Les 12 nouvelles séries les plus attendues de 2018

Parce qu’il n’y a pas que Netflix dans la vie, on a dressé le top des séries inédites tous networks confondus qu’on est impatients de dévorer en 2018.

The Chi

Publicité

Les gosses préparent leurs affaires pour se rendre à l’école, pendant que leurs parents espèrent battre le trafic routier pour arriver à leur job à l’heure. Les vingtenaires, diplômés ou non, galèrent pour dénicher un travail et leurs aïeuls sont posés sous leur porche, scrutant le voisinage avec intérêt. Bienvenue dans la zone sud de Chicago, où la vie en apparence paisible de ces habitants peut se voir bouleversée du jour au lendemain. Parfois, traîner dans ces quartiers et mal choisir ses fréquentations peut devenir une question de vie… ou de mort.

Sur fond de Chance The Rapper, la bande-annonce de The Chi met l’eau à la bouche. Tout porte à croire que cette série estampillée Showtime (le diffuseur de Shameless, entre autres) mobilise les ingrédients nécessaires pour un drame sensiblement humain réussi. Remarquée pour son talent unique dans Master of None, la jeune Lena Waithe occupera le poste de showrunneuse sur cette fiction pleine de promesses, d’ailleurs produite par le rappeur Common. Verdict ASAP.

La ville de Chicago nous ouvre ses portes dès le 7 janvier sur Showtime aux USA.

Publicité

Britannia

Le mélange des genres a parfois du bon. On pensait d’abord que Britannia serait une fresque historique sur l’Empire romain. Que nenni. Si l’empereur Claude et ses légions seront bien présents dans la série, ils viendront combattre des druides et autres créatures magiques pendant la conquête de la Grande-Bretagne. Ce pitch osé et surprenant promet d’être particulièrement violent, et de s’inscrire à la croisée de Game of Thrones, Vikings et The Shannara Chronicles. Difficile de mieux le vendre, mais c’est la vérité !

Les sériephiles seront contents de retrouver David Morrissey (le Gouverneur de The Walking Dead) dans un rôle de bad guy. Les premiers trailers annoncent des batailles gargantuesques et une production efficace pour ce qui pourrait bien devenir le blockbuster sériel de ce début d’année. De quoi patiemment attendre le retour de Jon Snow et Daenerys à l’aube de 2019 (voire en prendre la relève ?).

Publicité

La guerre contre les Romains sera lancée le 18 janvier prochain sur Sky Atlantic.

The Alienist

Immersion totale dans le XIXe siècle, alors qu’un détraqué s’en prend aux adolescents prostitués de la Grosse Pomme, laissant une flopée de cadavres mutilés sur son passage. Déboussolé par ces meurtres aussi atroces que déplorables, le commissaire de police Teddy Roosevelt (oui, le futur président des États-Unis) fait appel à Laszlo Kreizler, un psychologue criminologue aussi appelé "aliéniste", pour mener l’investigation. Il sera épaulé dans sa traque par John Moore, un illustrateur pour la presse, et la jeune Sara Howard, une secrétaire de la police.

Publicité

En somme, si la captivante MINDHUNTER de Netflix nous présente les origines du métier de profiler, The Alienist s’inscrit, elle aussi, dans cette thématique bien dark en remontant encore davantage le temps. Adaptation d’un roman de Caleb Carr paru en 1996, la série est d’emblée attendue au tournant. De par sa distribution irréprochable (réunir Daniel Brühl, Luke Evans et Dakota Fanning, un sacré tour de force), mais aussi par l’identité de son créateur, à savoir Cary Fukunaga, à qui l’on doit les meilleures scènes de la saison inaugurale de True Detective.

L’enquête démarre dès le 22 janvier prochain sur TNT outre-Atlantique.

Waco

Voilà une mini-série qui relate un fait divers qui a profondément traumatisé l’Amérique. Entre le 28 février et le 19 avril 1993, le FBI a lancé un assaut monumental contre la secte de David Koresh, un fanatique religieux leader de la communauté des Davidiens. Autoproclamé prophète, il s’enferme avec une cinquantaine de fidèles dans sa forteresse située Waco, au Texas. Pendant des mois, ils vont refuser de se rendre et entraîner l’un des plus gros scandales états-uniens sous la présidence de Bill Clinton, affaire qui se terminera dans un bain de sang.

En six épisodes, Waco aura la lourde tâche de retracer cette bavure, symbole de l’échec de l’administration américaine et de la liberté d’expression. C’est à Taylor Kitsch (John Carter) que revient la tâche d’incarner David Koresh, un homme défini comme dyslexique, égocentrique et torturé (il aurait été violé plusieurs fois au cours de son enfance). Pour couronner le tout, il sera opposé au magnétique Michael Shannon (Take Shelter), un négociateur du FBI. En d’autres termes, il s’agit clairement d’une mini-série sur laquelle il faudra compter à la cérémonie des Emmy Awards 2018.

Le siège de Waco débutera dès le 24 janvier 2018 sur Paramount Network.

Rise

Fatigué de rester dans sa passivité et voulant remotiver ses élèves, Lou Mazzuchelli, un professeur de lycée déterminé, entreprend de relancer la troupe de théâtre de son école. Un peu à la manière de Will Schuester dans la (pas si) regrettée Glee, il va se charger de réunir une poignée de lycéens, tous venant d’horizons et de groupes sociaux différents. Petit à petit, les habitants de la ville vont montrer un certain intérêt pour ce département théâtral.

A priori, et on espère ne pas se tromper, Rise a tout pour devenir un Glee avec davantage de cohérence et de réalisme au programme. Bien que le casting soit essentiellement composé de comédiens novices (hormis Josh Radnor, le fameux Ted Mosby de How I Met Your Mother), c’est le nom du showrunner qui nous motive tout de go. Jason Katims est en effet derrière ce projet, soit l’homme qui nous a pondu ces chefs-d’œuvre sériels que sont Friday Night Lights et Parenthood.

On poussera la chansonnette à compter du 13 mars sur NBC aux États-Unis.

Krypton

S’il y a une chose qui ne manque sur la petite lucarne, ce sont les séries de super-héros. Mais quand l’une d’elle s’intéresse aux origines de Superman et des personnages méconnus de DC Comics, elle pique forcément notre curiosité. Comme son nom l’indique, Krypton se déroulera sur la planète originelle de l’Homme d’acier, plusieurs décennies avant sa naissance.

La série nous donnera l’opportunité de découvrir l’histoire de la maison El et plus particulièrement la lutte du grand-père de Superman pour redonner ses lettres de noblesse à sa famille. Avec des effets spéciaux solides et le scénariste de la trilogie The Dark Knight aux commandes, Krypton a toutes ses chances de passer le cap du pilote.

Décollage pour la planète de Superman dès le 21 mars 2018 sur Syfy.

The Terror

En 1845, l’explorateur Sir Franklin embarque 129 hommes sur deux navires pour une expédition vers les eaux froides de l’Arctique. Problème : aucun d’entre eux n’a survécu et les deux bateaux épaves ont mis plusieurs décennies à être découvertes. On ignore ce qu’il est arrivé aux équipages des HMS Erebus et HMS Terror, mais le romancier Dan Simmons a sa propre version des faits relatée dans le livre éponyme. Et si les marins avaient été traqués et massacrés par une bête féroce cachée dans les profondeurs de l’océan ?

Ce pitch mystérieux et palpitant, qui évoque le comics The Wake de Scott Snyder et Sean Murphy, est produit par Ridley Scott. Un premier teaser glaçant est sorti pour confirmer la solidité du projet qui est en plus porté par Jared Harris (The Crown), Tobias Menzies (Rome) et Ciarán Hinds (Mance Rayder dans Game of Thrones). On en a eu la confirmation, The Terror sera une anthologie et si le succès est au rendez-vous, nous assisterons donc à de nouvelles expéditions terrifiantes.

Embarquement sur le HMS Terror prévu pour le 26 mars 2018 sur AMC.

 

Titans

© DC

Alors oui, les séries de super-héros, on en ingurgite à toutes les sauces, parfois même jusqu’à l’indigestion. Mais cette fois-ci, avec la prometteuse Titans, l’enthousiasme est de mise puisque l’équipe des Teen Titans, un groupe éclectique de jeunes justiciers de l’écurie DC, n’a jamais eu droit à ses débuts en live action. Ici, lassé de vivre dans l’ombre du Chevalier noir, Robin prend ses distances pour former en parallèle un crew de super-héros encore inexpérimentés.

Après avoir produit l’ensemble des fictions brandées DC de la CW, d’Arrow à Black Lightning très prochainement, Greg Berlanti pilotera les super-héros de Titans. Bien que ce pitch originel soit un peu vague, le matériel inspirant la série est suffisamment riche pour aboutir à des intrigues prenantes et bourrées d’action. Si le casting est essentiellement composé de visages peu connus (Brenton Thwaites du dernier Pirates des Caraïbes incarnera Robin), les noms des personnages sont eux plus familiers. Starfire, Raven, Beast Boy… En bref, on sera au rendez-vous.

La série débarquera sur la plateforme de streaming encore sans nom de DC courant 2018.

Heathers

Elles portent des vestes en fausse fourrure teintée, agrémentent leurs tenues de bijoux bling-bling et marchent avec la plus grande confiance en elles qui puisse exister. Trio infernal, les Heather imposent leur règne de terreur dans les couloirs de leur lycée. Lassée de les voir se pavaner ainsi, la plus discrète Veronica est à deux doigts de péter les plombs… et surtout de leur faire péter la cervelle. Lorsqu’elle se lie d’amitié avec JD, le petit nouveau au potentiel de détraqué mental, Veronica tient peut-être sa solution pour mettre fin aux Heather et à leur suprématie.

Bien avant qu’il y ait les Plastics de Lolita malgré moi, la clique de mean girls la plus réputée du cinéma n’était autre que celle des Heather. Car oui, avant de devenir une série, Heathers (Fatal Games dans nos contrées) était un long-métrage culte de la fin des 80’s. On y croisait notamment Winona Ryder et Shannen Doherty dans les rôles principaux. Ce reboot so 2018 a remis l’univers du film au goût du jour et possède suffisamment de potentiel pour devenir une comédie noire complètement perchée, un peu dans la même veine que Scream Queens.

Les bad girls de Heathers débarqueront courant 2018 sur Paramount Network.

Castle Rock

Stephen King est fan de Stranger Things. En vérité, il aime tellement le show de Netflix qu’il n’a pu refuser l’offre de J.J. Abrams d’adapter son univers en série. Castle Rock est un melting-pot sombre et intrigant de l’œuvre du romancier américain, comprenant des personnages tel que le maléfique Pennywise et des lieux obscurs comme le pénitencier de Shawshank.

Comme si cela ne suffisait pas, le casting annoncé est magique : Terry O’Quinn (Locke dans Lost), Bill Skarsgård (Ça), André Holland (Moonlight), Sissy Spacek (Carrie au bal du diable) et Melanie Lynskey (Togetherness). "Vous n’avez aucune idée de ce qu’il se passe ici, n’est-ce pas ?", murmure une voix inquiétante dans le trailer. Aucune, mais on a rarement été aussi hypé sur le petit écran.

Débarquement dans l’intrigante Castle Rock prévue courant 2018 sur Hulu.

The First

Sean Penn dans Friends. (© NBC)

Que serait une année sur le petit écran sans une bonne série de science-fiction ? Beau Willimon, le créateur de House of Cards, en a conscience et c’est pour cette raison qu’il va envoyer Sean Penn en orbite. L’acteur américain va incarner un astronaute envoyé sur Mars dans l’optique de la coloniser. Une intrigue qui entre en concurrence directe avec la production franco-française d’OCS, Missions qui prend elle aussi pour décor la planète rouge.

Ce projet sériel reste encore très mystérieux et on ignore encore si la série tiendra plus d’un survival à la Seul sur Mars ou d’un vrai voyage spatial façon Interstellar. Le casting commence tout juste à s’étoffer pour donner la réplique à Sean Penn, qui avait seulement eu droit à un ou deux caméos dans Friends et Mon oncle Charlie jusqu’à maintenant.

Décollage vers la planète rouge prévu courant 2018 sur Hulu aux États-Unis et sur Channel 4 outre-Manche.

Sharp Objects

© HBO

Camille Preaker est une journaliste de terrain, fraîchement libérée suite à un séjour en hôpital psychiatrique après s’être gravement automutilée. Retournant au travail, elle est envoyée par son boss dans sa ville natale de Wind Gap, où deux jeunes filles ont été assassinées. Tandis qu’elle couvre l’affaire, Camille va en profiter pour renouer avec sa mère, Adora, et sa demi-sœur, Amma, avec qui elle avait coupé les ponts suite à la mort tragique de sa sœur plusieurs années auparavant.

Plus que n’importe quelle autre série sur cette liste, Sharp Objects met toutes les chances de son côté pour être le carton de 2018, un peu comme l’a été Big Little Lies. Une tête d’affiche remarquable (Amy Adams, of course), un synopsis adapté d’un best-seller de Gillian Flynn (à qui l’on doit notamment l’excellent Gone Girl), le tout produit par HBO. Cerise sur le gâteau, c’est Jean-Marc Vallée qui a été embauché pour réaliser cette mini-série high level. On est déjà accros.

Le show fera son lancement dès l’été prochain sur HBO outre-Atlantique.

Par Florian Ques, publié le 27/12/2017

Copié

Pour vous :