twists et surprises bienvenus. On se demande par exemple si Penhall et Fincher n’ont pas prévu le show comme un triptyque, dont chaque saison serait consacrée à une histoire personnelle des trois personnages principaux. La saison 1 était dédiée à la relation toxique entre Holden et sa petite amie, tandis que la saison 2 est clairement tournée vers la famille de Bill et les problèmes qui surviennent autour de son fils. Wendy aura-t-elle droit à sa propre introspection dans une potentielle saison 3, où sa vie personnelle mutera en parallèle de ses études comportementales dérangeantes ?

Mindhunter continue de fasciner, au point d’en devenir addictive : on peut ne pas voir les épisodes s’enchaîner (dont la durée de certains dépasse généreusement une heure). Avec une mise en scène intelligente (voire parfois virtuose), des fulgurances d’acting et des dialogues ping-pong et chirurgicaux, cette série est le plus hypnotisant des tests de Rorschach. Nous voilà pris au cœur de l’engrenage des profilers et de ce qui est actuellement l’une des meilleurs œuvres originales de Netflix.

Publicité

Les deux premières saisons de Mindhunter sont disponibles en intégralité sur Netflix.

Par Adrien Delage, publié le 19/08/2019

Copié

Pour vous :