© ABC

Le showrunner de Lost est plutôt pour un reboot (mais à une seule condition)

"We have to go back."

© ABC

Qu’ont en commun une ancienne statue égyptienne, une suite de chiffres étrange, un monstre de fumée noire et un ours polaire ? Seuls les fans de Lost auront la réponse à cette question s’ils se sont échoués avec les 48 survivants du vol 815 lors du crash en 2004. Le voyage ésotérique offert par cette série culte était si intense et riche en émotions qu’on en vient à se demander, comme Jack, si on doit y retourner. À l’heure des reboots de Charmed ou encore Buffy, on se dit que tout est possible et les grands pontes du show ont aussi leur avis sur la question.

Publicité

Carlton Cuse, autrefois coshowrunner de Lost aux côtés de Damon Lindelof, a été interrogé sur la possibilité d’un revival par le Hollywood Reporter. L’homme aux mille projets (Colony, Jack Ryan, Locke and Key) ne s’oppose pas forcément à un reboot de son bébé, mais à une seule et unique condition : que les nouveaux scénaristes créent leurs propres personnages et ne reprennent pas le parcours de Kate, Sawyer et les autres.

"Damon Lindelof et moi avons toujours été catégoriques : nous avons raconté l’histoire que nous voulions raconter. Ça ne me choquerait pas si ABC engageait quelqu’un qui a une bonne idée pour recommencer la série à zéro, par exemple en impliquant de nouveaux personnages qui se rendent sur l’île à une époque différente. Je serais bien moins enclin à ce projet s’il utilisait les personnages que nous avons créés."

Carlton Cuse tient finalement les mêmes propos que son ami Damon Lindelof, qui avait exprimé un avis similaire en 2017 et jugeait même "inévitable" la tentative d’un reboot de Lost dans les années à venir. Si on se penche du côté des coulisses d’ABC, on sait que les bruits de couloir sont bien présents mais Channing Dungey, le président de la chaîne, a toujours affirmé que des discussions sérieuses concernant ce projet n’avaient jamais eu lieu. Ouf, les fans peuvent souffler (pour le moment).

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 17/08/2018

Copié

Pour vous :