Les 10 nouvelles séries les plus attendues en 2018 sur Netflix

De la science-fiction, du teen drama, des adaptations de comics, des super-héros, des zombies… Il y en aura pour tous les goûts en 2018 sur Netflix.

Black Lightning

Publicité

Super-héros à la retraite depuis neuf ans, Jefferson Pierce vit un quotidien paisible en compagnie de sa famille et de ses étudiants à l’université. Mais lorsque ses filles se retrouvent embarquées dans une sombre histoire de drogue et que la pègre vient perturber sa ville, il est obligé de renfiler son costume de Black Lightning. Car en réalité, Jefferson Pierce est un méta-humain capable de manipuler l’électricité.

Nouvelle adaptation d’un personnage de DC Comics par Greg Berlanti (Arrow, The Flash, Supergirl) diffusée sur la CW aux États-Unis, Black Lightning aura la particularité de se dérouler dans un autre univers que l’Arrowverse. Les amateurs de justiciers masqués seront comblés, d’autant que le super-showrunner n’exclut pas la possibilité d’un crossover dantesque avec ses autres vigilantes.

La foudre de Black Lightning s’abattra sur Netflix à partir du 23 janvier, à raison d’un épisode par semaine.

Publicité

Altered Carbon

Imaginez un futur dystopique où l’homme serait capable de numériser la conscience humaine, puis de l’implanter dans un cadavre pour le réanimer. C’est l’idée géniale (et terrifiante) d’Altered Carbon, un thriller de science-fiction porté par James Purefoy (Hap and Leonard) et Joel Kinnaman (RoboCop). Ce dernier incarne Takeshi Kovacs, un ancien soldat du gouvernement chargé de retrouver le meurtrier du premier, un riche homme d’affaires qui a vécu plus de 300 ans.

Les premières images d’Altered Carbon promettent un monde sombre et halluciné, avec une photographie aussi léchée que Blade Runner 2049. Puisant dans l’esthétique de Battlestar Galactica et les thématiques existentielles des cauchemars de Black Mirror, Altered Carbon a tout d’un futur hit sériel qui vous marquera au fer rouge.

Publicité

Le rendez-vous avec le futur est pris pour le 2 février sur la plateforme.

Seven Seconds

New York, de nos jours. La mort de Brenton Butler, un ado afro-américain, vient secouer le quotidien de sa famille ainsi que celui de toute la communauté locale qui le connaissait. Très vite, KJ Harper, l’assistante du procureur, est démarchée et chargée de couvrir cette tragique affaire. Épaulée par Latrice, la mère dévastée du défunt, KJ va se sentir d’autant plus impliquée par ce cas, étant noire elle aussi et comprenant bien que ce meurtre a tout d’un crime raciste.

Publicité

Avec l’audacieux Seven Seconds, on sait qu’on est entre de bonnes mains. D’une part, ce thriller risque de nous happer rien qu’avec son casting plein de promesses, mené par Clare-Hope Ashitey (Doctor Foster) et la toujours excellente Regina King (The Leftovers). Pour couronner le tout, on retrouve Veena Sud aux commandes, alias la créatrice de The Killing, remake US franchement réussi de la série danoise Forbrydelsen. Si le rendu est au moins aussi puissant qu’un opus d’American Crime, on tient là une nouvelle anthologie à ne pas rater.

Seven Seconds démarrera son compte à rebours le 23 février prochain.

Good Girls

Jusqu’où peut-on aller quand on est fauché et qu’on a vraiment (vraiment) besoin de thunes ? Les héroïnes de Good Girls le savent, elles. N’arrivant plus à joindre les deux bouts, trois connaissances décident de braquer la supérette du coin, pour des raisons qu’on pourrait qualifier de légitimes. Alors qu’elles pensaient ne récolter qu’une poignée de milliers de dollars, la surprise est à son comble lorsque ces voleuses du dimanche décrochent le gros lot. Mais ce jackpot a un prix.

OK, on admet qu’on a des difficultés à entrevoir comment un tel synopsis peut s’étendre sur une saison complète, mais ça nous rend d’autant plus curieux. Au vu de ce trailer dopé à l’adrénaline, on ne risque pas de se tourner les pouces devant Good Girls, diffusée aux États-Unis sur NBC. Le trio d’actrices, composé de Christina Hendricks (Mad Men), Retta Sirleaf (Parks and Recreation) et Mae Whitman (Parenthood), fait déjà sacrément envie. Sans aucun doute, on sera là pour ce hold-up sériel en apparence aussi touchant que déjanté.

Braquage programmé à compter du 27 février en US+24.

Unsolved

Ils sont morts à six mois d’intervalle par le même modus operandi. Pourtant, la police de Los Angeles et le FBI n’ont jamais réussi à identifier les meurtriers de Tupac Shakur et Notorious B.I.G., deux figures incontournables de l’histoire du hip-hop. Avec Unsolved, le scénariste Kyle Long (Suits) fait le pari de retracer l’enquête de la LAPD et démêler le vrai du faux concernant les théories fumeuses impliquant les autorités gouvernementales et le manager Suge Knight dans cette affaire tragique.

Portée par un duo attrayant (Jimmi Simpson de Westworld et Josh Duhamel de 11.22.63), la série diffusée sur USA Network outre-Atlantique, promet une investigation haletante qui oscillera entre flash-back sur les rappeurs et progression de l’enquête du duo de flics. Les deux rôles-titres reviennent à deux quasi-inconnus, dont l’un deux était déjà convaincant sous le bandeau de 2Pac dans le biopic Straight Outta Compton.

L’enquête sera ouverte le 27 février en US+24.

Kingdom

Les zombies de The Walking Dead. (© AMC)

Si Netflix a déjà trouvé son Game of Thrones avec l’adaptation prochaine de la saga The Witcher, elle a également dégoté son The Walking Dead. Toujours dans une volonté de produire des séries à l’international, la plateforme américaine développe actuellement un show zombiesque en Corée du Sud baptisé Kingdom. Un projet pour l’instant très mystérieux, mais supervisé par le réalisateur Kim Seong-hun, récompensé plusieurs fois cette année pour son thriller Tunnel (터널).

Cette histoire post-apocalyptique se déroulera dans un cadre féodal, pendant le règne de la dynastie Joseon. Une période prospère pour le pays, qui sera donc paradoxalement envahi par des morts-vivants. Si c’est aussi bon que Dernier train pour Busan, The Walking Dead passera pour un rôdeur du dimanche à côté de Kingdom.

Les zombies de Kingdom sèmeront la terreur courant 2018.

The Umbrella Academy

© Netflix

Après les justiciers de Marvel, Netflix va adapter un nouveau comics issu cette fois de l’écurie Dark Horse. The Umbrella Academy est une œuvre scénarisée par Gerard Way, ancien leader du groupe My Chemical Romance, et dessinée par Gabriel Bá (Daytripper). Leur bébé a notamment reçu le prestigieux prix Eisner de la meilleure mini-série en 2008, sorte d’Oscars pour les comics.

Dans The Umbrella Academy, on suit le parcours d’un groupe d’étudiants dotés de capacités extraordinaires. On trouve notamment Kraken, qui peut respirer sous l’eau indéfiniment, le télékinésiste Seance ou encore un chimpanzé qui parle. Robert Sheehan (Nathan dans Misfits) et Ellen Page (Juno) sont les premiers acteurs à rejoindre cette team de super-héros prometteuse.

L’académie ouvrira ses portes courant 2018.

Everything Sucks!

© NBC

Le lycée, ça peut vraiment être l’enfer sur Terre. Ce triste constat peut s’avérer d’autant plus véridique lorsque vous habitez dans une ville de l’Oregon au beau milieu des années 1990. Et encore davantage si vous faites partie des rejetés de l’établissement. Comme un pur flash de nostalgie, Everything Sucks! nous plongera dans la vie de ces élèves marginaux et nous montrera surtout la rencontre entre deux castes de "losers" : les membres du club d’audiovisuel et ceux de la troupe de théâtre.

En définitive, vous l’aurez pigé, Everything Sucks! possède toutes les cartes en main pour devenir un Freaks and Geeks 2.0. Ils n’ont peut-être pas James Franco en tête du casting, mais s’ils arrivent à reproduire l'esprit anar et décomplexé de la série de Judd Apatow, on devrait être conquis. La série de Netflix va opter d’ailleurs pour des épisodes d’une demi-heure environ, un format qui lui a jusqu’ici permis de faire un sans-faute.

Rentrée des classes pour les ados d’Everything Sucks! courant 2018.

Osmosis

© Arte

Trouver l’amour, ce n’est jamais facile. Sauf si vous avez finalement accès à Osmosis, l’application de rencontres directement implantée dans votre cerveau qui vous assure de trouver l’amour avec un grand A. Bien entendu, cette avancée technologique implique tacitement de sacrifier vos droits à la vie privée et bien d’autres libertés risquent de se voir entravées. Autrement dit, une réalité alternative à la Black Mirror, le tout à la sauce hexagonale.

Car oui, avec ce pitch purement SF adapté de la websérie éponyme, Osmosis est bel et bien une production 100 % française de la plateforme de streaming, soit la deuxième après Marseille. À elle seule, la série donne bon espoir pour la fiction bleu-blanc-rouge dans son ensemble, montrant qu’on peut avoir l’ambition de faire des shows d’une réelle envergure et avec un genre trop souvent mis de côté.

La recherche de l’amour connectée commencera courant 2018.

Maniac

© Netflix

Dans le monde du petit écran, il y a de ces séries hyperconfidentielles dont aucun détail ne semble fuiter, pas même le nom des personnages ou le lieu où se déroule l’intrigue. Maniac, c’est un peu ça. À l’heure actuelle, on sait seulement que cette production secrète de Netflix s’intéressera à deux patients d’un centre psychiatrique, dont le passe-temps principal est de s’évader dans des mondes imaginaires. Des virées clairement perchées qui aboutissent à une Emma Stone habillée comme Legolas du Seigneur des anneaux.

Ah oui, parlons de cette distribution de malade. En plus de la rouquine de La La Land, les abonnés de Netflix retrouveront Jonah Hill dans l’autre rôle principal, mais également des acteurs au top dans des rôles périphériques, de Justin Theroux (The Leftovers) à Jemima Kirke (Girls). Derrière la caméra, c’est Cary Fukanaga qui s’occupe de tout, alias le monsieur en charge de la première saison stellaire de True Detective. Sincèrement, difficile de mieux faire.

Rendez-vous fixé à l’asile courant 2018.

Un article écrit par Adrien Delage et Florian Ques. 

Par Adrien Delage, publié le 26/12/2017

Pour vous :