© CBS All Access

Tell Me a Story, le thriller psychologique qui réinvente les contes de fées

Avec sa dernière série en date, Kevin Williamson rebat les cartes des fables de notre enfance pour en faire de purs récits d’horreur contemporains.

© CBS All Access

Que ce soit à travers les albums illustrés que nos parents nous lisaient à l’heure du coucher ou bien grâce aux films d’animation Disney, les contes de fées ont occupé une place prépondérante dans notre enfance pour beaucoup d’entre nous. Et si l’on associe ces récits, souvent édulcorés, à un public jeune, le succès rencontré par des comics comme Fables ou des jeux vidéo comme The Wolf Among Us prouvent qu’une cible plus âgée s’y intéresse également. C’est sans doute ainsi que Kevin Williamson en est venu à pondre Tell Me a Story, série fraîchement débarquée aux États-Unis qui transforme ces histoires qu’on connaît bien en thriller anxiogène à souhait.

Publicité

Dans l’univers de Tell Me a Story, diffusée sur la plateforme de streaming CBS All Access chez nos voisins d’outre-Atlantique, les contes de fées sont transposés dans un contexte contemporain. En clair, le petit chaperon rouge devient une lycéenne en pleine rébellion tombant sous le charme de son nouveau professeur, rencontré en boîte de nuit, alors que les trois petits cochons sont ici des braqueurs de bijouterie. On zappe le côté mignonnet trop souvent associé – à tort – aux contes qu’on chérit tant pour découvrir une réinvention totale, à mi-chemin entre le drame policier et le thriller psychologique.

© CBS All Access

Avant toute chose, il est primordial de rappeler que Kevin Williamson, le grand monsieur derrière Scream ou encore Dawson, qui occupe ici le poste de showrunner, n’a pas eu lui-même l’idée de Tell Me a Story. En effet, la série est une adaptation libre de Érase una vez, une fiction mexicaine conçue de façon anthologique où chaque épisode réadapte un conte à la sauce 2018. Là où Kevin Williamson s’est montré un brin plus original, c’est en entrelaçant plusieurs fables – précisément Le Petit Chaperon rouge, Hansel et Gretel ainsi que Les Trois Petits Cochons – sur la durée de toute une saison.

Publicité

Et si on n’a pu jeter un coup d’œil qu’au premier épisode de la dizaine annoncée, il est évident que Tell Me a Story parvient facilement à nous appâter. Les trois histoires au cœur de cette fournée inaugurale se rencontrent de façon anecdotique sans jamais vraiment se mélanger, pour le moment du moins. Une chance qu’elles tiennent la route individuellement, bien qu’il faille un peu de temps avant de cerner quel protagoniste de la série est l’équivalent de quel personnage de conte. Tout se met en place avec beaucoup de fluidité et l’atmosphère, pesante, contribue à constamment accroître notre intérêt.

C’est d’ailleurs dans la mise en place d’une ambiance tendue que Tell Me a Story excelle. En définitive, on a l’impression qu’un drame peut survenir à n’importe quel moment, et cela n’a pas manqué à l’issue de ce premier volet. Il est aussi facile de s’immerger dans l’univers de la série grâce au casting qui, sans être transcendant, ne fait aucune fausse note. Les fans de The Vampire Diaries et son spin-off seront comblés en retrouvant Danielle Campbell et Paul Wesley, qui prouvent ici qu’ils peuvent jouer des personnages aux antipodes de ceux qu’ils ont longtemps incarnés pour la CW.

© CBS All Access

Publicité

Cette dernière décennie, d’autres séries se sont frottées au monde des contes de fées. Il y a eu bien entendu Once Upon a Time, bien plus axée sur le côté magique, presque juvénile, des contes avec des scènes bombardées d’effets spéciaux pas toujours réussis. On pense aussi à Grimm qui se montrait plus innovante en conjuguant les fables au genre policier mais aussi en concevant sa propre mythologie. Pour le coup, Tell Me a Story ne ressemble en rien à ces deux-là.

L’atout de la série, c’est qu’elle peut être visionnée sans connaissance préalable des contes de fées dont elle s’inspire. Car, oui, Tell Me a Story est avant tout un thriller psychologique narré à travers trois récits qui s’entremêlent. Il n’y a pas d’éléments surnaturels ou fantastiques. En somme, il peut y avoir ici deux niveaux de lecture, et c’est précisément ce qui la rend intéressante. Ça et le fait que son pilote soit rondement bien mené : les personnages sont bien définis, les enjeux sont posés, la narration est rythmée et on a envie d’en découvrir davantage. Que demander de plus ?

Tell Me a Story est diffusée depuis le 31 octobre sur CBS All Access aux États-Unis, et reste inédite en France.

Publicité

Par Florian Ques, publié le 02/11/2018

Copié

Pour vous :