Carrie-Anne Moss : "Si les Wachowski font un jour une série Matrix, je serai partante"

Carrie-Anne Moss était de passage à Paris à la Comic Con avec sa camarade de jeu Krysten Ritter, pour promouvoir la sortie de Marvel’s Jessica Jones sur Netflix (20 novembre). Rencontre.

carrie-anne-moss-1

Biiinge | Comment êtes-vous arrivée sur le projet ?

Publicité

Carrie-Anne Moss | Le patron de Marvel a contacté mon agent, qui m'a ensuite raconté dans le détail le projet et la direction prévue par la showrunneuse Melissa Rosenberg. J'ai lu le script, et j'ai répondu oui tout de suite. C'était tellement bien écrit.

Étiez-vous familière avec l'univers de Marvel et de Marvel’s Jessica Jones ?

Pas vraiment, enfin comme tout le monde. Nous savons tous ce que fait Marvel, mais je ne connaissais vraiment rien du tout à l'histoire de l'héroïne, Jessica. J'ai surtout été enthousiasmée par le choix de rendre toute l'intrigue et les personnages si réalistes. Ils étaient vraiment bien introduits et équilibrés. Il y a de la matière à défendre. Le script était généreux à ce niveau.

Publicité

"J'aime beaucoup le face-à-face entre Jeryn et Jessica"

Que pouvez-vous nous dire sur votre personnage ?

J'incarne Jeryn Hogarth, une avocate qui a une position d'associée dans son cabinet. C'est une working woman qui réussit. Elle engage Jessica Jones, qui est détective privée et va se salir les mains sur certaines affaires. Personne d'autre ne peut avoir les mêmes résultats, aussi efficaces, que Jessica. Et même si elle dépasse parfois les limites et n'est pas toujours très professionnelle, Jeryn s'en fiche parce qu'elle sait qu'elle a besoin de Jessica. Il y a quelque chose entre elles.

Leur relation est en effet assez spéciale...

Publicité

Oui, et je l'aime beaucoup cette relation, ce face-à-face devant lequel aucune des deux ne recule. Généralement, quand deux personnes se font face comme ça, l'une se retire. Là, ce n'est pas le cas.

jessica-jones-1

Carrie-Anne Moss et Kristen Rytter dans Jessica Jones (©Netflix)

Comment avez-vous appréhendé ce personnage assez froid et antipathique ?

Publicité

D'abord grâce à l'écriture. Elle sait ce qu'elle veut. D'ailleurs, elle se comporte un peu comme le ferait un certain type d'homme. C'était assez fun de la jouer ainsi. Je n'ai jamais pensé à rendre Jeryn sympathique ou même antipathique. L'idée était de trouver la vérité du personnage. Elle se fout complètement de ce que pensent les autres. Et elle fait ce qu'elle a envie de faire, sans se poser de questions.

Quelle a été la partie la plus difficile à gérer avec ce personnage ?

Probablement le fait que je ne savais pas ce qui allait lui arriver. Les scripts venaient au fur et à mesure. Il fallait vraiment faire confiance aux scénaristes et au process. Parfois, je n'étais pas sûre des motivations de mon personnage. Pourquoi fait-elle ça à ce moment ? Parfois, c'était dur.

Quels sont les thèmes majeurs de Marvel’s Jessica Jones selon vous ?

Je n'ai pas encore vu toute la série, mais j'ai lu les scripts. Pour moi, la série va vraiment ressembler à un film noir, avec une étude de personnage à l'intérieur. Jessica Jones est un personnage génial. On s'attache à elle. Je me suis faite cette réflexion en lisant le script. Dès les premières pages, je me souciais d'elle. Et puis Krysten Ritter, qui l'incarne, est fantastique dans ce rôle. Son personnage décide de continuer à se battre, même quand elle n'en a plus vraiment envie. L'un des thèmes de la série est la liberté. Je pense qu'il y a pleins d'aspects à ressortir, mais il faut vraiment que je binge-watche la saison (rires) !

"La liberté est un des thèmes phares de la série."

Marvel’s Jessica Jones s'inscrit dans une tendance de fond dans les séries, qui donne de la place à des personnages féminins forts. Ressentez-vous ce mouvement ?

J'ai toujours incarné des personnages féminins forts de mon côté, mais je pense en effet que le monde de la télévision vit un changement très intéressant, notamment avec Netflix, qui a totalement changé la face de la télévision. Cette plateforme a permis de proposer un contenu surprenant, qui abat les barrières. Les networks américains se doivent de rester policés. Les chaînes doivent composer avec des interdits. Sur Netflix, il n'y a aucune règle.

Cette liberté a permis de créer de nouveaux shows qui laissent la place aux femmes, comme Orange is The New Black, que j'adore. Les personnages sont géniaux. Netflix, ce n'est pas exactement de la télé. Je pense que cette plateforme a pris la place occupée par celle du cinéma indépendant il y a quelques années. Je me souviens, à l'époque de Memento, on voulait tous faire des films indépendants. Ils existent encore mais je pense la télé a vraiment joué cette carte aussi.

Pensez-vous que la showrunneuse, Melissa Rosenberg, ait apporté à Marvel’s Jessica Jones des choses qu'un homme n'aurait pas fait de cette manière ?

Oui, complètement. Déjà, pour commencer, Melissa est une excellente scénariste. Elle n'a jamais joué avec les clichés associés à la femme. Je trouve que son écriture est très authentique. Elle a été à l'écoute des idées que j'ai pu avoir.

Carrie-Anne Moss et Krysten Ritter étaient présentes à la Comic Con de Paris le 24 octobre 2015. (©Netflix)

Carrie-Anne Moss et Krysten Ritter étaient présentes à la Comic Con de Paris le 24 octobre 2015. (©Netflix)

Vous qui regardez Netflix, avez-vous vu Sense8, la série des Wachowski ?

Non pas encore, mais j'ai tellement envie de la voir ! Sense8 et Bloodline sont mes deux priorités. Et concernant celle des Wachowski, je n'en ai entendu que du bien. Je crois que j'attends d'avoir le moment où je peux vraiment m'impliquer et la regarder, mais j'ai hâte.

"Je ferai n'importe quoi avec les Wachowski"

Il existe une autre tendance très forte dans le monde des séries en ce moment, ce sont les adaptations de films pour le petit écran. Imaginez que demain, on vous propose de jouer dans la série Matrix. Quelle serait votre réponse ?

Cela dépendrait de qui l'écrit. S'il s'agit des Wachowski, je serai partante. Je dirai oui à tout ce qu'ils me proposent. Ils sont tellement bons. Ce sont de véritables artistes qui imaginent des univers incroyables. Je ferai n'importe quoi avec eux !

Vous avez aussi travaillé avec un autre showrunner célèbre, Ryan Murphy sur Pretty/Handsome. Quel souvenir en gardez-vous ?

Je pensais justement à ce show récemment, car il parlait d'une personne transsexuelle qui faisait son coming-out au sein de sa famille (même pitch que Transparent, qui cartonne aujourd'hui sur Amazon, ndlr). Le script était génial ! J'étais tellement sûre que la série allait voir le jour. Je jouais avec Joseph Fiennes. Je suis très rarement déçue, car j'arrive en général à me faire une raison. Mais là, je me souviens avoir été vraiment très déçue. Aujourd'hui, ce serait le moment idéal pour lancer un show avec un sujet aussi fort, mais à l'époque, les gens n'étaient pas encore prêts. On était juste un peu trop en avance, surtout pour un network. Si Netflix avait existé à l'époque, peut-être que la série aurait vu le jour.

Par Marion Olité, publié le 27/10/2015

Copié

Pour vous :