© AMC

featuredImage

The Walking Dead : la rédemption de Negan est en marche

Avec sa liberté retrouvée, l'ancien leader des Sauveurs semble aussi regagner une conscience morale. Attention, spoilers.

© AMC

Après un début de saison 9 prometteur, marqué par la disparition de Rick Grimes (Andrew Lincoln), les survivants de The Walking Dead ont fait la rencontre des Chuchoteurs dans un mid-season finale intense. Les nouveaux antagonistes de la série ramènent au cœur du sujet la menace principale de l’œuvre signée Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard : les zombies. Pendant qu’Alexandria et la Colline étaient occupées à comprendre cette terrifiante communauté, Negan en a profité pour se faire la malle et retrouver un semblant de pouvoir au Sanctuaire.

Oui, mais voilà, à l’intérieur de sa cellule souterraine, le leader tyrannique a tout perdu. Sa batte fétiche, sa puissante communauté à son service et même sa forteresse imprenable, laissée à la merci des rôdeurs et des ravages du temps. Comme l’indique le titre de l’épisode 9 de la saison 9, Negan doit s’adapter à cette nouvelle vie pour s’engager sans doute possible sur la voie de la rédemption. C’est en tout cas ce que tente de mettre en exergue cet épisode à l’aide d’une métaphore filée pas très subtile mais suffisamment captivante pour qu’on s’intéresse au salut du psychopathe.

L’aiguille pointe vers Judith Grimes

L’épisode "Adaptation" joue sur le sentiment d’une nostalgie tragique auprès des spectateurs, et nous renvoie notamment à la saison 7. La saison de l’ultraviolence et de la perversité macabre, dont le point d’orgue reste les exécutions (sanglantes) de Glenn et Abraham. Tout au long de l’épisode, Negan tente de retrouver son statut et sa peau de leader terrible mais charismatique. C’est parfois littéral, comme la séquence dans le magasin où il revêt une veste en cuir pour remplacer l’ancienne, mais aussi évoqué de manière métaphorique.

Armée d’une pelle, la némésis de Rick revisite les endroits emblématiques où ont eu lieu ses sévices. On pense d’abord à la clairière, lieu traumatisant du notoire "Am, stram, gram" de la saison 7, désormais aussi vide et isolé que la vie du bourreau d’Alexandria. Cette pelle qu’il trimballe en guise d’arme pour se défendre symbolise à la fois l’envie d’enterrer son passé de tyran, mais peut-être aussi, à l’inverse, celle de déterrer des souvenirs prouvant qu’il a été un meneur d’hommes fort et, à sa manière pernicieuse, le sauveur messianique d’une humanité sur le déclin.

Cette volonté de regagner son identité fragmentée est particulièrement bien illustrée avec les scènes de Richie, le Sauveur transformé en zombie qui est resté bloqué au Sanctuaire. Negan refuse d’abord de l’achever, puisque le rôdeur incarne la dernière once de pouvoir et d’emprise du personnage sur ce monde à la dérive. Seul et accablé, comme le montrent les beaux plans sur le visage mélancolique de Jeffrey Dean Morgan, assis au milieu des décombres de son éden, Negan n’est plus que l’ombre de lui-même, utilisant une simple barre de fer comme symbole de virilité après la disparition de sa chère et tendre Lucille dans la nature.

© AMC

Finalement, c’est sa relation, drôle et touchante, avec Judith Grimes qui lui permet de trouver la lumière. C’est donc une "femme", tout du moins en devenir mais suffisamment mature pour manier le katana et le colt de ses parents avec aisance, qui va lui montrer la voie à suivre, celle de la rédemption. Pour les lecteurs de comics, le parallèle est intéressant avec l’histoire originelle du personnage (à lire dans l’arc Here’s Negan, traduit en VF aux éditions Delcourt) puisqu’il vient conclure une boucle : la mort de sa femme, Lucille, avait révélé ses failles et l’avait poussé à embrasser sa part obscure, le tyrannique Negan. A contrario, sa relation avec Judith agit comme une bascule vers la vertu, et peut-être même la compassion.

S’il vous fallait une preuve supplémentaire de l’importance des femmes, et en particulier de Judith, dans la vie de ce dernier (on sent une nouvelle fois la patte progressiste et féministe dans l’écriture de la nouvelle showrunneuse Angela Kang), elle est rendue palpable à l’écran à travers la boussole. Avant de fuir Alexandria, Negan prend le temps d’aller chercher ce petit artefact dans la maison des Grimes. Au moment où il semble perdre l’espoir de retrouver un sens à sa vie hors de sa cellule, le Nord lui indique "J.G.", ou les initiales de la jeune fille inscrites au dos de la boussole. Ainsi, Negan a littéralement retrouvé sa boussole morale (ou moral compass comme disent les Américains), à savoir un équilibre entre le bien et le mal, grâce à la fille de son pire ennemi.

Bien entendu, tout ceci tient de la pure hypothèse, car le psychopathe, même assagi en apparence, reste imprévisible. Mais la menace grandissante des Chuchoteurs nous fait dire que Michonne et Daryl viendront chercher de l’aide et une puissance de frappe du côté de cet homme qui n’a plus rien à perdre. Soigner le mal par le mal n’aura alors jamais fait autant sens que dans cette situation appelée à devenir désespérée, comme le signale la capture de Luke et Alden par Alpha et ses troupes masquées dans l’ultime scène d'"Adaptation". Cet épisode n’est peut-être pas du grand The Walking Dead, mais il laisse entrevoir une grande histoire de rédemption que la série et ses irréductibles fans continueront de suivre avec délectation.

En France, la saison 9 de The Walking Dead est diffusée en US+24 sur OCS Choc.

Par Adrien Delage, publié le 12/02/2019