© Nick Wall/Netflix

Turn Up Charlie : Idris Elba passe derrière les platines pour cette comédie feel good

L'acteur britannique séduit dans cette comédie qui manque toutefois de rythme et de vannes vraiment drôles.

Baron de la drogue dans The Wire, détective froid et sévère dans Luther, gardien du Bifröst loyal dans la trilogie Thor de Marvel, envisagé comme le nouveau James Bond pendant un temps… Idris Elba est un acteur à la carrière insaisissable, véritable caméléon du septième art. Quelle ne fut pas cependant notre surprise de le voir à l’affiche d’une série comique de Netflix, intitulée Turn Up Charlie (Charlie, monte le son en VF) et centrée sur un DJ has been qui tente de se reconstruire en devenant la nourrice de la fille de son richissime meilleur ami.Et pourtant, cette comédie a un air de semi-autobiographie : Idris Elba est lui aussi disc-jockey sous le pseudonyme DJ Big Driis the Londoner. L’artiste a déjà monté son propre label, animé des soirées à Ibiza et enregistré des maxis entre deux tournages. Il n’attendait finalement plus que le scénariste et producteur Gary Reich, avec qui il a cocréé Turn Up Charlie, pour imaginer cette histoire de DJ rêvant d’un come-back mais réduit à lécher les pompes de Sara (Piper Perabo, Coyote Girls), musicienne célèbre et accomplie, pour retrouver le chemin de la gloire.

Une track molle mais avec de bons featurings

© Nick Wall/Netflix

Publicité

Dès ses premiers épisodes, Turn Up Charlie se présente comme une comédie feel good et bon enfant. Le trope de l’artiste old school et sur le déclin qui rejette le numérique au profit de la bonne vieille piste a déjà été longuement exploité dans des comédies dramatiques avec Hugh Grant (le film Le Come-Back avec Drew Barrymore, à tout hasard). Mais il faut reconnaître qu’Idris Elba nous avait habitués à des rôles plus sérieux et que le voir se lâcher comme un gosse dans un parc d’attractions a ce quelque chose de décalé qui fonctionne dans le contexte de la série.

L’acteur britannique est entouré de quelques rôles secondaires attachants et plutôt convaincants. Toutefois, l’humour et l’émotion de Turn Up Charlie fonctionnent bien mieux avec ses duos que dans son cadre familial. On pense notamment à la relation entre le DJ et Gabrielle (la jeune actrice Frankie Hervey, brillante), enfant précoce et déjà mitrailleuse de punchlines, à la fois touchante et tordante. Entre les trois orphelins Baudelaire, les kids de Stranger Things et plus récemment Numéro 5 dans The Umbrella Academy, Netflix a un talent certain pour caster des enfants doués.

Ensuite, c’est le tandem entre Charlie et Sara, à la fois mentor, patronne et amie du disc-jockey vétéran, qui nous incite à rester pendant les huit épisodes de la première saison. La tension quasi sexuelle entre eux et cette alchimie qui monte crescendo, alors que son mari est le meilleur ami de Charlie, ajoute un peu de sel à un récit qui manque foncièrement de rythme et de vraies vannes capables de nous tirer un rire franc.

Publicité

© Nick Wall/Netflix

Pour filer la métaphore musicale, la série manque cruellement de drops massifs entre les épisodes pour donner envie de binge-watcher la saison d’une seule traite. On s’ennuie ferme pendant certains épisodes, avant que la magie et le talent comique d’Idris Elba viennent nous réveiller. Turn Up Charlie multiplie également les ellipses spatio-temporelles, qui peuvent parfois déconcerter le·la spectateur·rice voire carrément le·la rebuter. Ce constat est assez surprenant pour une série où les épisodes ne dépassent pas 30 minutes.

Évidemment, dans une série qui accueille le caméo de Craig David et s’amuser à name-dropper pléthore de DJ, la musique électro occupe une place prédominante. Entre les scènes de sets et les passages au studio, les fans de mainstream des années 2000 seront comblés : Spice Girls, Fatboy Slim, Ricky Martin, Lou Bega, Backstreet Boys et autres Pharrell Williams sont au programme de la BO. Quant au morceau "L.U.V." de Charlie Ayo, il s’agit bien d’une composition originale signée Idris Elba en personne et la chanteuse Shaznay Lewis.

Publicité

Pour de nombreux·ses abonné·e·s Netflix, Turn Up Charlie aura un petit goût amer après les annulations successives des comédies Friends from College et One Day at a Time, fortes d’une importante fan base. La série n’a pas la prétention de réinventer le genre et encore moins de s’installer durablement dans le paysage télévisuel (Idris Elba est déjà fort occupé avec The Suicide Squad et la saga Hobbs and Shaw, le spin-off de Fast and Furious).

Cela dit, elle se consomme comme une sympathique gourmandise entre deux mastodontes sériels attendus pour le mois d’avril. Attention toutefois à ne pas rayer trop vite le disque en répétant la même recette cliché dans une potentielle saison 2.

En France, la première saison de Turn Up Charlie est disponible en intégralité sur Netflix.

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 19/03/2019

Copié

Pour vous :