© AMC

Dans NOS4A2, Zachary Quinto est une créature hybride entre vampire et croquemitaine

Une série étrange qui convoque la magie, le mythe du vampire et les contes de Noël.

Si on ne compte plus les adaptations télé des œuvres de Stephen King, son fils Joe Hill, auteur de roman, de comics et de nouvelles, n’avait pas eu les grâces du petit écran jusqu’ici. C’est désormais chose faite avec NOS4A2 (prononcez "Nosferatu", comme le célèbre vampire de Murnau), son troisième roman, publié en 2013. Son adaptation en série pour la chaîne AMC, confiée à la showrunneuse Jami O’Brien, est disponible depuis le 7 juin sur Amazon Prime Video. Lors du dernier festival Canneséries qui s’est tenu début avril, nous avons pu rencontrer l’un de ses interprètes principaux, Zachary Quinto, qui joue l’énigmatique et terrifiant Charlie Manx.

NOS4A2 nous emmène dans un petit bled de l’Iowa ironiquement baptisé Here (soit "ici", en français). Une Rolls-Royce "Wraith" vintage et dont le siège arrière est plein de cadeaux joliment emballés est postée devant une maison. Danny, un garçon qui vit là avec sa mère, va être attiré sur le palier par un sucre d’orge posé sur le paillasson. Lorsqu’il aperçoit les présents, il a à peine le temps de s’approcher de la voiture qu’une seringue s’enfonce dans son cou.

Publicité

L’enfant est aussitôt K.-O.. Sa mère n’a pas le temps de voler à son secours qu’un homme surgit derrière elle et lui brise le cou. Retour dans la voiture où un vieillard bien creepy du nom de Charlie Manx assure à sa jeune victime sur la banquette arrière que le pire est derrière lui. Là où il l’emmène, à Christmasland, c’est tous les jours Noël, et il y est interdit d’être malheureux.

© AMC

En parallèle, on fait la connaissance de Vic McQueen, incarnée par Ashleigh Cummings. L’adolescente a envie de tout quitter pour faire des études d’art, loin des disputes de ses parents. Lors d’une sortie à moto, elle va se découvrir un pouvoir inattendu : en empruntant un pont couvert qui n’apparaît que pour elle et la conduit n’importe où, elle est capable de retrouver des choses ou des personnes perdues. Une étrange connexion va alors se tisser entre elle et Charlie Manx.

Publicité

La performance de Zachary Quinto (même si la jeune Ashleigh Cummings ne démérite pas) est aussi intense que creepy. Pour incarner Charlie Manx, qui rajeunit en se "nourrissant" de l’énergie vitale des enfants kidnappés, l’acteur d’American Horror Story a passé des heures dans la loge maquillage avec Joel Harlow. Le make-up artist et lui avaient déjà collaboré sur les films Star Trek.

"Il y a cinq stades différents de vieillissement pour Manx, et il a fait un travail remarquable. Entre lui et Cheryl Daniels qui a créé toutes les perruques, quelle chance d’avoir cette équipe."

Sa transformation est effectivement impressionnante, et la première fois qu’il apparaît à l’écran, il est méconnaissable. Sa relecture du monstre, lui qui a déjà incarné des créatures aussi torturées que tortionnaires (Sylar dans Heroes, ou Dr Thredson dans American Horror Story Asylum), est l’un des points forts de la série de Jami O’Brien.

Publicité

"Je ne suis pas spécialement attiré vers les méchants. J’étais d’ailleurs un peu réticent à accepter ce rôle parce que je l’avais déjà interprété avant, de différentes manières, mais une part de moi a reconnu qu’il y avait une certaine variété dans celui-ci. Mais surtout, l’opportunité de disparaître dans un personnage, c’est quelque chose que je recherchais. Et je n’avais pas fait de télé depuis cinq ans, donc je me suis dit 'eh bien, si je dois revenir à la télé, autant le faire dans quelque chose que les gens aiment me voir faire'."

© AMC

Si les trajectoires de ces deux personnages sont évidemment vouées à entrer en collision dans cette saison 1 de NOS4A2, la série connaît une crise d’identité dès le début : d’un côté, on a un drama familial dont Vic, ado rebelle qui aimerait bien fuir sa vie maussade, est l’héroïne. De l’autre, un drôle de conte de Noël, à peine horrifique mais résolument étrange, avec Charlie Manx en croque-mitaine, et qui se penche sur l’enfance et les maltraitances. Et, parce qu’on a l’impression d’avoir déjà vu plein de séries sur des familles dysfonctionnelles dans des bourgades paumées, c’est le deuxième aspect, surnaturel et bizarre, qui emporte notre intérêt.

Publicité

Car malgré tous ses efforts, Vic reste une étrangère, peu loquace, maintenue à distance de nous. Et ce n’est pas faute de passer du temps avec elle, l’histoire ne nous épargnant aucun de ses déboires familiaux, ni faux pas en société. Mais l’alchimie peine à prendre dans les premiers épisodes. Après, il est déjà trop tard : Manx a su aspirer toute notre attention, dès les premières minutes. Vic fait cependant une adversaire de taille, épaulée dans sa quête par Maggie, une drôle de médium qui utilise des lettres de Scrabble pour trouver les réponses à ses questions.

© AMC

Charles Manx est à la croisée des contes et légendes, entre vampire, croque-mitaine et Mr Scrooge. Et, si l’on ne perd jamais de vue qu’il est effectivement un monstre, la série et Zachary Quinto ne négligent pas de regarder le monde à travers ses yeux, son point de vue, sa morale.

"Chaque méchant est différent et né d’un traumatisme. Donc de mon point de vue d’acteur, je me dois d’avoir de la compassion pour ce trauma et de comprendre son évolution. Manx est très différent par son traumatisme, il a subi les pires maltraitances quand il était enfant. Mais comme il n’a jamais eu l’opportunité d’analyser tout ça, de le digérer, ça a dégénéré en une sorte de quête pour sauver des enfants qui, d’après lui, sont maltraités par leurs parents. Et il le fait d’une façon si monstrueuse. […] Je crois qu’il pense sincèrement faire le bien, c’est ce qui fait de lui un méchant atypique. Il a une vision du monde totalement déformée."

Si NOS4A2 est renouvelée pour une saison 2, Zachary Quinto nous assure qu’il restera "dans les parages" pour retourner au volant de la Wraith.

La première saison de NOS4A2 est disponible sur Amazon Prime Vidéo.

Par Delphine Rivet, publié le 12/06/2019

Copié

Pour vous :