© Nickelodeon

Avatar, le dernier maître de l’air s’envole chez Netflix pour une série en live action

L’histoire d’Aang est en passe d’être revisitée par le géant du streaming, et on est déjà plus que bouillant à l’idée de mater cette série.

© Nickelodeon

La mythologie des avatars n’a pas été suffisamment explorée sur le petit écran, et Netflix l’a bien compris. Comme le rapporte TVLine, la série animée Avatar, le dernier maître de l’air est sur le point de renaître de ses cendres dans une version en live action. Le tandem composé de Bryan Konietzko et Michael Dante DiMartino, déjà créateurs de l’œuvre originale, sera heureusement aux commandes de ce nouveau projet qui s’annonce audacieux comme jamais.

Publicité

Histoire de nous faire saliver d’avance, le géant de la SVoD a mis en ligne une première image – qualifiée de concept art dans le jargon – où l’on discerne Aang et son bison volant, Appa, devant un paysage pastel très Instagram friendly. Jusqu’ici, on en sait peu sur cette adaptation, si ce n’est que l’adjectif "réimaginée" a été utilisé pour la qualifier, laissant entendre que le pitch initial de la version animée pourrait être altéré dans ce qui semble être un véritable reboot.

© Netflix

"On a hâte de concevoir le monde d’Aang de façon aussi cinématographique que ce qu’on a toujours imaginé, soutiennent les showrunners. Le tout avec un cast culturellement adéquat qui ne sera pas white-washé". Après tout, il est vrai qu’Avatar, le dernier maître de l’air avait des personnages aux couleurs de peau variées et il est rassurant de voir que cette nouvelle version lui sera fidèle sur ce point-là.

Publicité

Diffusée de 2005 à 2008 à l’antenne de Nickelodeon outre-Atlantique, la série originale aura tout de même duré trois saisons, avant de se décliner sur de multiples supports. On prendra soin de mentionner La Légende de Korra, son spin-off centré sur une nouvelle héroïne issue de la tribu de l’eau. Cette dernière avait d’ailleurs été revendiquée comme étant lesbienne à l’issue de la série, soit un grand pas pour la représentation des LGBTQ+ dans l’animation mainstream.

Par Florian Ques, publié le 18/09/2018

Copié

Pour vous :