The Night Of : le rôle de Chandra au cœur d'une polémique sexiste

Son interprète, Amara Karan, défend les choix de son personnage. Attention spoilers.

chandra-feat

©️ HBO

HBO ne semble toujours pas avoir pris de décision concernant le renouvellement de la saison, que Biiinge ne préconise pas forcément. Le procedural de l'été a marqué les esprits par son réalisme poussé, son ambiance pesante, son intrigue captivante et la profondeur de ses personnages, souvent confrontés à des dilemmes impossibles. Chandra, incarnée par Amara Karan (À bord du Darjeeling Limited), a connu cette difficulté plus que tous les autres personnages.

Publicité

Au premier abord, la jeune avocate paraît intelligente, raffinée et consciencieuse dans son travail. Elle ne demande qu'à s'épanouir et sait qu'en acceptant le cas de Nasir, elle pourra faire ses preuves devant sa patronne. On la voit alors rapidement évoluer, prendre des risques, avant de prendre les devants et la parole pendant le procès. Puis, subitement, tout s'écroule lors du season finale.

Chandra a commis quelques erreurs lors de son parcours pour tenter de sauver Naz. Mais méritait-elle de sortir par la petite porte pour autant ?

Des erreurs de débutante

nazchandra

Les relations entre un avocat et son client sont interdites selon leur code de déontologie. (©️ HBO)

Publicité

Dans The Night Of, Nasir est une sorte de trou noir, un point central qui tire malgré lui tous ses proches vers le bas, comme s'il aspirait tout le monde dans sa descente aux enfers. Chandra n'a pas échappé à cette attraction, dans les deux sens du terme.

Sa première erreur a été de tomber amoureuse de son protégé, Naz, tout en se donnant corps et âme pour prouver son innocence, notamment lors de son plaidoyer contre la procureure Helen Weiss (brillamment incarnée par Jeannie Berlin). On voyait enfin Chandra être à la hauteur de cette femme prête à corrompre un médecin légiste pour remporter l'affaire.

Publicité

En dépit du baiser échangé avec Nasir, on observait sa transformation en véritable avocate, bien aidée par les remarques parfois dures mais bien intentionnées de son mentor John Stone (John Turturro). Elle prenait du grade et ne perdait pas pied face aux suspects appelés à la barre. Puis vint sa deuxième grossière erreur : faire passer de la drogue à Nasir dans l'épisode "Ordinary Death".

Lorsque le juge apprend ce rapprochement entre l'avocate et le coupable présumé, elle est immédiatement écartée du procès. Plus tard, elle se fera virer par sa boss. La série ne nous dit pas si Chandra a été radiée du barreau par la suite. Mais c'est une sanction qu'elle encourait.

Jessica Chastain pas contente

nazchandraa

Chandra rejoint finalement le banc des accusés aux côtés de Naz. (©️ HBO)

Publicité

Cette prompte et plutôt inattendue relève de ses fonctions a fâché les fans de la série, même si les avis sont partagés. On peut y voir un travail bâclé sur la sortie du personnage de la part des scénaristes du show (Richard Price et Steven Zaillian), peut-être dans l'optique de régler définitivement le cas de chaque protagoniste dans le season finale. Le problème, c'est que le twist peut aussi être interprété comme sexiste.

En effet, ce sont Jack et Naz qui prennent la décision de révéler la faute de Chandra au juge pour le bien de l'accusé. Les deux comploteurs lui plantent un couteau dans le dos, dans l'espoir de retourner la situation pour Nasir.

Or, Chandra, qui se montrait si forte et pleine de potentiel, s'est retrouvée évincée et traînée dans la boue sans y opposer aucune résistance. Ce choix de la part de John renvoie une image assez égoïste de l'homme : pour se sauver lui, et se prouver qu'il est un bon avocat, il est prêt à tout pour innocenter Nasir. Sa décision prend tout de même la forme d'un "sacrifions la femme au profit de l'homme". Alors que Chandra passait ses nuits à trouver les bons mots pour sauver Naz.

Cette injustice à l'égard de ce personnage féminin a fait monter au créneau des personnalités du cinéma qui suivaient la série. Jessica Chastain, notamment, s'est fendue d'un tweet bien vénère à l'attention des scénaristes et d'Amara Karan :

Traduction : "J'appréciais The Night Of jusqu'au dernier épisode. Chandra est devenue une parfaite idiote du jour au lendemain ? Amara Karan (et toutes les femmes) méritait bien mieux que ça"

Le plaidoyer d'Amara Karan

chandratribunal

Amara Karan à la barre. (©️ HBO)

L'actrice qui incarne Chandra a été "appelée à la barre" d'Entertainment Weekly pour défendre les choix de son personnage. Si ce dernier lâchait vite prise, son interprète ne se laisse pas démonter facilement :

"J'aimerais dire que je comprends pourquoi tout le monde, y compris Jessica, est hyper motivé à se battre pour que les actrices obtiennent de super rôles. Pour moi, celui-ci était particulièrement intéressant. Il était plein de contradictions, et j'ai trouvé ça éprouvant et surprenant.

J'ai beaucoup aimé le fait que Chandra ne soit pas si noble et franche à la fin. J'aurais trouvé ça condescendant en tant que femme de couleur si tout à coup Chandra nous avait conduit jusqu'à la conclusion et était devenue une sorte d'héroïne."

Elle rajoute : "J'étais fascinée par la manière dont elle a été évincée. Et je pense que ça peut-être été interprété comme une remarque sur le système, qui lui a juste craché dessus à la fin."

La situation de l'actrice, qui se retrouve à défendre son personnage d'avocate, est assez méta, mais les arguments d'Amara Karan tiennent la route. Après tout, The Night Of et ses scénaristes se sont évertués pendant près de dix heures à décrypter et dénoncer les rouages troubles du système judiciaire américain.

À vous de décider si le twist a été mal amené, ou si l'éviction de Chandra est une conséquence de la complexité de ce milieu.

Par Adrien Delage, publié le 09/09/2016

Copié

Pour vous :